Pour remporter sa 23ème et dernière médaille d'or olympique, le Brésil a réalisé des miracles à Londres 2012. Après avoir perdu deux de leurs trois premiers matches dans la compétition, les 12... volleyeurs ont contre toute attente réussi à atteindre la phase des rencontres à élimination directe, avant de soulever le trophée.

Mais sur ces 23 médailles d'or, aucune n'a été décrochée dans la discipline qui est une véritable religion au Brésil : le football. Quelle ironie ! La nation qui détient le record de sacres dans la Coupe du Monde de la FIFA™, avec cinq trophées, n'a jamais été médaillée d'or depuis sa première participation au Tournoi Olympique de Football Masculin en 1952. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé.

À Los Angeles 1984, la Seleção olympique compte dans ses rangs Gilmar Rinaldi et Dunga, actuels coordinateur général et sélectionneur national respectivement. Cela ne suffira toutefois pas pour battre la France en finale. Quatre ans plus tard, les Taffarel, Jorginho, Bebeto, Romario et autres Careca atteignent de nouveau la finale, où ils s'inclinent devant l'Union soviétique. Le Brésil se présente à Atlanta 1996 avec une pléthore de stars, parmi lesquelles Dida, Aldair, Roberto Carlos, Juninho Paulista, Rivaldo et Ronaldo. Dans une demi-finale où ils semblent s'amuser, les Sud-Américains mènent 3:1 devant le Nigeria à 12 minutes du terme. Ils se feront finalement rejoindre puis dépasser, avec à la clé une défaite 3:4 à l'issue de la prolongation. Dernier épisode douloureux pour les Auriverdes sur la scène olympique : à Londres 2012, dans une finale dont ils étaient donnés grands favoris, Thiago Silva, Oscar, Hulk et autres Neymar se font surprendre par le Mexique (1:2).

Jamais deux sans trois ?
Une autre raison pour laquelle les Brésiliens n'attendent rien d'autre que la médaille d'or au Tournoi Olympique de Football Masculin 2016 est qu'ils ne veulent pas vivre un troisième calvaire sur leurs propres terres, après celui de 1950 et l'improbable défaite face à l'Uruguay dans le match décisif de la Coupe du Monde de la FIFA™ de cette année-là, et celui de 2014, avec le lourd 1:7 reçu des mains de l'Allemagne en demi-finale de l'épreuve reine.

L'ultime motif qui donne au Brésil une aussi forte motivation de monter sur la première marche du podium à Rio de Janeiro 2016 est que le titre olympique est le seul qui manque dans la somptueuse collection de trophées du football brésilien. "Je rêve de jouer le tournoi olympique dans mon pays. J'ai eu la chance de jouer la Coupe des Confédérations et la Coupe du Monde au Brésil. Il ne reste que les Jeux Olympiques", lâche Neymar, absent de la demi-finale contre l'Allemagne à Belo Horizonte pour cause de blessure, mais qui estime que le Brésil saura tirer les enseignements de cette déroute. "Tout est bon pour apprendre. Je me souviendrai toute ma vie des Jeux Olympiques de Londres. Maintenant, je veux faire partie de l'effectif pour les Jeux de Rio et offrir le titre au peuple brésilien. Gagner la médaille d'or au Maracanã serait merveilleux et inoubliable."

Jamais sans Neymar
Après le parcours décevant de la sélection brésilienne au Championnat d'Amérique du Sud U-20 en février 2015, la Confédération brésilienne de football (CBF) a annoncé un remaniement en profondeur de l'encadrement technique des sélections U-20 et olympique. Le sélectionneur Alexandre Gallo est l'un des deux seuls membres du staff à avoir conservé son poste. Dunga et Gilmar Rinaldi étaient d'ailleurs tous les deux présents à la dernière réunion en date de la nouvelle équipe. La CBF a également révélé que la sélection olympique allait jouer un match amical à domicile face au Paraguay, le 27 mars prochain. En outre, le Brésil participera à la Coupe du Monde U-20 de la FIFA et aux Jeux panaméricains - une compétition U-22 - au cours des mois à venir.

L'équipe qui a remporté en novembre 2015 le Tournoi international de Wuhan, où étaient également présentes l'Australie, la RP Chine et la République de Corée, comportait dans ses rangs plusieurs joueurs intéressants, comme le jeune prodige de Benfica Talisca, le meneur de jeu de la Lazio Felipe Anderson, ou encore le Barcelonais Rafinha, dont le frère Thiago Alcantara évolue au Bayern Munich et avec les A espagnols.

Si ces trois joueurs n'ont aucune certitude de représenter le Brésil à Rio 2016, la participation de Neymar ne fait presque plus de doute : "Neymar est un joueur incroyable, un grand professionnel et un garçon fantastique. Si le Brésil ne l'utilisait pas pour les Jeux Olympiques, c'est comme si l'Argentine décidait de se passer de Lionel Messi ou le Portugal de Cristiano Ronaldo pour la Coupe du Monde", conclut Gallo.