Le football est aujourd'hui le sport le plus populaire en Afrique du Sud. Le légendaire Nelson Mandela disait du sport roi qu'il avait "apporté une joie indescriptible à son pays".

Il n'en a toutefois pas toujours été ainsi. Avant d'être réadmise par la FIFA en 1992, l'Afrique du Sud a vécu une traversée du désert de deux décennies pour cause d'Apartheid. Pendant cette période, le rugby était le sport numéro un dans la Nation Arc-en-ciel, où le ballon rond fera finalement un retour en force grâce à la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF organisée sur son sol en 1996. Cette année-là, le pays hôte remporte le titre continental, mais le grand rêve sud-africain, à savoir participer pour la première fois à la Coupe du Monde de la FIFA™, n'est toujours pas réalisé.

Moins de quatre mois plus tard, les Bafana Bafana se rapprochent du rêve grâce à une victoire 4:0 (score cumulé) sur le Malawi, synonyme de qualification pour le dernier tour continental. Dans le Groupe 3, l'Afrique du Sud côtoie le Congo, le Zaïre et la Zambie.

La lutte pour la première place, la seule qualificative pour la Coupe du Monde de la FIFA, France 1998™, est acharnée. Il y a exactement 20 ans jour pour jour, le 16 août 1997, l'Afrique du Sud accueillait le Congo pour un match décisif en vue de la qualification pour France 1998. Les données sont simples : l'Afrique du Sud et le Congo sont à égalité de points, mais la première possède une meilleure différence de buts. Par conséquent, les Bafana Bafana peuvent se contenter d'un match nul. Les Diables Rouges ont pour eux l'avantage psychologique : à l'aller, ils s'étaient imposés 2:0.

Pour cette confrontation susceptible de faire chavirer tout un pays, 80 000 personnes ont rempli le FNB Stadium de Johannesburg, plus connu par les supporters sud-africains sous le nom de Soccer City. À la 14ème minute, John Moshoeu récupère le ballon grâce à un superbe tacle et lance Phil Masinga. L'ancien attaquant de Leeds United avance vers le but adverse et des 25 mètres, déclenche une frappe tonitruante qui vient faire trembler le haut des filets congolais. L'Afrique du Sud mène. L'entraîneur Clive Barker se lance alors dans une course effrénée le long de la ligne de touche, les bras tendus à l'horizontale tels les ailes d'un avion. La célébration est appropriée. Les Bafana Bafana sont bel et bien en train de s'envoler vers leur première Coupe du Monde de la FIFA™.

Les prémices d'une love story
À ceci près que les Congolais n'ont pas dit leur dernier mot. Dominateurs dans la possession, ils s'exposent cependant aux contres incisifs menés par Doctor Khumalo et Moshoeu, ce dernier passant à deux doigts de marquer un but d'anthologie. Dans la défense sud-africaine, Lucas Radebe, Neil Tovey et Mark Fish sont impériaux et les rares fois où ils ne le sont pas, le gardien Andre Arendse les supplée avec brio.

Après cet unique but de la partie marqué peu avant le quart d'heure de jeu, les 75 dernières minutes paraissent une éternité aux 80 000 spectateurs présents. Quand l'arbitre Charles Masembe donne le coup de sifflet final, c'est donc tout un peuple qui peut souffler et chavirer dans le bonheur. L'Afrique du Sud a réalisé son rêve : elle participera à sa première Coupe du Monde de la FIFA™, la seizième du nom. "On a assisté à des scènes inoubliables", se souvient Fish. "En vérité, c'était comme si on avait gagné la Coupe du Monde. Ce fut l'un des plus beaux jours du football sud-africain."

Ce fut aussi le début d'une belle histoire d'amour entre l'Afrique du Sud et l'épreuve reine du football mondial. Après avoir participé à France 1998 et Corée/Japon 2002, la Nation Arc-en-ciel se voit confier l'organisation de la Coupe du Monde de la FIFA™ en 2010. Avec la réussite que l'on connait…