"Quand je l'ai vu à l'aéroport, je me suis dit que cet enfant ne pouvait pas jouer au football. Il était si petit. J'ai tout de suite pensé qu'il s'agissait d'une erreur." Mais dès que le garçon en question a commencé à taper dans un ballon, les doutes se sont dissipés. Il a aujourd'hui dans sa maison cinq Ballons d'Or. Quant à l'auteur des propos ci-dessus, il possède chez lui une serviette qui a beaucoup de valeur. Elle a changé à elle seule l'histoire contemporaine du FC Barcelone.

Horacio Gaggioli travaille depuis de nombreuses années comme agent de joueurs en Espagne. Ses contacts en Argentine lui avaient parlé d'un garçon de 11 ans originaire de Rosario. Gaggioli estime d'abord que cela fait un peu jeune mais deux ans plus tard, il lance l'opération. "La famille voulait qu'il fasse un essai dans une équipe européenne, mais dans la ville où j'habitais, car les parents tenaient à ce que l'enfant ait un contact à son arrivée. De mon côté, j'attendais une réponse d'une entreprise pour éventuellement aller travailler à Madrid. J'ai demandé à la famille Messi d'attendre que mon avenir s'éclaircisse, pour savoir si l'essai allait se faire à Barcelone ou à Madrid, où on aurait essayé le Real et l'Atlético", explique l'agent à FIFA.com.

Gaggioli n'ira finalement pas à Madrid et en septembre, Lionel Messi fait un essai de deux semaines avec le FC Barcelone. "Les Messi sont ensuite rentrés en Argentine et moi, j'ai eu une réunion avec plusieurs techniciens du club. Certains n'étaient pas vraiment convaincus. On en est resté là, jusqu'en décembre, où les parents de Leo nous ont contactés pour nous demander une réponse définitive car si le Barça n'était pas intéressé, ils chercheraient d'autres alternatives."

Cette forme d'ultimatum porta ses fruits. Carles Rexach, alors secrétaire technique du club, se décida en 10 minutes. Pour officialiser la chose, il prit une serviette - à défaut de mieux - et écrivit : "À Barcelone, ce 14 décembre 2000 et en présence de Messieurs Minguella et Horacio (Gaggioli), Carles Rexach, Secrétaire technique du F.C.B., s'engage sous sa propre responsabilité, et malgré quelques avis contraires, à signer le joueur Lionel Messi pour un montant qui reste à déterminer."

Les "avis contraires" ne manquaient pas. Ils disaient entre autres que ce n'était pas un préadolescent qui allait apporter une solution au problème d'un club comme le FC Barcelone. Encore moins avec un physique fragile. "Moi aussi, je m'étais trompé sur ma première impression. Leo était vraiment petit, très maigre et il avait ses problèmes. Le Barça avait des doutes, car il n'y avait vraiment aucune garantie. Le football est très complexe et il est difficile d'effectuer un bon diagnostic avec un garçon de cet âge", précise Gaggioli, qui est plus habitué à voir les jeunes talents de cet âge-là se perdre en chemin que tenir leurs promesses.

"Vous pouvez promettre un avenir footballistique éblouissant à un adolescent de 15 ans, mais vous ne pourrez jamais être sûr à 100 %", détaille l'Argentin. "Il y a tellement de facteurs qui entrent en jeu dans le développement sportif et qui peuvent tout changer, à n'importe quel moment. Des joueurs qui ont énormément de qualités et n'arrivent à rien car ils commencent à sortir, à faire la fête, c'est la règle plus que l'exception… Il y a tellement de choses incompatibles avec le football. Ceux qui finissent par y arriver sont ceux qui font des sacrifices énormes, non seulement les joueurs eux-mêmes, mais leur famille également. De ce point de vue, Messi a été un garçon extraordinairement sérieux et discipliné. Son truc, c'était le football, le football et encore le football. C'est pour ça qu'il est arrivé au plus haut niveau."

Et le prochain Messi ?
Entre la signature de ce contrat atypique et l'arrivée de Messi à La Masía, il s'écoulera exactement deux mois, auxquels il faut en ajouter six avant que Messi, pour des problèmes liés à son transfert, ne puisse réellement commencer à jouer. "Ce fut un calvaire pour lui. Il a beaucoup souffert, mais il n'a jamais arrêté de s'entraîner. Il a même disputé quelques rencontres amicales. Mais Leo a un esprit complètement façonné par et pour le football, ce qui lui donne un avantage pour faire face à l'adversité", poursuit Gaggioli, qui travaillera avec Messi cinq années supplémentaires.

Le Barça a eu ce petit coup de pouce du destin nécessaire pour triompher. "Je dis toujours que Leo a également eu la chance d'arriver dans une grande école de football. Ce fut très important pour son développement professionnel et personnel", souligne Gaggioli. "Messi a toujours été très réservé, mais il a eu le bonheur de tomber dans un groupe de garçons vraiment fantastiques, qui l'ont beaucoup aidé de ce point de vue. Gerard Piqué, Cesc Fábregas, Toni Calvo, Marc Valiente… ce sont des gars extraordinaires, qui ont été solidaires avec lui. D'un côté, ils plaisantaient sur son physique de gringalet mais de l'autre, ils le protégeaient. Messi, lui, parlait avec les pieds et ça lui suffisait."

Aujourd'hui, Gaggioli reçoit quotidiennement des messages qui lui assurent avoir rencontré le "prochain Messi". "Vous ne pouvez pas vous imaginer combien de gens me contactent. Je ne dis jamais non, car on ne sait jamais. Mais je demande des preuves et à ce jour, le prochain Messi, je ne l'ai pas encore rencontré...", conclut-il.