Après avoir décidé d'engager la colonisation du Brésil, la couronne portugaise établit sa première tête de pont à Salvador, officiellement fondée le 29 mars 1549. Très vite, cette ville située au nord-est du pays va devenir la plaque tournante du commerce d'esclaves en Amérique du Sud. Au fil des ans, la cité se développe sous une triple influence : portugaise, africaine et indigène. Cinq siècles plus tard, cette situation inédite offre à Salvador une richesse culturelle unique.   

L'Afrique est extrêmement présente à Salvador, que ce soit à travers les cercles de capoeira (une combinaison de danse et d'art martial importée au Brésil par les esclaves africains), sur le marché Modelo ou encore dans les rythmes des agogôs et des atabaques (des instruments de percussion) utilisés pour les rites du Candomblé, un culte syncrétique conçu au Brésil. Cet héritage africain a valu à Salvador d'être surnommée la Roma Negra (la Rome Noire).

La ville de Salvador possède également de nombreux atouts sur le plan touristique. L'un de ses sites les plus importants, l'Elevador Lacerda, se trouve à mi-chemin entre la Cidade Baixa et la Cidade Alta (la ville haute et la ville basse). Par ailleurs, les touristes de passage ne manquent jamais l'occasion de visiter le Pelourinho, qui se trouve dans le centre historique. Ses églises et ses bâtiments datant de l'époque coloniale lui ont valu d'être inscrit au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'UNESCO en 1985.

Mais Salvador ne se contente évidemment pas de son statut de joyau historique. La ville a également donné naissance à de nombreux artistes. La capitale de l'état de Bahia s'est développée, au point de devenir l'un des plus importants centres économiques du nord-est et la troisième agglomération la plus peuplée du pays, avec près de trois millions d'habitants.

Football
S'il est bien une chose dont on peut être certain, à l'issue de chaque édition du Campeonato Brasileiro, c'est de retrouver l'une des équipes de Salvador, l'Esporte Clube Bahia ou l'Esporte Clube Vitória, parmi les premières places du classement des meilleures affluences. Les Soteropolitanos sont de vrais passionnés de football !

Les deux grands rivaux dominent régulièrement les débats dans l'Etat de Bahia, mais possèdent également une certaine histoire sur le plan national. Le Tricolor de Bahia a remporté le Brasileiro en 1988 et la Taça Brasil (l'ancêtre du championnat national) en 1959. De son côté, Vitória compte trois Coupes du Nord-est à son actif et la deuxième place du Brasileiro version 1993. Le Leão est également connu pour posséder un des meilleurs centres de formation du pays, dont sont notamment sortis Bebeto et Dida, deux anciens vainqueurs de la Coupe du Monde de la FIFA.

En dehors des festivités du carnaval, l'un des moments les plus attendus par tous les habitants de Salvador est évidemment le fameux derby Ba-Vi, qui met aux prises les deux grands rivaux. Alors que Vitoria est propriétaire du Barradão et l'EC Bahia joue ses matches à domicile au Pituaçu, appartenant à l'Etat, les grands matches étaient disputés au Fonte Nova, qui a été détruit et reconstruit pour devenir l'une des plus belles enceintes de la Coupe des Confédérations Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014.