Les amateurs de football coréen ignorent peut-être que le roi Jeongjo de la dynastie Joseon avait tenté en vain de transférer la capitale de Séoul à Suwon. Le projet de l'ancien monarque n'a certes pas abouti mais, deux siècles plus tard, la cité s'est imposée comme la capitale du football coréen, pour le plus grand bonheur de ses habitants.

Cette réussite doit évidemment beaucoup à l'émergence des Suwon Bluewings, l'une des formations les plus titrées et les plus populaires du pays. FIFA.com s'est lancé à la découverte de l'histoire du quadruple champion de République de Corée.

Naissance d'une institution
Les Suwon Bluewings sont officiellement devenus la neuvième équipe à intégrer la K-League en 1996. C'est en effet à cette époque que les responsables du championnat de République de Corée ont choisi de "délocaliser" trois formations de l'élite, afin de désengorger la capitale. Les Bluewings trouvent rapidement leur public et se font une place dans le cœur de leurs nouveaux supporters en multipliant les performances de haut vol lors de leur première saison à Suwon.

Sous la houlette de Kim Ho, l'homme qui avait mené la République de Corée à la Coupe du Monde de la FIFA, Etats-Unis 1994, les Bluewings bousculent l'ordre établi et remportent la deuxième partie de l'édition 1996. Malgré ce beau parcours, l'équipe doit s'incliner en finale face à Ulsan Horangi (3:2 sur l'ensemble des deux manches). Finaliste malheureux de la FA Cup la même année, Suwon devient vite l'un des principaux acteurs du football coréen.

La légende en marche
Les Bluewings vont devoir attendre trois saisons avant de remporter leur premier titre de champion. Ironie du sort, ce premier sacre s'effectue aux dépens d'Ulsan, en 1998. Vainqueur 1:0 en déplacement, Suwon arrache un nul 0:0 devant 36 456 spectateurs en délire au match retour pour s'adjuger la couronne. Conduit par son incroyable meneur de jeu Ko Jong-Soo, le club connaît alors une période faste. Non contents de conserver leur titre l'année suivante, les Bluewings s'imposent également en finale de la Super Coupe et de la Coupe de la Ligue.

La République de Corée ne suffit plus à Suwon, qui se lance à la conquête de l'Asie. En 2000, pour sa première participation à la Ligue des champions de l'AFC, le club trace sa route jusqu'en demi-finales avant de succomber face à Al Hilal, futur vainqueur de l'épreuve. La saison suivante, les Coréens s'imposent 1:0 en finale face aux Japonais de Jublio Iwata et inscrivent pour la première fois de leur histoire leur nom au palmarès de l'épreuve. En 2002, c'est l'attaquant Seo Jung-Won qui se met en évidence lors de la victoire aux tirs au but devant Anyang Cheetahs [devenus depuis le FC Séoul] au stade Azadi de Téhéran. Les Bluewings aiment à aligner les succès, comme en témoignent les deux Super Coupes d'Asie remportées consécutivement.

Aujourd'hui
Tandis que Suwon se fait un nom sur la scène continentale, sa domination sur le plan national commence à décroître. Les départs de Kim Ho et de plusieurs joueurs emblématiques en 2003 marquent effectivement la fin d'une époque. La saison suivante, les dirigeants font appel à l'ancien international Cha Bum-Kun pour relancer l'équipe. Les résultats ne se font pas attendre : les Bluewings remportent leur troisième titre de champion en s'imposant aux tirs au but face aux Pohang Steelers en finale.

Deuxième en K-League et finaliste de la FA Cup en 2006, Suwon renoue avec le succès l'année dernière, en terminant en tête à l'issue de la saison régulière après avoir aligné une incroyable série de onze victoires consécutives. Tenus en échec (1:1) en finale aller par leur rival de toujours, le FC Séoul, les Bluewings arrachent finalement la décision (2:1) devant leur public lors du match retour.

Le stade
Le stade de la Coupe du Monde de Suwon accueille les Bluewings et leur principal groupe de supporter, Grand Bleu, depuis 2002. Comme son nom l'indique, cette enceinte a servi de cadre à plusieurs rencontres de la Coupe du Monde de la FIFA, Corée/Japon 2002 : trois matches de poules et le huitième de finale entre l'Espagne et la République d'Irlande. Surnommé le Big Bird, cet édifice de 43 959 places est considéré comme l'un des symboles de la ville de Suwon, avec son toit en forme d'aile qui s'étend au-dessus de la tribune ouest.