Une nouvelle consécration en tant que The Best – Joueur de la FIFA pour Cristiano Ronaldo, un nouveau sacre sur le toit du monde pour le Real Madrid et pour son nouvel architecte Zinedine Zidane, une Coupe du Monde dans tous les esprits. FIFA.com n'était jamais loin de l'action en 2017. Redécouvrez les meilleures interviews de l'année écoulée.

"Les gens qui ne le connaissent pas ne rendent pas compte à quel point c'est quelqu'un de déterminé, au delà de son talent. Et il a fait ça avec beaucoup d'humilité, étape par étape. Il a passé son diplôme, il a observé, écouté, et à un moment il a décidé qu'il était prêt. Et ce qui est fabuleux, c'est qu'il a gagné la Ligue des champions en quelques mois ! Il y a aussi cette série de matches sans défaite. Il est en train de battre tous les records de précocité" -  Bixente Lizarazu, ancien champion du monde de la France, au sujet de Zinedine Zidane

"J'ai peut-être une clé qui me permet d'entrer dans la tête des footballeurs. Bien sûr, pas de tous les footballeurs et quand je ne réussis pas, ça me fait souffrir, car j'ai la sensation que ce n'est pas de sa faute, mais de la mienne" - Claudio Ranieri, entraîneur du FC Nantes

"Déjà quand j'étais petit, à Mâcon, je n'aimais pas perdre et je préférais ne pas regarder les adversaires quand ils soulevaient le trophée. C'est exactement ce qui est arrivé contre le Real Madrid en Ligue des champions ! L'EURO a été différent. J'ai regardé les Portugais faire la fête en me disant que la prochaine fois, ce serait moi. C'est la plus grande source de motivation que je puisse trouver" - Antoine Griezmann, attaquant de la France

"Quand je vois comment travaillent David Villa et Andrea Pirlo, et surtout Franck Lampard qui m’avait le plus impressionné, ce sont les premiers à l’entrainement et ils partent quasiment les derniers. Malgré le talent, si on ne travaille pas, on n’y arrive pas. Si on veut aller au très haut niveau, il faut allier les deux, et ce sont les parfaits exemples"Maxime Chanot, défenseur luxembourgeois de New York City FC

"La star, c’est l’équipe. On essaie de travailler ensemble, même en dehors du terrain, on est toujours tous ensemble, on reste ensemble, on plaisante ensemble, il y a une joie de vivre. Sur le terrain, ça se ressent, tout le monde attaque et défend ensemble, et on essaie vraiment de travailler sur ça. Pour que qui que ce soit qui arrive dans l’équipe s’intègre à ce collectif et cette manière de penser" - Syam Ben Youssef, défenseur de la Tunisie

"Le plus difficile, ça a sans doute été le style de jeu. En Afrique du Sud, on joue beaucoup en une-deux, en passes rapides. En France, j’ai dû m’adapter à un jeu plus direct, plus fixé sur le résultat. La raison pour laquelle j’ai quitté l’Afrique du Sud et rejoint la France, c’est parce que je voulais sortir de ma zone de confort, et grandir en tant que joueur. Je pensais que si je restais en Afrique du Sud, j’allais stagner et rester le même joueur" - Keagan Dolly, milieu de terrain de l’Afrique du Sud et de Montpellier

"Je crois que la défaite contre l'Espagne a créé quelques problèmes. Nous avons cru être… peut-être pas supérieurs à l'Espagne, mais supérieurs en tout cas à ce que nous avons pu montrer sur le terrain. Cette défaite a un peu miné le moral du groupe. Mais il y a un processus de rajeunissement de la sélection et il faut être patient" - Leonardo Bonucci, défenseur de l'Italie

"Aujourd'hui, la sélection jouit d'un respect qu'elle n'avait pas il y a trois ou quatre ans, juste après le Mondial. Les gens nous voient différemment. Le Brésil que tout le monde respecte et admire est de retour, le Brésil qui propose du bon football. Cela nous rend heureux. L'état d'esprit de nos supporters, de notre pays, a changé. Les gens ont retrouvé confiance et attendent de nouveau la Coupe du Monde avec beaucoup de bonheur. Cela n'a pas de prix" - Neymar, attaquant du Brésil

 "Eh bien, j'espère que le football me paiera sa dette !" - Lionel Messi, attaquant de l'Argentine, en référence à la Coupe du Monde 2018

"7, j'espère ! C'est mon chiffre porte-bonheur (rires). Mais nous n'y sommes pas encore" - Cristiano Ronaldo, attaquant du Portugal, en référence aux trophées individuels qu'il aimerait remporter avant sa retraite

"La réalité a dépassé mes rêves les plus fous. Je rêvais de jouer en première division et dès mon premier match, je mets un but. Je voulais gagner le titre avec le meilleur club du Mexique et j’y suis également arrivé. Je me voyais devenir un joueur important dans mon club puis accéder à l’équipe nationale. Je termine meilleur buteur du championnat et je m’en vais à la Coupe du Monde (Afrique du Sud 2010)…" - Javier Hernandez, attaquant du Mexique