Une fois de plus, Arsenal est passé près du titre la saison dernière. Mais comme à son habitude, Arsène Wenger a profité de l'exercice écoulé pour faire éclore de nouveaux talents, dont Alex Iwobi. Né il y a 20 ans à Lagos, le Nigérian est arrivé en Angleterre à l'âge de quatre ans. Trois ans plus tard, il rejoignait le centre de formation d'Arsenal. Formé au poste d'ailier, il s'est reconverti en attaquant chez les U-21. Ses performances impressionnantes lui ont permis de forcer rapidement les portes de l'équipe première. On l'a tout d'abord aperçu sur le banc d'un match de Coupe de la Ligue, à 17 ans. L'année suivante, c'est encore en tant que remplaçant qu'il a assisté à la large victoire (4:1) des Gunners sur Galatasaray en Ligue des champions de l'UEFA.  

En octobre, il a fait ses grands débuts à l'occasion d'un nouveau match de Coupe de la Ligue. Quatre jours plus tard, il fêtait son baptême du feu en Premier League. Depuis son entrée dans les dernières minutes du match contre Swansea remporté 3:0, le prodige ne s'est pas contenté d'accumuler de l'expérience au sein de l'élite anglaise ; il a également affronté le Bayern Munich et Barcelone dans la compétition européenne. En mars, il a marqué son premier but en Premier League, contre Everton (2:0). "C'était magique", confie l'intéressé à FIFA.com. "Tous les enfants rêvent de marquer en Premier League et de jouer en Ligue des champions. Je remercie mon entraîneur, qui a toujours cru en moi et qui a su me donner ma chance."

Iwobi n'entend évidemment pas en rester là et compte bien aider son club à mettre fin à une disette qui dure depuis plus d'une décennie en championnat. "Je veux continuer à progresser, à m'améliorer. Je dois jouer plus de matches, marquer plus de buts, donner plus de passes décisives", annonce-t-il. "Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs, mais la saison est longue. Les matches ne manqueront pas. Je devrais donc avoir l'occasion de montrer ce que je sais faire."

Une route semée d'embûches
L'appétit vient en mangeant, de sorte qu'Iwobi se verrait bien découvrir les qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA™ dans un avenir proche. Après avoir fréquenté les sélections de jeunes de l'Angleterre, il a finalement choisi de représenter son pays d'origine. Il a ainsi honoré sa première sélection avec le Nigeria lors d'un match amical contre la RD Congo.

Il a également connu sa première grosse désillusion dans la foulée, les Super Eagles ayant dû renoncer à la qualification pour la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF 2017, battus par l'Égypte. "La CAN est le plus gros événement sportif du continent. Nous étions dégoûtés", admet-il. "Mais il faut aller de l'avant. Nous devons nous concentrer sur la Coupe du Monde et sur les matches de qualification."

Versés dans u groupe difficile sur la route de Russie 2018, Iwobi et ses partenaires devront se mesurer à la Zambie, au Cameroun et à l'Algérie. "Ça s'annonce compliqué mais il n'y a pas de groupe facile de toute façon à ce niveau", analyse-t-il froidement. "Nous pouvons passer. Nous en avons les moyens. Si nous nous préparons correctement, que nous restons concentrés et que nous évoluons à notre meilleur niveau, je sais que la qualification sera au bout. Toutes les équipes du groupe ont des qualités. Toutes ont déjà gagné la CAN. Leurs joueurs sont des habitués du très haut niveau. Nous savons que nous aurons des adversaires bien préparés en face de nous."

Un exemple à suivre
En cas de qualification, Iwobi ne serait pas le premier membre de sa famille à défendre les couleurs du Nigeria dans l'épreuve mondiale. Son oncle n'est autre qu'un certain Jay Jay Okocha. "C'est le petit frère de ma maman. Il me sert d'exemple, sur le terrain et en dehors. Il est toujours là pour me guider", décrit l'heureux neveu. "Il me donne de bons conseils pour m'aider à devenir le meilleur joueur possible. Il a joué un rôle énorme dans mon développement. Il me fournit toutes les informations utiles pour devenir quelqu'un de bien et un bon footballeur", complète celui qui vit chez ses parents en compagnie de sa sœur.

Parmi tous les conseils dispensés par l'ancien joueur du Paris Saint-Germain, quel est celui qui l'a le plus touché ? "Il m'a dit quelque chose que je n'oublierai jamais. Il m'a recommandé de toujours garder le sourire et de prendre du plaisir sur le terrain."