Bach : "Vraiment impressionnant"
© Getty Images

Les deux matches pour la cinquième place des Tournois de Football des Jeux Olympiques de la Jeunesse 2014 à Nankin se sont déroulés sous les yeux d'un illustre spectateur. Thomas Bach, Président du Comité international olympique (CIO), a honoré de sa présence les jeunes joueuses et joueurs dans le stade de Jiangning. En parallèle de sa visite, le champion olympique de fleuret en 1976 a répondu à quelques questions au micro de FIFA.com.

Thomas Bach, quel bilan faites-vous de ces Jeux Olympiques de la Jeunesse jusqu'à présent ?
Ce sont des Jeux extraordinaires, dont nous retiendrons l'extrême gentillesse de nos hôtes ainsi que l'organisation sans faille.

Que pensez-vous de l'enthousiasme qui règne à Nankin ?
L'engouement est général : dans la ville, dans les enceintes sportives mais aussi et surtout dans le village olympique. Les athlètes sont très heureux. Même ici, sur les tournois de football, le nombre de spectateurs est vraiment impressionnant pour une compétition junior.

Le village olympique a également pour but d'encourager les échanges entre les sportifs et la découverte d'autres cultures. Cela fonctionne-t-il ?
Nous sommes parvenus à créer un bon équilibre entre la concentration nécessaire en vue des épreuves d'une part et les aspects culturel et éducatif de ces Jeux Olympiques de la Jeunesse d'autre part. En parlant avec les athlètes, nous remarquons qu'ils sont évidemment concentrés sur leurs objectifs sportifs, mais aussi qu'ils saisissent la moindre opportunité de se rendre sur les stands des autres délégations, de participer aux programmes d'éducation et de nouer des amitiés. Le concept mis en place rencontre une grande popularité dans le village.

Vous avez vous-même connu la gloire olympique. À quel point la participation à un tel événement est-elle importante pour le développement sportif et personnel d'un athlète ?
Je crois que ces Jeux de la Jeunesse peuvent jouer un rôle primordial à cet égard. Ils permettent à ces filles et ces garçons de découvrir l'atmosphère olympique, l'ambiance d'un événement multisport d'envergure, mais aussi l'esprit olympique, dont les fondements sont la rencontre d'autres cultures, l'échange et l'apprentissage de la vie.

Vous intéressez-vous particulièrement au football ?
Oui, énormément, d'autant plus que j'aurais adoré y jouer (rires).

Avez-vous également suivi la Coupe du Monde de la FIFA 2014™ au Brésil ?
Bien sûr. J'étais même présent dans le stade pour la finale, une petite tradition que je respecte depuis 1986.

Dans quatre ans, les troisièmes Jeux Olympiques de la Jeunesse auront lieu à Buenos Aires, où vous avez été élu président du CIO l'an dernier. Revêtiront-ils pour vous un caractère particulier ?
Je me réjouis déjà de ces J.O., parce qu'ils seront l'occasion pour l'Argentine et l'Amérique du Sud de montrer comment ils interprètent le sport et l'esprit olympique. Ce sera différent d'ici, en Chine, mais la réussite sera également au rendez-vous.