Triple champion du Japon, Yokohama F Marinos est un pilier du football nippon depuis la création de la J-League en 1993. FIFA.com dresse le portrait du club qui a ciselé les talents du milieu Shunsuke Nakamura et du gardien Yoshikatsu Kawaguchi, et qui entend aujourd'hui s'imposer parmi l'élite asiatique.

Naissance d'une institution
Le club de Marinos est né sous le nom de Nissan Motor FC en 1972. Alors que le football est encore un sport amateur au Japon, il crée un centre de formation qui lui livre un flux ininterrompu de joueurs talentueux et lui permet de devenir un poids lourd de la scène locale.

Promu en première division du championnat amateur en 1979/80, le club rafle une kyrielle de titres nationaux, dont le triplé championnat-Coupe de la ligue-Coupe de l'Empereur en 1988/89, avec l'ancien capitaine du Brésil Oscar à la tête de la défense et l'entraîneur Shu Kamo en chef d'orchestre. Victorieux des Coupes d'Asie des Vainqueurs de Coupes 1991/92 et 1992/93, il s'annonce d'ores et déjà comme un candidat sérieux au titre de la J-League alors en gestation.

Il se rebaptise Yokohama Marinos en 1993, nom auquel il adjoint un "F" après la fusion avec son rival local Yokohama Flugels en 1999.

La légende en marche
Emmené par le buteur argentin Ramon Diaz, Marinos se classe régulièrement dans le haut du tableau de la jeune J-League et remporte le titre en 1995. Ce n'est cependant qu'après la prise de fonctions du coach japonais Takeshi Okada en 2003 que le club va véritablement donner toute sa mesure. Le défenseur central Yuji Nakazawa, le milieu Daisuke Oku et une nouvelle recrue, l'attaquant Tatsuhiko Kubo, forment l'ossature de l'équipe qui remporte les deux phases du championnat cette année-là. L'ancien attaquant des Guerriers Taeguk Ahn Jung-Hwan vient s'ajouter au trio à point nommé en 2004, pour aider Marinos à défendre sa couronne face au vainqueur de la deuxième phase Urawa Red Diamonds. Celui-ci sera finalement vaincu aux tirs au but, au terme d'un nul 1:1, en score cumulé.

Au début de la saison 2005, Okada annonce ses ambitions asiatiques, mais doit les mettre en berne au vu de l'élimination de ses hommes en phase de groupes de la Ligue des champions de l'AFC. La même année, Marinos chute à la neuvième place en championnat. Okada démissionne au milieu de la saison 2006, laissant le club se morfondre du mauvais côté du tableau.

Aujourd'hui
En pleine période de transition, Marinos privilégie à présent le recrutement des joueurs issus de son remarquable centre de formation, plutôt que de stars venues d'autres clubs. Depuis le départ récent de vétérans tels que Kubo et Oku, l'équipe s'articule en grande partie autour du milieu Koji Yamase, titulaire en sélection, ainsi que du capitaine et ancien MVP de la J-League Nakazawa, qui a refusé plusieurs offres lucratives par fidélité envers le club. L'entraîneur Kokichi Kimura a pris les rênes au milieu de la saison 2008, et a ramené Marinos, alors 16ème sur 18, à la neuvième place.

Natif de Yokohama, Nakamura n'a pas caché son désir de revenir au Marinos après son long séjour en Europe, mais les supporters locaux devront encore patienter, car le milieu offensif a opté pour l'Espanyol en juin.

Le stade
Marinos évolue dans deux enceintes : le stade Nissan, dont la capacité de plus de 72 000 spectateurs est la plus élevée du Japon, et le stade Mitsuzawa, qui peut accueillir 15 000 personnes. Le premier, aussi connu sous le nom d'International Stadium Yokohama, a abrité la finale de Corée/Japon 2002 et plusieurs finales de Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. Le second compense sa petite taille par une ambiance familiale qui lui vaut l'affection des supporters du club.

Ouvert à Yokohama en 2007, Marinos Town est un centre d'entraînement qui comprend des terrains et un club-house.