Le Brésil a mis fin à une attente de 60 ans en emportant l'or olympique à Rio 2016 sous l'impulsion de Neymar, qui a joué un rôle clé dans le triomphe des siens sur la pelouse du mythique Maracanã. Opposée à l'Allemagne, responsable du terrible 7:1 infligé aux Brésiliens dans le dernier carré de la Coupe du Monde de la FIFA 2014™, la Seleção n'aurait pu rêver de plus beau dénouement. Absent pour cause de blessure de la demi-finale fatidique, Neymar a ouvert la marque d'un somptueux coup franc, avant que Maximilian Meyer égalise, menant la rencontre à la prolongation, puis aux tirs au but.

Après huit tirs convertis, le gardien Weverton, appelé en urgence pour pallier le forfait de Fernando Prass blessé, a arrêté la frappe du meilleur buteur du tournoi Nils Petersen. Il a ainsi donné à Neymar l'occasion de tirer le cinquième penalty et d'offrir aux quintuples champions du monde le seul trophée manquant à leur palmarès. L'attaquant s'est exécuté sans trembler, déclenchant une explosion de joie au Maracanã et dans tout le pays. Le soulagement et le bonheur se lisaient sur son visage lorsqu'il s'est laissé tomber à genoux sur le terrain.

Capitaine de l'équipe victorieuse de Rogerio Micale, Neymar était entouré par les chevronnés Weverton et Renato Augusto, qui ont noué une entente parfaite avec les deux Gabriel, Barbosa et Jesus, ainsi qu'avec l'attaquant Luan, révélation du tournoi. La défense brésilienne a également reçu son lot d'éloges. Le but de Meyer est en effet le seul concédé au cours de la compétition par Weverton et l'arrière-garde composée de Zeca, Rodrigo Caio, Marquinhos et Douglas Santos.

Le grand rendez-vous olympique a été marqué par les premières, à l'image du sacre auriverde. L'Allemagne a réalisé sa meilleure performance en décrochant l'argent, après le bronze remporté en 1988. Le Nigeria a, quant à lui, complété son tableau de chasse en ajoutant le bronze à ses médailles d'or (Atlanta 1996) et d'argent (Pékin 2008). Le Honduras, invité surprise de Rio 2016, s'est classé quatrième et a ainsi surpassé la place de quart de finaliste obtenue à Londres 2012.

Six enceintes de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ ont abrité les rencontres de Rio 2016. Plus d'un million de spectateurs se sont pressés dans les tribunes à travers le pays, pour une affluence moyenne de 30 000 personnes par match. Le Maracanã a accueilli environ 50 000 spectateurs lors de la demi-finale Brésil-Honduras, et plus de 60 000 pour le choc au sommet entre les hôtes et la Nationalmannschaft.

A l'attaque toute
Si la présence du Honduras dans le dernier carré a surpris, la phase de groupes a accouché de l'élimination non moins étonnante des vainqueurs des trois éditions précédentes, le Mexique et l'Argentine, tous deux troisièmes de leur poule. Les contres explosifs des Catrachos ont ensuite eu raison en quart de finale de la République de Corée, médaille de bronze de Londres 2012.

Le tournoi s'est aussi signalé par la rapidité du jeu offensif, domaine dans lequel deux demi-finalistes se sont distingués : le Honduras, avec son trio Alberth Elis, Romell Quioto et Antony Lozano, et le Nigeria, dont la ligne d'attaque comprenait Oghenekaro Etebo, Imoh Ezekiel et Sadiq Umar.

Les prouesses offensives de ces deux formations ont toutefois été éclipsées par les Allemands, auteurs de 22 réalisations, suivis par le Brésil emmené par ses fers de lance Neymar, Luan, Gabigol et Gabriel Jesus. Le tournoi a engendré 104 buts, soit une moyenne de 3,25 par match, la meilleure depuis l'adoption du format actuel de la compétition en 1980.

En demi-finale contre la H, Neymar a inscrit le but le plus rapide de l'histoire des Tournois Olympiques après avoir subtilisé le ballon au défenseur Johnny Palacios et trompé le gardien Luis Lopez dans les 15 premières secondes de la rencontre. Sous la pression écrasante de tout un pays, Neymar a conduit son équipe à la victoire, tout comme en Coupe des Confédérations de la FIFA, Brésil 2013.

Nations participantes

Afrique du Sud, Algérie, Allemagne, Argentine, Brésil, Colombie, Danemark, Fidji, Honduras, Irak, Japon, Mexique, Nigeria, Portugal, République de Corée, Suède

Classement final
1. Brésil (or)
2. Allemagne (argent)
3. Nigeria (bronze)
4. Honduras

Prix du Fair-Play de la FIFA : Danemark

Stades
Arena Amazonia (Manaus), Arena Corinthians (São Paulo), Arena Fonte Nova (Salvador), Estadio Mineirao (Belo Horizonte), Estadio Nacional (Brasilia), Maracanã, Estadio Olímpico (tous deux à Rio de Janeiro)

Nombre total de buts
104 (moyenne par match : 3,25)

Meilleurs buteurs
6 : Nils Petersen (GER)
6 : Serge Gnabry (GER)
4 : Max Meyer (GER)

Nombre total de spectateurs : 1 009 162
Affluence moyenne : 31 536