L'hégémonie continentale d'Auckland City va peut-être être remise en question au cours de la Ligue des champions de l'OFC qui se déroulera en Nouvelle-Zélande, avec 12 participants. Les Navy Blues ont gagné sept des 10 dernières éditions de l'épreuve, les cinq dernières de façon consécutive.

Un sacre dans le tournoi permettrait à Auckland de battre le record établi par le Real Madrid en 1960, et qui tient toujours, du plus grand nombre de titres continentaux remportés successivement. Certes, la compétition semi-amateur du continent océanien est à des années-lumière, en termes de compétitivité, de la Ligue des champions de l'UEFA, mais cela n'enlève rien au mérite de la formation néo-zélandaise.

L'équipe qui sera sacrée au terme des 16 jours de compétition à Auckland représentera l'Océanie à la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2016. Rapportées aux modestes ressources d'Auckland, les performances des Navy Blues dans la compétition mondiale ont souvent été excellentes, avec notamment une demi-finale perdue contre San Lorenzo, il y a deux ans. Les Néo-Zélandais avaient alors poussé les tenants de la Copa Libertadores en prolongation, passant tout près d'une qualification pour la finale. Finalement, Auckland prendra la troisième place cette année-là à Maroc 2014.

A 39 ans, Ivan Vicelich, qui avait reçu le Ballon de Bronze adidas à Maroc 2014, fait toujours partie de l'effectif. Actuellement blessé, il ne participera probablement pas à la Ligue des champions de l'OFC au cours des deux semaines à venir. Adjoint d'un entraîneur qui n'a plus à faire ses preuves en la personne de Ramon Tribulietx, Vicelich estime que la concentration et l'ambition font partie des valeurs essentielles des Navy Blues. "La chose importante pour nous est de comprendre que ce n'est pas l'écusson d'Auckland City sur notre maillot qui va nous faire gagner les matches", annonce Vicelich à FIFA.com. "Nous devons suer sang et eau pour le club. Ce sera un chemin long et difficile. C'est là-dessus que nous avons insisté cette semaine. À Auckland City, nous avons de très bons souvenirs liés à la Coupe du Monde des Clubs, et nous savons que ce tournoi peut être vraiment merveilleux. C'est une grande source de motivation pour tous les joueurs dans cette Ligue des champions."

Des challengers affamés
Plus tôt dans l'année, Auckland a aligné 29 matches sans défaite dans le championnat national, avant de perdre la finale contre Team Wellington, également engagé en Ligue des champions, dont la phase de groupes débute le 8 avril. Seuls les trois vainqueurs de groupes et un meilleur deuxième sortiront des poules. Dans le Groupe A, Auckland City sera opposé aux Solomon Warriors, une équipe qui compte dans ses rangs le joueur emblématique des Iles Salomon, Henry Fa'Arodo. Lae City Dwellers, dont c'est la première participation à la Ligue des champions, s'appuie sur ses ombreux internationaux de Papouasie-Nouvelle-Guinée, tandis que l'Amicale est elle aussi une constellation de joueurs internationaux.

Les deux favoris du Groupe B sont les Néo-Zélandais de Team Wellington et les Papouans-Néo-Guinéens d'Hekari United, ancien vainqueur de la Ligue des champions. Hekari, au même titre que Lae City Dwellers, sera observé par le sélectionneur de Papouasie-Nouvelle-Guinée, Flemming Serritslev, qui sera présent en Nouvelle-Zélande pour prendre un maximum d'informations en vue des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA™, le mois prochain. Le groupe comprend également les Fidjiens de Suva et les Néo-Calédoniens de l'AS Lossi, l'autre néophyte de cette édition de la Ligue des champions océanienne.

Le Groupe C réunit la majorité des joueurs les plus connus parmi ceux engagés dans la compétition. Le milieu de terrain et ancien international néo-calédonien Pierre Wajoka est l'un des plus expérimentés du circuit océanien. Son équipe de l'AS Magenta fera son entrée en matière contre les Samoans du Kiwi FC, qualifiés par le biais de la phase préliminaire à quatre équipes l'an dernier. Entraîné par le sélectionneur de l'équipe nationale Phineas Young, Kiwi a effectué un recrutement impressionnant, à l'image du capitaine des Samoa, Desmond Faaiuaso. Nadi, l'autre représentant fidjien, figure également dans cette poule. Les Tahitiens de l'AS Tefana seront l'un des principaux prétendants pour contrarier Auckland, après avoir survolé leur championnat national. L'AS Tefana s'appuiera une nouvelle fois sur l'ancien capitaine de Tahiti, Nicolas Vallar, ainsi que sur plusieurs rescapés des Toa Aito qui avaient disputé la Coupe des Confédérations de la FIFA 2013.