"Dans le but de créer un club de football, tous les amoureux de ce sport sont invités à une réunion mercredi prochain à 20h15 dans la salle haute de la Maison des Tanneurs et des Cordonniers."

C'est par cette annonce dans le journal Basler Nationalzeitung du 12 novembre 1893 que tout a commencé. Trois jours plus tard, onze lecteurs intéressés ont répondu à l'appel et ont fondé un club qui figure aujourd'hui parmi les formations majeures du football suisse : le FC Bâle.

Avec douze titres de champion à son actif, le club surnommé "FCB" par ses fans occupe avec le FC Zurich la troisième place des clubs les plus titrés de la Super League suisse. Même si le Grasshopper Club de Zurich (27 titres) et le Servette Genève (17) ont davantage de couronnes nationales à leur palmarès, l'équipe du Parc Saint-Jacques, forte de quatre championnats remportés sur ces dix dernières années et de quelques performances remarquables, s'est fait un nom sur la scène européenne. Le FC Bâle est aujourd'hui considéré comme un géant du football helvète.

Quelques noms sont étroitement liés à l'ascension récente des joueurs en rouge et bleu : celui de l'entraîneur Christian Gross, dont Bâle s'est séparé à l'été 2009 après dix années couronnées de succès, et celui de Gisela Oeri, la présidente du club et la première femme à la tête d'un club de football professionnel en Suisse. L'entraîneur allemand Ottmar Hitzfeld, actuellement aux commandes de l'équipe de Suisse, se souvient quant à lui avec plaisir de la période qu'il a passée au FCB, où il a évolué comme joueur entre 1971 et 1975.

D'autre part, une histoire souvent racontée mais qui n'a jamais été confirmée donne un éclat supplémentaire au FC Bâle : elle affirme que celui-ci aurait servi de source d'inspiration lors de la création du FC Barcelone... FIFA.com vous invite à découvrir l'histoire sympathique et contrastée du FC Bâle.

Naissance d'une institution
Suite à la petite annonce dans le journal, le FC Bâle est fondé le 15 novembre 1893 par des membres d'un club d'aviron, des universitaires et un journaliste sportif ayant traduit les règles du football et qui se trouve par ailleurs être l'un des premiers de son corps de métier à figurer sur la scène médiatique suisse. Un peu plus de six mois plus tard, l'équipe dispute déjà son premier match à l'étranger : le FC Bâle, battu 0:8 par Strasbourg, reçoit une douloureuse leçon de réalisme et d'efficacité, mais le déplacement en Alsace devient rapidement une tradition.

Dès 1900, avec 111 membres, le FC Bâle est le deuxième plus grand club de Suisse après le Grasshopper Club. Quatre ans plus tard, il fournit pour la première fois des joueurs pour la sélection nationale. En 1912 est engagé le premier entraîneur de l'histoire du club, l'Anglais Percy Humphreys. En 1919, un Autrichien et un Hongrois sont les premiers étrangers à enfiler le maillot rouge et bleu. Le FCB devra attendre 1953 pour décrocher son premier titre de champion de Suisse, mais il marque déjà les esprits 28 ans plus tôt à l'occasion d'un duel spectaculaire : le club reçoit les Uruguayens du Nacional Montevideo pour un match mémorable (2:5), dont le coup d'envoi est donné par un lâché de ballons en avion.

La légende en marche
C'est l'arrivée d'un joueur allemand qui sonne le début de la période la plus glorieuse du FC Bâle. En 1965, Helmut Benthaus quitte le FC Cologne, alors le club le plus prestigieux d'Allemagne, pour rejoindre Bâle, où il constitue avec un autre Allemand, Jürgen Sundermann, et avec le Suisse Karl Odermatt un trio légendaire au milieu de terrain. Benthaus officiera plus tard comme entraîneur du club, avec lequel il remportera en tout sept championnats et trois Coupes nationales.

Cette période est marquée par plusieurs temps forts avant que ne s'ouvre le chapitre le plus amer de l'histoire du club. Le joueur vedette péruvien Teófilo Cubillas est engagé pour la saison 1973/74 et mène l'équipe jusqu'en quart de finale de la Coupe d'Europe des Clubs Champions. Six ans plus tard, Bâle s'empare pour la septième fois du titre de champion de Suisse, sous la direction de Benthaus. Mais en 1988, le FCB est relégué. Il se voit obligé de fêter son 100ème anniversaire en deuxième division et ne parvient à remonter qu'en 1994.

Aujourd'hui
Lorsque l'entraîneur suisse Gross, après une courte expérience en Angleterre avec Tottenham Hotspur, rejoint le FC Bâle l'été 1999 et que l'épouse de milliardaire Gisela Oeri décide d'investir dans le club, le FCB renoue avec le succès. En 2001, il est le premier club suisse à atteindre la finale de la Coupe Intertoto. Un an plus tard, il remporte son premier titre de champion de Suisse depuis 22 ans. Il parvient ensuite jusqu'à la deuxième phase de groupes de la Ligue des champions de l'UEFA. Entre 2004 et 2008, il ajoute à son palmarès trois autres couronnes nationales.

La saison dernière, en revanche, le FC Bâle n'a pas connu la réussite escomptée, ce qui l'a conduit à se séparer de Gross. Le successeur au poste d'entraîneur est un ancien joueur du Bayern Munich, Thorsten Fink. Le club compte sur lui, ainsi que sur l'attaquant star Alexander Frei, de retour à Bâle, pour marquer le début d'une nouvelle ère.

Une seule question reste désormais en suspens : est-ce réellement parce que le Suisse Hans Gamper, co-fondateur du FC Barcelone en 1899, a décidé d'adopter les couleurs du FC Bâle que les joueurs du club catalan sont parés de bleu et grenat ? Une chose est sûre, les couleurs et le petit ballon qui orne l'écusson du club sont effectivement identiques à ceux du FCB...

Le stade
Le Parc Saint-Jacques (Sankt Jakob-Park), souvent surnommé "Joggeli" dans le langage populaire, fait partie des arènes les plus appréciées des pays alpins. L'enceinte du FC Bâle, rouverte en 2001, est le plus grand stade de football de Suisse, avec une capacité de 38 512 spectateurs. Avec le Stade de Suisse à Berne, c'est le seul stade quatre étoiles UEFA du pays. Six rencontres de l'UEFA EURO 2008 y ont été disputées. Au Parc Saint-Jacques se trouvent par ailleurs le plus grand centre commercial de Bâle, le musée du FC Bâle et une résidence pour personnes âgées.