La chambre de jugement de la Commission d’Éthique de la FIFA, présidée par Hans‑Joachim Eckert, a prononcé à l’encontre de M. Rafael Callejas, ancien président de la Fédération Hondurienne de Football (FENAFUTH) et ancien membre de la Commission Marketing et Télévision de la FIFA, et de M. Alfredo Hawit Banegas, ancien vice-président et président par intérim de la CONCACAF ainsi qu’ancien vice-président de la FIFA, une suspension à vie de toute activité liée au football (administrative, sportive ou autre) aux niveaux national et international.

Les enquêtes concernant MM. Callejas et Hawit ont été ouvertes le 4 décembre 2015 et menées par Cornel Borbély, président de la chambre d’instruction de la Commission d’Éthique, sur la base d’un communiqué de presse publié le 3 décembre 2015 par le département de la Justice des États-Unis.

Accusé de racket organisé et de fraude électronique concernant un arrangement selon lequel il aurait demandé et reçu des pots-de-vin de la part de sociétés de marketing sportif pour l’attribution de droits marketing en vue des qualifications de l’UNCAF pour la Coupe du Monde de la FIFA™, M. Callejas a plaidé coupable le 28 mars 2016. Accusé de racket organisé, de fraude électronique et d’obstruction organisée à la justice concernant plusieurs arrangements grâce auxquels il aurait reçu des pots-de-vin de la part de sociétés de marketing sportif pour l’attribution de contrats pour les médias et de droits marketing en vue de tournois de la CONCACAF et des qualifications de l’UNCAF pour la Coupe du Monde de la FIFA™, M. Hawit a plaidé coupable le 11 avril 2016.

La chambre de jugement a reconnu MM. Callejas et Hawit coupables de violation des art. 13 (Règles de conduite générales), 15 (Loyauté), 18 (Obligation de déclaration, de coopération et de rapport), 19 (Conflits d’intérêts) et 21 (Corruption) du Code d’éthique de la FIFA. Les deux dirigeants ont par conséquent été suspendus à vie de toute activité liée au football (administrative, sportive ou autre) aux niveaux national et international.

Ces suspensions entrent en vigueur dès la notification des décisions.