Pour renforcer son travail en la matière et garantir le respect des droits de l’homme, la FIFA a constitué un organe consultatif indépendant composé d’experts internationaux émanant du système des Nations Unies ainsi que de la sphère des syndicats, de la société civile et du monde des affaires. Le Conseil consultatif des droits de l’homme accompagnera la FIFA sur toutes les questions qu’il estimera pertinentes pour que la FIFA assume ses responsabilités en matière de droits de l’homme.

Amené à se réunir au moins deux fois par an, il tiendra sa première séance le 13 mars prochain au siège de la FIFA à Zurich. À l’issue de chaque séance sera publié un rapport contenant les recommandations du conseil à l’intention de la FIFA ainsi qu’un point de la FIFA sur comment elle s’est attelée aux recommandations précédemment formulées par le conseil. Les délais de publication du premier rapport feront l’objet de discussions lors de la séance du 13 mars et seront communiqués en temps voulu.

Sélectionnés sur la base de leur expertise en matière de droits de l’homme, les membres du conseil consultatif sont, par ordre alphabétique :

·         William Anderson (adidas)
·         Rachel Davis (Shift)
·         Ignacio Packer (Terre des Hommes)
·         Sylvia Schenk (Transparency International Allemagne)
·         Theo Van Seggelen (FIFPro)
·         Lene Wendland (Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme)
·         Brent Wilton (The Coca-Cola Company)
·         Ambet Yuson (Internationale des Travailleurs du Bois et du Bâtiment)

"Le travail de ce conseil consultatif est une composante importante des efforts que nous déployons pour tenir nos engagements en matière de droits de l’homme. Nous sommes très fiers de pouvoir compter sur un panel d’experts aussi prestigieux ; nul doute qu’ils sauront nous apporter leur aide et aussi nous mettre devant nos responsabilités dans les domaines où ils estiment que nous devons nous améliorer. C’est la première fois qu’une fédération sportive internationale se dote d’un tel organe consultatif, et nous sommes impatients de commencer à travailler ensemble à cette mission novatrice", a déclaré Fatma Samoura, Secrétaire Générale de la FIFA. 

"Je salue la décision de la FIFA de créer ce Conseil consultatif des droits de l’homme qui, s’il fonctionne comme prévu, pourra aider la FIFA à mettre en application ses engagements et à agir concrètement pour s’atteler aux risques en matière de droits de l’homme liés à ses compétitions et événements. Le football est un sport mondialement suivi, qui dépasse tous les clivages sociaux. C’est pourquoi la FIFA est on ne peut mieux placée pour jouer un rôle moteur dans la défense des droits de l’homme, et ce même dès sa sphère opérationnelle première", a commenté Lene Wendland, conseillère en entreprises et droits de l’homme auprès du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.

"La création de ce conseil consultatif est un pas dans la bonne direction, qui concrétise les recommandations formulées par le Professeur John Ruggie. Nous n’attendons rien de moins de cet organe qu’il travaille en toute indépendance et s’attaque concrètement aux préoccupations des ouvriers sur le terrain", a quant à lui déclaré Ambet Yuson, secrétaire général de l’Internationale des Travailleurs du Bois et du Bâtiment.

"J’ai accepté d’être membre de cet organe consultatif car faire en sorte que les droits de l’homme soient respectés dans le travail quotidien de la FIFA c’est aider ceux qui sont affectés par les opérations de la FIFA, notamment au niveau de sa chaîne logistique. Cela promeut aussi à l’échelle internationale le besoin de se doter d’outils permettant de garantir que le changement positif en matière de droits de l’homme ne soit pas miné par la corruption", a pour sa part indiqué Sylvia Schenk, présidente du groupe de travail sur le sport de Transparency International Allemagne.

"Nous sommes heureux de faire partie de ce conseil consultatif qui, nous l’espérons, sera d’une aide précieuse pour la FIFA dans sa volonté d’améliorer la durabilité sociale du football. Nous avons hâte de travailler avec la FIFA sur un si large éventail de dossiers importants pour l’organisation et le sport qu’elle représente", a déclaré Brent Wilton, directeur monde des droits sur le lieu de travail de The Coca-Cola Company.

Cet organe indépendant qui conseillera la FIFA a été mis sur pied à l’initiative du Président Infantino. Les questions sur lesquelles il est susceptible de vouloir conseiller la FIFA sont notamment les normes de droits du travail, la santé et la sûreté, les droits de propriété, la sécurité, la discrimination et la liberté d’expression. Les membres donnent leur opinion en toute indépendance et ne reçoivent aucune indemnité financière ou autre en échange du temps investi. De plus amples informations sur l’objectif et les méthodes de travail du conseil consultatif figurent dans le mandat qui lui a été confié et qui émane de la réflexion conjointe de diverses parties prenantes issues d’organisations internationales, d’organismes syndicaux, de la société civile et des affiliés commerciaux de la FIFA.

Le Conseil consultatif des droits de l’homme s’insère dans la stratégie d’une FIFA qui souhaite renforcer son action en faveur des droits de l’homme. Entre autres initiatives figurent notamment un engagement fort explicitement évoqué dans les nouveaux Statuts de la FIFA adoptés en février 2016 ainsi que dans la nouvelle stratégie organisationnelle, "FIFA 2.0 : une vision pour l’avenir du football". Pour les éditions à venir de la Coupe du Monde de la FIFA™, des procédures de surveillance élaborées ont été mises en place pour le respect des conditions de travail en coopération avec le Comité Organisateur Local en Russie et le Conseil suprême pour la remise et l’héritage au Qatar. En outre, la FIFA a lancé avec succès un système de surveillance antidiscrimination et travaille à l’intégration de critères portant sur les droits de l’homme dans la procédure de candidature à l’organisation de la Coupe du Monde de la FIFA 2026™.

Davantage d’informations sur l’approche de la FIFA en matière de droits de l’homme sont disponibles sur cette fiche d'informations.