Il est rarement question de football dans les pages sportives des journaux du Sri Lanka. Dans l'île du sud-est du sous-continent indien, le sport roi est le cricket. Le football a toujours existé dans une nation très variée d'un point de vue ethnique et culturel, en raison d'une histoire à forte influence à la fois britannique et portugaise. Mais son développement a longtemps été obstrué par un conflit civil. Mais depuis le tournant du millénaire, la jeune génération connaît un engouement débordant pour le ballon rond.

L'île anciennement connue sous le nom de Ceylan, et en particulier la ville de Colombo, sont actuellement sous les feux des projecteurs. La capitale srilankaise accueille la President's Cup de l'AFC, troisième compétition asiatique en termes d'importance. Dans ce tournoi d'une semaine, les espoirs nationaux seront représentés par Air Force SC, monument du football srilankais

Le 19 septembre dernier, le club srilankais a débuté la compétition par une défaite 1:2 contre les Népalais de Manang Marshyangdi, après avoir pourtant mené au score. La deuxième sortie des locaux, face aux Turkmènes du FC HTTU, s'annonce encore plus relevée. S'il est important pour la formation srilankaise de montrer qu'elle peut être compétitive sur la scène internationale, il est au moins aussi crucial, sur le long terme en tout cas, de montrer que le pays est capable d'organiser une compétition continentale.

"Le Sri Lanka a besoin de construire sa propre image dans le domaine du sport", confie au micro de FIFA.com le Président de la Fédération srilankaise de football, Ranjith Rodrigo, lorsqu'on l'interroge sur l'importance du tournoi que son pays organise. "Ici, le sport numéro un est le cricket, ce qui fait que le Sri Lanka a déjà une certaine expérience dans l'organisation d'épreuves sportives internationales. C'est la première fois qu'un club srilankais se qualifie pour une compétition de ce niveau. Cela va motiver les autres clubs de notre championnat d'élite. C'est une occasion en or pour nos jeunes joueurs, qui doivent considérer cela comme un modèle, pas comme une exception."

Bâtir pour l'avenir
Le football est immensément populaire chez les jeunes au Sri Lanka, à commencer par la Premier League anglaise. L'organe directeur du football national n'hésite pas à utiliser ce phénomène pour développer la discipline à tous les niveaux, y compris chez les féminines. "Le football est populaire chez les jeunes et il y a énormément d'abonnés aux chaînes payantes qui diffusent les matches de Premier League", confirme Rodrigo. "Mais pour arriver au niveau de la cote de popularité du cricket, cela va prendre du temps. Le programme de développement dans les écoles, qui va permettre à mille équipes scolaires de découvrir le football, va nourrir la passion pour ce sport. Notre équipe nationale a également la responsabilité d'être suffisamment compétitive pour attirer du public. Ce n'est pas un objectif impossible à atteindre."

Dans plus de 100 écoles, des filles et des femmes apprennent le football dans le cadre du programme. De plus, le premier championnat de football féminin a débuté le mois dernier. "Cela va accroître sa popularité à l'avenir", espère le dirigeant. Sous la houlette de l'entraîneur serbe Nikola Kavazovic, récemment nommé, les seniors srilankais ont comme prochain objectif le Championnat d'Asie du Sud-Est 2015, qui sera suivi par les qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™.

Rodrigo espère que le travail de développement effectué auprès des jeunes portera ses fruits le plus rapidement possible : "Nos sélections U-17, U-20 et U-23 servent de tremplin vers notre équipe nationale. J'espère que cela nous permettra d'obtenir de meilleurs résultats et de rendre le football plus populaire au Sri Lanka", conclut Rodrigo.