La liste des titres remportés par John Obi Mikel ressemble à celles que dressent tous les jours les enfants du monde entier lorsqu’on leur demande ce qu’ils veulent être plus tard : champion de Premier League, vainqueur de la Ligue des champions de l’UEFA, quadruple vainqueur de la FA Cup et vainqueur de la Coupe d’Afrique des Nations de la CAF. Mais cette liste n’est pas encore tout à fait complète...

Le milieu de terrain de Chelsea est en effet venu à Rio pour relever un défi d’un genre nouveau : mener la sixième itération de la Dream Team vers un nouveau sacre olympique. Dans un entretien exclusif accordé à FIFA.com, le Nigérian s’émerveille du niveau affiché depuis le début de la compétition, qu’il compare volontiers à celui de la Ligue des champions. À l’approche d’un choc très attendu contre l’Allemagne en demi-finale, il revient pour nous sur le bon parcours de son équipe, ses propres qualités de meneur et le nouveau chapitre que son pays aimerait écrire.

John, à quoi attribuez-vous les excellents résultats du Nigeria dans ce tournoi ?
Nous devons notre réussite à notre détermination, à notre abnégation, à notre sens du collectif et à notre solidarité. C’est absolument fantastique. De plus, cette équipe a été pensée pour produire du jeu et nous permettre de nous exprimer. Sur le terrain, nous nous créons des occasions et nous marquons. Nous avons faim et nous sommes prêts à tout pour nous entraider. Nous courons les uns pour les autres. Quand nous sommes sur le terrain, nous savons exactement ce que nous avons à faire. C’est très important et c’est ce qui nous a permis d’en arriver là.

Comment jugez-vous ce tournoi olympique par rapport aux autres expériences que vous avez pu vivre dans votre carrière ?
C’est fabuleux. J’ai l’impression de me retrouver à l’époque où je jouais avec les U-17 et les U-20. Je passe de très bons moments au Brésil. J’essaye d’en profiter pleinement. J’ai la chance d’évoluer aux côtés de grands joueurs. Ils possèdent une énergie, une force et une rapidité extraordinaires. Je suis très heureux de faire partie de ce groupe et de pouvoir vivre toutes ces choses magnifiques.

Sur le terrain, vous semblez évoluer un peu plus haut qu’à l’accoutumée. Ce rôle de milieu offensif vous plaît-il ?
Au départ, j’ai été formé à un poste plus offensif, mais nous ne sommes pas là pour refaire l’histoire. Depuis onze ans, je me suis fait un nom en tant que milieu défensif. Néanmoins, à chaque fois que je reviens en sélection, on me donne davantage de responsabilités offensives. Je fais toujours de mon mieux pour contribuer au jeu de mon équipe et créer des occasions. J’aime ça. C’est toujours un plaisir de retrouver ce poste.

Quels sont les aspects du rôle de capitaine que vous appréciez le plus ?
Tout est une question d’expérience. Je leur transmets des connaissances qui leur seront utiles dans ce contexte car nous sommes confrontés à des adversaires de haut niveau. Mes partenaires attendent beaucoup de moi, alors je dois montrer l’exemple. Je ne ménage pas mes efforts sur le terrain. Ils s’en rendent compte et eux aussi essayent de donner le maximum. Il faut toujours montrer l’exemple. Tant que je tiens mon rôle de modèle et que la victoire est au rendez-vous, le collectif peut occuper le devant de la scène. Il ne faut pas négliger les performances individuelles, mais ce qui compte le plus à mes yeux, c’est que l’équipe joue bien et enchaîne les victoires.

Le niveau de jeu vous a-t-il surpris ?
Oui, énormément. Il est stupéfiant. On a l’impression de jouer la Ligue des champions. Chaque erreur se paye au prix fort, vous pouvez me croire. C’est comme ça depuis le début. Notre défense est solide pour le moment, pourvu que ça dure. Je sais que nous pouvons nous créer des occasions et poser des problèmes à nos adversaires. Nous l’avons prouvé régulièrement. Tant que nous ne prenons pas de buts, nous avons toutes nos chances.

Que représenterait pour vous une finale au Maracanã  ?
N’allez pas trop vite (rires). Pour être franc, je n’y ai pas encore réfléchi. Je ne me projette pas au-delà de mercredi. Les Allemands sont très forts alors il va falloir être sérieux. Dans cette équipe, nous ne nous occupons pas trop de ce que font les autres. Ce qui nous intéresse, c’est ce que nous sommes capables de réaliser le jour J. Le match précédent est déjà oublié. Nous ne pensons qu’à une chose, produire la meilleure performance possible pendant 90 minutes ou plus, si nécessaire. C’est tout ce qui compte pour nous. Nous avons respecté cette ligne de conduite jusqu’à présent et je ne vois pas de raison pour que ça change.  

Vous avez remporté la Ligue des champions, deux Premier Leagues, quatre FA Cups et la Coupe d’Afrique. Que signifierait une médaille d’or pour vous et pour le Nigeria ?
Ça représente énormément. C’est la chose la plus importante au monde pour moi, la cerise sur le gâteau. Comme tout le monde, je veux gagner. Quel que soit le contexte, ça signifie toujours la même chose pour moi. Gagner avec cette équipe, ce serait tout simplement fabuleux. J’espère que ça arrivera. Je prie pour ça.