L’ultime quart de finale du Tournoi Olympique de Football, Rio 2016 voyait le Brésil être opposé à la Colombie, ce 13 août à São Paulo, pour un choc 100% sud-américain. De par l’enjeu - une place en demi-finale - et sans doute de par la proximité géographique des deux pays, il s’est dégagé de ce match énormément de tension. A l’arrivée, la guerre des nerfs a souri aux locaux (2 :0).

Dès les premières minutes, entre deux coups de sifflet de Cuneyt Cakir l’arbitre de la rencontre, la Colombie parvenait tout de même à se créer une occasion, le tacle d’Harold Preciado pour contrer un dégagement du gardien Weverton rasant la lucarne brésilienne (8’). Faute de pouvoir mettre son jeu de passes en place - trop de fautes colombiennes - la Seleçao s’en remettait à la patte droite de Neymar sur coup franc. Le Blaugrana envoyait un magnifique ballon, de 25 mètres, hors de portée de Cristian Bonilla (12', 1:0).

Si ce but relaxait les Brésiliens, il excitait un peu plus des Cafeteros agressifs sur le porteur de balle. Les occasions se raréfiaient et la tension montait encore d’un cran lorsque les Colombiens refusaient de rendre un ballon volontairement mis en touche par un Brésilien suite à une énième faute. La mi-temps était sifflée la-dessus et elle était la bienvenue.

Les deux équipes revenaient sur la pelouse avec de belles intentions, les Cafeteros se montrant les plus dangereux. Teofilo Gutierrez puis Dorlan Pabon trouvaient la cible de loin, mais aussi les gants de Weverton (50’, 51'). Et quand ce n’était pas Weverton, c’était Marquinhos qui faisait des miracles à l’image de ce magnifique tacle sur Gutierrez, au point de penalty (52'). Les Auriverdes ne paniquaient pas et tentaient tant bien que mal de réciter leur football, mais ils péchaient à chaque fois dans la dernière passe. C’est encore sur coup de pied arrêté qu’ils étaient les plus menaçants, en témoigne cette tête signée Rodrigo Caia que parait difficilement Bonilla (66’).  

Dans l’obligation d’égaliser, la Colombie prenait tous les risques mais se découvrait. Le Brésil en profitait pour faire le break par Luan (83', 2:0), pour le plus grand plaisir des quelques 40000 personne qui garnissaient l’Arena Corinthians. Maintenant direction l’Estádio do Maracanã de Rio de Janeiro pour les hôtes. Le Honduras l’attend là-bas, en demi-finale.