La finale de la Copa América mettra aux prises deux nations rangées dès le coup d’envoi parmi les principaux candidats. Devant son public, le Chili regorge de confiance et semble enfin prêt à évacuer de longues années de frustration en brandissant pour la première fois le sceptre continental. Quant à la stellaire Argentine, elle cherchera à confirmer la démonstration de force livrée face au Paraguay en reconquérant un titre qui lui échappe depuis plus de 20 ans. En prime, le vainqueur de ce duel transandin se verra octroyer un billet pour la Coupe des Confédérations de la FIFA, Russie 2017. FIFA.com vous en livre les clés.

Le programme

Match pour la troisième place

Vendredi 3 juillet, 20h30 (heure locale), stade Ester Roa Rebolledo, Concepción
Pérou - Paraguay

Finale

Samedi 4 juillet, 17h00 (heure locale), stade Nacional, Santiago
Chili - Argentine

Le parcours
Chili - Argentine

Le Chili aborde le duel décisif en pleine confiance. En écartant l’Uruguay en quart de finale (1:0) et le Pérou en demi-finale (2:1), la Roja a confirmé les prévisions de ceux qui la plaçaient parmi les favoris de l’épreuve. Les protégés de l’Argentin Jorge Sampaoli peuvent s’appuyer sur le meilleur réalisateur de l’épreuve, Eduardo Vargas, auteur de quatre buts, sur le talent pur du Mago Jorge Valdivia et sur la renommée internationale d’Arturo Vidal et d’Alexis Sánchez. Pour sa cinquième finale continentale, le maître des lieux aimerait inaugurer une bonne fois pour toutes son palmarès. Le dernier sacre du pays organisateur remonte à l’édition Colombie 2001.

L’Argentine est allée crescendo dans cette Copa América. Après une première phase irrégulière et un quart de finale remporté face à la Colombie aux tirs au but, les Albicelestes ont enfin affiché leur meilleur visage en infligeant un spectaculaire 6:1 au Paraguay en demi-finale. Ce résultat, couplé aux belles performances d’Angel Di María, de Sergio Agüero et de Lionel Messi, offre aux finalistes de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ la confiance nécessaire pour mettre un terme à ses 22 années de disette. A noter qu’il s’agit de la deuxième finale consécutive disputée par l’entraîneur Gerardo Martino, qui avait atteint ce stade à la tête du Paraguay à Argentine 2011.

Le duel
Marcelo Díaz (Chili) - Javier Mascherano (Argentine)
Entre ces deux équipes résolument portées vers l’attaque, une part importante du succès devrait se jouer au milieu du terrain. Marcelo Díaz et Javier Mascherano occupent la même position dans les deux équipes et ils ont joué un rôle clé dans le parcours de la Roja et l’Albiceleste jusqu’en finale. Sociétaire de Hambourg, Díaz a disputé les cinq matches dans le onze titulaire et il contribue largement à l’équilibre souhaité par Sampaoli. Quant à Mascherano, pivot du jeu du FC Barcelone, âme de l’Argentine finaliste à Brésil 2014, il incarne les espoirs de tous les supporters gauchos.

La stat
0 - comme le nombre de succès du Chili sur l’Argentine dans l’histoire de la Copa América. En 24 duels, la Roja n’est parvenue à arracher que cinq matches nuls, laissant sa voisine s’imposer dans les 19 rencontres restantes. Autre fait marquant : les organisateurs n’ont plus marqué contre leurs visiteurs depuis six matches en Copa América.

Entendu...
"Nous ne craignons aucune équipe, mais nous les respectons toutes. Nous n’allons rien changer. Si nous renonçons à notre jeu, à notre identité, nous leur faisons cadeau de la finale. Notre philosophie de jeu nous convient très bien et nous n’avons pas l’intention de la renier" - Claudio Bravo, gardien de but et capitaine du Chili

"Le Chili a déjà démontré sa façon de voir le jeu. Il propose le même football quel que soit l’adversaire. C’est une équipe qui nous ressemble dans l’envie de bien jouer au football. Ça va être un match très équilibré. J’espère marquer en finale. On a disputé la finale à la Coupe du Monde et on est en finale de la Copa América. Ce serait merveilleux de pouvoir gagner cette Copa América"- Lionel Messi, attaquant et capitaine de l’Argentine

Le prix de consolation
Le Pérou et le Paraguay sont les deux bonnes surprises de la compétition. Arrivées au Chili sur la pointe des pieds après un récent changement d’entraîneur, elles ont su profiter au maximum de leur courte préparation pour s’inviter en demi-finales grâce à un jeu très équilibré. Une troisième place serait pour toutes deux un très beau prix de consolation. A Argentine 2011, les deux pays s’étaient déjà retrouvés sur le podium, le Paraguay à la deuxième place et le Pérou à la troisième.