Trois mois seulement après sa nomination, Georges Leekens a démissionné de son poste de sélectionneur de l'Algérie, au lendemain de l'élimination des Fennecs à la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF 2017.

Appelé à remplacer Milovan Rajevac à la fin du mois d'octobre 2016, le technicien belge vivait sa deuxième expérience à la tête des Verts, qu'il avait qualifiés pour la CAN 2004. Cette seconde aventure aux commandes de l'EN n'aura donc duré que cinq matches, sans victoire, ponctués par une élimination prématurée dans une compétition où l'Algérie figurait pourtant parmi les favoris.

"Vu la pression qui est exercée sur la fédération et l'équipe nationale, j'ai préféré arrêter mon contrat par amitié pour le président de la Fédération qui mérite le respect", a annoncé Leekens sur le site officiel de la Fédération Algérienne de Football. "Pour le bien de tous, je préfère donc partir même si je le fais avec un pincement au cœur en souhaitant toute la réussite du monde à l'équipe nationale", conclut-il.

Malgré Riyad Mahrez, Ballon d'Or africain 2016, Islam Slimani et autres Rachid Ghezzal, l'Algérie a terminé troisième de son Groupe B. Après  une entrée en lice laborieuse face au Zimbabwe (2:2), les Fennecs se sont fait surprendre par la Tunisie quelques jours plus tard. Pour son troisième et dernier match de poule, ce 23 janvier, l'Algérie a rencontré le Sénégal qu'elle a dominé au score par deux fois, avant de finalement concéder le nul (2:2). 

Le tableau n'est guère plus reluisant pour l'Algérie dans leur Groupe B des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018. Elle est pour l'instant dernière de sa poule, à cinq points du Nigeria. Les regards sont d'ores et déjà tournés vers le futur et la prochaine rencontre dans cette campagne mondialiste, face à la Zambie, le 28 août.