• Raymond Braine a été suspendu par la Fédération Belge de Football pour avoir été propriétaire d'un café et joueur au plus haut niveau
  • Il devenu officiellement le premier joueur professionnel de l'histoire de la Belgique en 1930 après un exil en Tchécoslovaquie
  • En six ans, il a marqué 126 buts pour le Sparta Prague. Aucun belge n'a autant marqué à l'étranger depuis 81 ans

Il y a Romelu Lukaku aujourd'hui, il y a eu Raymond Braine hier. La première star belge à évoluer à l'étranger reste à ce jour le meilleur artificier de l'histoire du Plat Pays loin de ses terres. L'Enfant Terrible a été l'une des plus grandes étoiles de la planète foot à une époque ou le sport roi traversait rarement les frontières.

Le Belge aurait eu 110 ans ce 28 avril 2017. FIFA.com profite de l'occasion pour rendre hommage à un héros méconnu.

L'ancien attaquant a laissé sa marque au tableau d'affichage et dans les esprits de ceux qui ont eu la chance de le voir partout où il est passé. Pour le mythique ancien sélectionneur belge Guy Thys, c'était bien simple : "Il pouvait tout faire. S'il était né 30 ans plus tard, il aurait pris une toute autre dimension". La trame de l'histoire du phénomène est associée à jamais à son époque. Un temps ou le football ne se conjuguait pas avec professionnalisme malgré l'intérêt grandissant pour ses artistes. Les clubs n'étaient d'ailleurs pas autorisés à rémunérer officiellement leurs joyaux. Pour nombre d'entre-eux, la solution passait par l'ouverture d'un café.

L'Anversois a participé à la tendance des joueurs propriétaires de café. Une pratique qui ne plaisait pas à la Fédération Belge de Football qui a décidé de sévir au point de suspendre l'ancienne star du Beerschot AC. Le serial buteur ne pouvait pas se résoudre à mettre entre parenthèses son histoire d'amour avec le ballon rond. Comme sa réputation avait dépassé quelques frontières, dans un monde pourtant très éloigné des caméras, il ne voyait qu'une seule issue, la mort dans l’âme : l'exil footballistique.

Vivre de son art
 London side Clapton Orient s'est d'abord porté candidat pour lui offrir un nouveau terrain de jeu. L'affaire semblait dans la poche mais les autorités anglaises refusèrent de délivrer un permis de travail. Il en fallait plus pour entamer la volonté du buteur. Braine décida alors d'inverser le cap et de prendre la route de l'Europe de l'Est, au Sparta Prague, en 1930. L'attaquant pouvait enfin vivre de son art et il montra sa reconnaissance avec ses pieds en décrochant par deux fois le titre de meilleur buteur du championnat de Tchécoslovaquie, ainsi que deux titres de champion. Pas un seul Belge n'a inscrit autant de buts à l'étranger depuis 81 ans.

L'équipe nationale belge a aussi profité du phénomène, auteur de 26 buts de 1922 à 1939, malgré une absence remarquée et regrettée de 1929 à 1935. Le bateau des Diables Rouges a donc pris la direction de l'Uruguay et de la première Coupe du Monde de l'histoire en 1930 sans l'une de ses plus belles assurances de marquer. L'attaquant a bien participé à la Coupe du Monde de la FIFA, France 1938™ mais l'artiste n'avait plus la même adresse dans ses gestes. La Belgique n'aura jamais pu apprécier pleinement son bijou.

Un café qui oriente la destinée d'un pays... Les temps ont changé mais Raymond Braine restera à jamais le premier à avoir fait briller la Belgique loin de chez elle.

Le saviez-vous ?
- En 1940, l'aura de l'attaquant lui permis de s'essayer au cinéma dans le film Wit is troef (Blanc est atout) de Jan Vanderheuden. Son rôle ? Joueur de football évidemment !
- Braine a décliné l'opportunité de prendre la citoyenneté tchécoslovaque et d'évoluer avec une autre équipe nationale
- L'attaquant s'est reconverti en défenseur en fin de carrière pour le compte du Royal Cercle Sportif La Forestoise