L'AS Monaco a marché sur l'eau pendant 30 minutes pour faire le plus dur face à Manchester City, lors de son huitième de finale retour de la Ligue des champions de l'UEFA. De son côté, l'Atlético de Madrid a joué sur ses acquis du match aller pour venir à bout du Bayer Leverkusen. Français et Espagnols retrouveront le FC Barcelone, le Bayern Munich, la Juventus, Leicester, le Borussia Dortmund et le Real Madrid en quarts de finale.

L'affiche
AS Monaco 3:1 Manchester City
Le ton est donné d'entrée : Monaco n'a pas envie de jouer avec la calculette après son revers 5:3 du match aller en Angleterre. Wilfredo Caballero doit déjà sortir le grand jeu après sept minutes devant Kylian Mbappé et chercher le ballon dans ses filets sur l'action suivante. Le prodige monégasque a profité d'un centre de Bernardo Silva pour faire parler sa classe, d'une reprise en première intention. Les Citizens doutent et cela se voit. Thomas Lemar teste à son tour la défense anglaise, toujours à la recherche de ses repères, et laisse le soin à Fabinho de faire coup double après une bonne séquence collective locale. L'ASM est virtuellement qualifiée après 29 minutes grâce à une partition exécutée à la perfection. Les spectateurs du Stade Louis-II, plein pour l'occasion, se délectent du spectacle.

Les hommes de Pep Guardiola n'y sont pas, entre duels perdus et incapacité à trouver des espaces dans le dispositif français. Leur réveil survient peu avant l'heure de jeu avec un Sergio Agüero enfin alimenté par ses milieux de terrain. Opportuniste comme au match aller, Leroy Sané fait mal à Monaco dans la foulée en prolongeant un ballon repoussé par Danijel Subasic. Le coup est dur mais ce Monaco a décidément des ressources et Tiemoue Bakayoko la capacité de choisir son moment : le milieu de terrain inscrit son premier but en C1 d'une tête croisée et replace les siens en position favorable. Les visiteurs ne s'en remettent pas, l'ASM était un ton au-dessus. Les protégés de Leonardo Jardim continuent de découvrir leur plein potentiel dans l'adversité. Ils auront une nouvelle occasion de grandir au tour suivant.

L'autre rencontre
Atlético de Madrid 0:0 Bayer Leverkusen
L'Atlético avait fait le plus dur au match aller (2:4). Les Espagnols peuvent désormais jouer à leur jeu favori dans leur jardin : contrôler l'adversaire et lui laisser la main. Kevin Volland et Javier Hernandez taquinent Jan Oblak dans un premier temps sans pour autant lui faire peur. Koke et Angel Correa, eux, sont plus concrets mais pas assez pour animer le tableau d'affichage, la faute à un Bernd Leno inspiré.

Antoine Griezmann et Correa s’emploient dans le second acte pour ouvrir la marque, le premier après un numéro de soliste, le second d'un lob bien senti, mais le résultat est le même et sans conséquences. Les Allemands voient le temps défiler mais découvrent aussi les réflexes d'Oblak, auteur d'un triple arrêt devant les attaquants visiteurs. La concentration du gardien slovène fait également la différence dans une fin de match moins appliquée des Colchoneros, qui décrochent sans forcer leur billet pour les quarts de finale.

La stat
0 - Comme le nombre d'éliminations d'une équipe de Pep Guardiola au stade des huitièmes de finale de la la C1. L'Espagnol avait vu les quarts de finale à sept reprises, avant la défaite de Manchester City à l'ASM.

Entendu...
"On n’a jamais peur de jouer. On l’a prouvé à Manchester où même à 2:3 en notre faveur on a continué à attaquer, pour finalement encaisser trois buts… Cette fois, ça s’est mieux fini pour nous" - Bernardo Silva, milieu de terrain de l'AS Monaco