Un stade mythique, le Maracanã ; deux équipes deux rêves : Brésil-Allemagne ; une revanche, celle d’une Seleçao balayée par une Mannschaft, en demi-finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014… Toutes les conditions étaient remplies ce 20 août pour que la finale du Tournoi Olympique de Football Masculin soit mémorable. A l’issue de 120 minutes intenses, le Brésil a décroché la médaille d’Or de "son" Tournoi Olympique (1:1, 5:4 t.a.b.).

Devant un public jaune et vert en surchauffe, l’Allemagne frappait pourtant la première… la transversale ! Aux 18 mètres, Julien Brandt recevait un ballon en provenance de Serge Gnabry, il l’enroulait parfaitement, mais sur la barre (10’). Servi par Douglas Santos, Luan avait l’occasion de faire exploser de joie le Maracanã trois minutes après. Sa frappe était renvoyée par la défense. Qu’à cela ne tienne, Neymar prenait les choses en main sur coup franc : son ballon enveloppé faisait mouche avec l’aide de la barre (27, 1:0).

Le vacarme que ce but avait déclenché ne perturbait pas plus que ça une Nationalmannschaft concentrée, mais malchanceuse. Trois minutes après l’ouverture du score, un nouveau coup franc était dévié par un défenseur brésilien… sur la barre (30’) ! Dans la foulée, Weverton réalisait une parade-miracle devant Matthias Ginter avant d’être sauvé sur une tête de Sven Bender, consécutive à un coup franc de Brandt… par sa transversale, à nouveau (35’). Le Brésil virait en tête à la pause, mais cela ne reflétait pas vraiment la physionomie de la rencontre.

NeymOR
De retour des vestiaires, les joueurs de Rogerio Micale essayaient surtout de gérer leur avance en endiguant le plus possible les offensives européennes. Cela fonctionnait pendant un quart d’heure. Car à la 59ème minute, Max Meyer trouvait la faille dans la défense, et égalisait d’une reprise imparable sur un service de Jeremy Toljan (59’, 1:1). Le Maracanã était réduit au silence. Le Brésil tentait bien de repartir à l’attaque. Tour à tour, Renato Augusto (65’), Felipe Anderson (77’), Neymar (78’) et Luan (80’) redonnaient des frissons à leurs supporteurs, mais pas de quoi les faire chavirer de bonheur.  

La prolongation faisait monter d’un cran l’intensité, mais aucune des deux équipes n’y trouvait son bonheur, malgré plusieurs occasions de part et d’autre. Luan (96’), puis Felipe Anderson (107’), côté brésilien, et Brandt côté allemand avaient ainsi des balles de but, qu’ils ne convertissaient pas. La décision se faisait alors aux penalties… Dernier tireur allemand Nils Petersen voyait sa tentative repoussée par Weverton. Neymar, lui, ne tremblait pas et envoyait le Brésil au sommet de l’Olympe.