Basé à Shanghai, plus grande ville de RP Chine, le Shanghai Shenhua Football Club fait partie des grosses écuries du pays le plus peuplé du monde. Réputé pour sa passion et son goût pour le football offensif, le club est à l’image de la bouillonnante mégalopole. Même s’il souffre de la comparaison avec Dalian Shide, qui compte huit titres nationaux, et Shandong Luneng, sacré quatre fois, en termes de palmarès, Shenhua a conquis les amateurs de ballon rond et les médias par son style de jeu résolument spectaculaire.

Naissance d’une institution
Fondé le 10 décembre 1993, juste avant la naissance du championnat professionnel, Shanghai a été le premier club chinois indépendant du gouvernement. Initialement sponsorisée par une entreprise locale, Shenhua (comprenez "Fleurs de Shanghai"), l'institution gardera le nom de son premier partenaire, malgré plusieurs changements de propriétaires au fil des années.

En 2007, Shenhua fusionne avec son rival Shanghai United, dont le propriétaire Zhu Jun prend la présidence. Malgré ce changement, le club conserve son nom, Shanghai Shenhua ayant déjà acquis ses lettres de noblesse dans le football national.

La légende en marche
Avant même la naissance de Shenhua, la ville de Shanghai est une place forte du championnat national, qu'elle remporte en 1963 et 1964, avant de décrocher l'or aux Jeux Nationaux de 1983. Compte tenu d'un tel pedigree, Shenhua fait naturellement partie des grands favoris de la première édition de la Jia-A League chinoise en 1994. Il se montrera à la hauteur de son statut en terminant troisième.

Après ce premier coup d'essai, Shenhua se montre irrésistible l'année suivante. Sous la houlette de l'ancien sélectionneur olympique Xu Genbao, Shenhua survole la deuxième saison de C-League, son impressionnante série de dix victoires consécutives lui permettant de s'assurer le titre à deux journées de la fin. Cet exercice exceptionnel voit éclore plusieurs futures stars, parmi lesquelles Fan Zhiyi, Xie Hui et Qi Hong, qui feront toutes le bonheur de l'équipe nationale lors des années suivantes.

Basé dans la ville la plus moderne de Chine, Shenhua a été le premier club du pays à recruter des entraîneurs et joueurs étrangers. Les premiers techniciens à inaugurer cette tendance sont les Brésiliens Muricy Ramalho (1998) et Sebastiao Lazaroni (1999), sélectionneur des Auriverdes à la Coupe du Monde de la FIFA 1990. L'ancien entraîneur de l'Étoile Rouge de Belgrade Ljupko Petrovic prendra la suite (1999-2000) puis le Russe Valeri Nepomniachi, sélectionneur du Cameroun à Italie 1990, sera intronisé en 2005.

Parallèlement, des joueurs de classe mondiale viennent renforcer le club. Parmi eux, citons l'ancien international brésilien Junior Baiano, signé en 2001, ou l'Allemand Carsten Jancker, qui effectue un passage éclair à Shanghai en 2006. Malgré l'arrivée de grands noms, le club ne retrouve pas la formule gagnante et doit se contenter de la deuxième place lors de cinq des sept saisons suivantes. Il faut attendre l'arrivée aux commandes du Chinois Wu Jingui pour voir Shanghai se débarrasser de son étiquette d'éternel dauphin et remporter son deuxième titre en 2003.

Aujourd’hui
La retraite d'une génération dorée de joueurs a plongé le club dans une période de déclin. En 2004, il termine ainsi à une très décevante dixième place. Les années suivantes, il retrouve peu à peu son statut dans l'élite chinoise, en recrutant notamment des valeurs montantes comme le gardien Wang Dalei, le capitaine Yu Tao et le milieu de terrain Chen Tao. Le processus de reconstruction a vraiment abouti sous la houlette du célèbre gourou croate Miroslav Blazevic.

En 2012, le club a créé la sensation en s'attachant les services de deux stars mondiales : Nicolas Anelka et Didier Drogba.

Le stade
Le stade Hongkou a été rénové en 1998. Les travaux ont fait de cette enceinte omnisport un stade de football de classe mondiale. Avec une capacité de 35 000 spectateurs et des installations ultrasophistiquées, il est l'un des stades les plus modernes du pays. L'arène a accueilli plusieurs grandes affiches de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2007, notamment la finale et le match d'ouverture.