Le club colombien de l’Atlético Nacional a conquis la deuxième Copa Libertadores de son histoire en remportant une électrique double confrontation finale face aux surprenants Équatoriens de l’Independiente del Valle. Auteur du but de la victoire décisive dans le stade Atanasio Girardot de Medellín, Miguel Ángel Borja hérite du statut de héros.

Il s’agissait de la première finale de la compétition opposant deux équipes de la Côte Pacifique sud-américaine, la première depuis 25 ans sans représentant argentin ou brésilien. Déjà vainqueurs de l’épreuve en 1989, les Colombiens ont également composté leur billet pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2016, pour laquelle sont déjà qualifiés le Real Madrid, Auckland City et la formation mexicaine d’América.

Le sacre du Verdolaga s’accompagne de quelques faits statistiques remarquables. Arrivé au club en demi-finale, le buteur Borja a signé cinq réalisations qui ont fait de lui le finisseur le plus efficace de son équipe. Il est également devenu le premier joueur à remporter les deux trophées de clubs les plus importants du continent avec des équipes colombiennes : la Copa Sudamericana 2015 sous les couleurs de l’Independiente Santa Fe et la Libertadores 2016 avec l’Atlético Nacional.

Quant à Alejandro "El Lobito" Guerra, il est devenu le premier joueur vénézuélien à remporter la doyenne des compétitions de clubs sud-américaines.

Le champion
L’Atlético Nacional a été la meilleure équipe de la compétition, celle qui a marqué le plus de points, inscrit le plus de buts et cédé le moins de fois en défense. En poules face à Huracán, Sporting Cristal et Peñarol, il a enregistré cinq victoires pour un seul nul, face aux Argentins, à Medellín. En huitième, il a retrouvé Huracán, qu’il a dominé 4:2 sur l’ensemble des deux matches.

C’est en quart que l'Atlético a affronté son adversaire le plus coriace, selon son entraîneur, Reinaldo Rueda : Rosario Central. Les Canallas ont été les seuls à battre les futurs champions (1:0 au Gigante de Arroyito), mais le Paisa a remporté la double confrontation en l’emportant 3:1 au stade Atanasio Girardot au prix d’une épique remontée, après avoir été mené 1:0. En demi-finale, les Colombiens ont écarté les Brésiliens de Sao Paulo en s’imposant 2:0 à l’extérieur et 2:1 à domicile. En finale, ils sont allés chercher un nul 1:1 à Quito face à l’Independiente del Valle avant de gagner 1:0 à Medellín.

Les clés
Le gardien argentin Franco Armani a été l’un des grands artisans de la consécration cafetera. Mêlant fiabilité et arrêts spectaculaires, le portier a conservé ses cages inviolées pendant toute la première phase et n’a encaissé que six buts sur l’ensemble de la compétition.

L’équipe de Rueda termine la Libertadores avec l’attaque la plus prolifique. Les 25 buts du Paisa ont été inscrits par Miguel Angel Borja (5), Orlando Berrío (4), Jonathan Copete (3), Marlos Moreno (3), Alejandro Guerra (3), Daniel Bocanegra (2), Víctor Ibarbo (2), Luis Carlos Ruiz (1), Macnelly Torres (1) et Dávinson Sánchez (1).

Pour sa troisième participation à la Copa, l’Independiente del Valle a réalisé un parcours inoubliable en éliminant des écuries telles que River Plate, les Pumas (Mexique) et Boca Juniors. Il s’est pour cela appuyé sur la robustesse de Librado Azcona dans les cages, l’assurance d’Arturo Mina, le talent de Junior Sornoza et les buts de José Angulo. S’ils n’ont finalement pas décroche le titre, les Équatoriens ont décroché la palme de la solidarité puisqu’ils ont fait don des recettes issues des matches à domicile à partir des huitièmes aux personnes affectées par le séisme du 16 avril.

La stat
78,5 comme le pourcentage d’efficacité du club de Medellín, qui a engrangé 33 unités sur les 42 en jeu. La formation colombienne a ainsi battu le record de points engrangés sur une édition, jusque-là détenu par Boca Juniors, qui en avait cumulé 32 en 2003 avant de remporter le titre. L’Atlético Nacional a gagné dix matches, enregistré trois nuls et concédé une seule défaite.

Le saviez-vous
Le capitaine de l’Atlético Nacional, Alexis Henríquez, est devenu le premier Colombien à remporter deux Libertadores avec deux équipes de son pays. Lors de l’édition 2004, il avait triomphé avec Once Caldas en finale contre Boca Juniors.

Entendu…
"C’est un rêve ! C’est un beau but. Pour marquer, je ne dépends pas de l’écusson, je dépends de la grâce de Dieu" - Miguel Angel Borja, auteur du but décisif en finale.

"C’est un résultat juste. Ils ont fait 20 très bonnes premières minutes et nous ont été supérieurs. Je suis serein et fier de mes joueurs. Nous allons savourer ce que nous avons accompli avec une équipe très jeune. Si l’on se penche sur la moyenne d’âge, je crois que nous avons l’équipe la plus jeune de la Libertadores, avec des garçons qui ont mûri et progressé au fil de la compétition" - Pablo Repetto, entraîneur d’Independiente del Valle, après la finale.