L'Amérique du Sud garde le titre
© Getty Images

Après la défaite du Venezuela face à la RP Chine en finale du Tournoi Olympique de Football Filles, le Pérou a vengé la CONMEBOL en s’imposant non sans mal face à la République de Corée dans le match décisif de l’édition masculine. Il s’agit de la deuxième médaille d’or consécutive de l’Amérique du Sud dans l’épreuve après le titre de la Bolivie il y a quatre ans à Singapour.

Les moments-clés
Les finalistes étaient bien les meilleurs : La République de Corée et le Pérou n’ont pas volé leur place en finale. Champions U-15 de la CONMEBOL, les Incas ont exploité leur facilité technique individuelle, leur capacité de lecture du jeu et leur circuit créatif parfaitement huilé. Quant aux Asiatiques, ils se sont appuyés sur une organisation très cadrée, une discipline tactique rigoureuse, leur condition physique et leur vitesse. Avec trois buts encaissés chacun, les deux finalistes terminent avec les meilleures défenses de la compétition. La République de Corée finit meilleure attaque ex-aequo avec 16 buts en quatre matches, tandis que le Pérou peut se targuer d’avoir remporté tous ses matches.

Ils servent "show" : Les deux Péruviens Christopher Olivares and Gerald Tavara ont impressionné par leur capacité à aimanter le cuir et leurs courses chaloupées dans les défenses. Quant au maestro islandais Kolbeinn Finnsson, il a fait apprécier sa vision périphérique du jeu et ses passes incisives à la naissance des actions. Grâce à son assurance, sa verticalité et ses ouvertures bien senties, le Scandinave a engendré de nombreuses occasions dangereuses à partir de situations a priori anodines. Même s'il a échoué au pied du podium, le Cap-Vert a offert quelques moments magiques par l’intermédiaire de joueurs comme Andradino, auteur de trois buts grâce à sa science du jeu, sa vitesse et son instinct à la finition.

Les super-jokers : La première édition du Tournoi Olympique de Football Garçons avait assisté à l’émergence de Luis Banegas dans un rôle de "super remplaçant." Blessé en début de compétition, le Bolivien était entré en cours de jeu lors de la finale face à Haïti, alors que son équipe était réduite à dix. Auteur d’un doublé, il avait contribué à la victoire 5:0 des siens. Cette année à Nankin, plusieurs remplaçants ont fait concurrence aux exploits de Banegas. L’attaquant islandais Helgi Gudjonsson a claqué un triplé après être entré en cours de jeu lors du premier match face au Honduras. En demi-finale face à la République de Corée, il a frappé une minute à peine après avoir pénétré sur la pelouse en seconde période. Le Sud-Coréen Joo Hwimin s’est montré tout aussi efficace en sortie de banc. Il a ainsi marqué à trois reprises à l’occasion de ses trois apparitions en tant que remplaçant, signant notamment l’égalisation face à l’Islande.

Les artificiers péruviens : Les Péruviens ont fait apprécier leur précision sur les coups de pied arrêtés, où ils ne manquaient pas d’artificiers à disposition. Les deux buts de leur victoire inaugurale face à l’Islande sont ainsi venus sur des coups francs, notamment le petit bijou de Gerald Tavara, qui a donné un avantage de 2:0 aux Blanquirrojos. Lors de leur deuxième sortie face au Honduras, les Sud-Américains se sont imposés 3:1, avec deux penalties à la clé. L’attaquant Franklin Gil en a marqué un avant de provoquer l’autre. Le Pérou a également exploité sa qualité de frappe lointaine, comme sur ce tir à la trajectoire bombée de son capitaine Fernando Pacheco en finale.

Stars et surprises
Après avoir propulsé les Guerriers Taeguk sur la plus haute marche du podium aux Jeux Asiatiques de la Jeunesse l’an dernier à Nankin, l’attaquant sud-coréen Lee Jiyong et son coéquipier du milieu de terrain Jeong Wooyeong étaient attendus au tournant pour leur retour dans la "Capitale du Sud". Les deux garçons se sont montrés à la hauteur des attentes en inscrivant trois buts chacun, mais leur coéquipier Kim Gyuhyeong leur a volé la vedette. Le milieu de terrain d’Ulsan Hyundai a trouvé le chemin des filets à cinq reprises et il a donné trois passes décisives. L’équipe péruvienne regorgeait de qualité dans tous les compartiments mais certains joueurs se sont distingués plus que d’autres. C’est le cas de Franklin Gil, auteur de l’égalisation face à la République de Corée en finale. Suite à sa prestation, le sélectionneur inca Juan Jose Ore a couvert d’éloges son attaquant, dont il espère qu’il deviendra le pilier de cette équipe. Si le Honduras n’a enregistré qu’une seule victoire, l’avant-centre catracho  Paolo Belloni a justifié son prestigieux transfert au Genoa.

Oubliés dans les pronostics d’avant-compétition, les outsiders islandais ont décroché la médaille de bronze pour leur première participation à une compétition de la FIFA. Auteur d’un hat-trick, Heigi Gudjonsson a brillé lors du match d’ouverture face au Honduras. Pour un pays ne comptant que 500 000 habitants, le Cap-Vert a également signé un parcours admirable. Après leur lourde défaite 5:0 face à la République de Corée, les Africains ont su se ressaisir pour l’emporter 7:1 face au Vanuatu. Arrière latéral à la brésilienne, Ricardo a signé un triplé lors de ce succès, tandis que l’explosif attaquant Andradino a frappé à deux reprises. Le Vanuatu n’a pas été capable de rééditer sa cinquième place de Singapour 2010. Bon dernier, il a encaissé 21 buts contre seulement quatre lors de la dernière édition. Les Océaniens ont toutefois été récompensés de leur ténacité lorsque Lauren Saurei a inscrit l’unique but de leur campagne chinoise face aux Cap-Verdiens.

Entendu...
"Cette victoire est beaucoup plus importante pour nous que la médaille d’or. Je suis comblé par les performances de mes joueurs ici. Ce groupe a beaucoup de potentiel. Quand ils auront 20 ans, ces joueurs seront encore plus forts. Ils ont encore besoin de progresser et de peaufiner certains aspects, c’est évident. J’espère qu’ils pourront concrétiser notre rêve de revenir en Coupe du Monde aussi vite que possible" - Juan Jose Ore, sélectionneur du Pérou

Nations participantes
Cap-Vert, Islande, Honduras, Pérou, République de Corée, Vanuatu

Classement
1. Pérou
2. République de Corée
3. Islandes
4.  Cap-Vert
5. Honduras
6. Vanuatu

Ville hôte et stade
Jiangning Sports Centre (Nankin)

Buts
52 (soit une moyenne de 4,73 buts par match)

Meilleurs buteurs
Kim Gyuhyeong (KOR) : 5 buts et 3 passes décisives
Helgi Gudjonsson (ISL) : 5 buts
Franklin Gil (PER) : 3 buts et 1 passe décisive

Prix du Fair-Play de la FIFA
République de Corée

Affluence
116 572 (soit une moyenne de 10 597 spectateurs par match)