"Je l'ai regardé chez moi avec des amis. C'était un match étrange." Comme Julian Brandt, tous les Allemands se souviennent de l'endroit où ils étaient le jour de la demi-finale historique Allemagne - Brésil, conclue sur le score de 7:1 pour les Européens. Alors que ces 90 minutes ont plongé le futebol brésilien dans le pire cauchemar de son histoire récente, elles ont rapproché le fussball allemand de son zénith. Cinq jours plus tard, la Nationalmannschaft soulevait le trophée au Maracanã. Aujourd'hui, la mythique enceinte s'apprête à accueillir un remake de cette affiche, cette fois dans le cadre du Tournoi Olympique de Football.

"C'est un immense bonheur de jouer dans ce stade historique", s'exclame Brandt à FIFA.com, sourire aux lèvres. "L'envie de rééditer le match de 2014 nous motive également. La pression n'est pas vraiment sur nous, mais plutôt sur les Brésiliens."

Brandt aura sans doute un rôle à jouer dans la finale du Maracanã. Fer de lance d'un onze truffé de talents offensifs, il a été directement impliqué dans neuf des 21 buts allemands marqués jusqu'ici. Il en a servi sept et deux de ses tirs ont été conclus par ses coéquipiers après déviation. Buteur dans six matches consécutifs sous les couleurs du Bayer Leverkusen la saison dernière, Brandt n'a cependant pas encore trouvé les filets à Rio 2016. "En général, je pense surtout au collectif", assure Brandt. "Marquer n'est pas ma priorité et je suis fier de mes passes décisives. Mais maintenant, mon ambition est d'inscrire un but en finale. Ce serait l'occasion idéale d'ouvrir mon compteur."

Le meneur de jeu de 20 ans s'est vu ouvrir les portes de la sélection senior par Joachim Löw en début d'année, lors d'un amical contre la Slovaquie. Il compte bien ne pas en rester là. "Plusieurs joueurs-clés ont pris leur retraite récemment, notamment Bastian Schweinsteiger et Lukas Podolski", explique l'attaquant de Leverkusen. "La jeune génération est prête à prendre la relèvet. Je garde un œil sur l'équipe nationale, évidemment. J'espère m'y faire une place un jour."

L'ambition est un sentiment que l'encadrement allemand cultive avec soin chez ses jeunes pousses. Le meilleur résultat obtenu jusqu'ici par l'Allemagne dans le Tournoi Olympique de Football Masculin était une médaille de bronze décrochée en 1988. La promotion 2016 a d'ores et déjà dépassé ses prédécesseurs, qui comptaient Jürgen Klinsmann et Karl-Heinz Reidle dans leurs rangs. "Quoi qu'il arrive en finale, ce sera du bonus", confirme Brandt. "Nous ne pouvons pas nous comparer à l'équipe de 1988, parce que notre groupe s'est formé récemment et en très peu de temps. C'est ce qui rend si incroyable notre accession en finale. Nous avons fait mieux que ces légendes du football allemand et nous sommes déjà entrés dans l'histoire du tournoi. C'est énorme !"

Tellement énorme que dans quelques années, tous les Allemands se souviendront peut-être de l'endroit où ils étaient le jour de la finale de Rio 2016...