En pénétrant sur le terrain, tous les footballeurs rêvent de faire la différence. Quelques-uns ont la chance de mettre leurs idées en pratique, parfois de manière inattendue. Pour marquer sur son premier ballon, il ne suffit pas de posséder un sang-froid et un sens du but exceptionnels, il faut aussi un petit coup de pouce du destin pour se retrouver au bon endroit au bon moment.

De tels exploits ne sont pas monnaie courante. Lorsqu'en plus, le but en question s'avère crucial, voire décisif, son auteur a tôt fait d'entrer dans la légende. Dans ce registre, le lob magistral de Lars Ricken en finale de la Ligue des champions de l'UEFA 1997 reste ce qui se fait de mieux. En l'espace de quelques secondes, le jeune Allemand a offert la victoire (3:1) au Borussia Dortmund et ruiné les derniers espoirs de la Juventus. Il n'en fallait pas davantage pour lancer sa carrière sur les chapeaux de roues.

À peine entré sur le terrain, l'attaquant de 20 ans bénéficie d'une superbe ouverture en profondeur d'Andreas Möller. Seize secondes exactement après son introduction, Ricken expédie le ballon par-dessus le malheureux Angelo Peruzzi, sorti à sa rencontre. "Il s'agit sans aucun doute du but le plus important de ma carrière", reconnaît le héros du jour. "Je ne suis pas près de l'oublier." La belle réussite de Ricken prouve en tout cas qu'une seule action peut suffire pour graver son nom dans l'histoire de la plus prestigieuse compétition de clubs en Europe.  

Marque allemande
Ces circonstances très particulières semblent réussir aux footballeurs allemands. Ces dernières années, plusieurs joueurs de Bundesliga se sont fait remarquer pour leur précocité. On se souvient par exemple qu'il n'aura fallu que 10,12 secondes au Néerlandais Roy Makaay pour ouvrir le score contre le Real Madrid, en quart de finale de la Ligue des champions de l'UEFA 2007. Après avoir récupéré le ballon dans les pieds de Roberto Carlos, Hasan Salihamidzic s'empresse de centrer à destination de l'attaquant du Bayern, lequel se fait un plaisir de convertir l'offrande. Plus près de nous, en novembre 2011, Eren Derdiyok a inscrit le premier but de la victoire du Bayer Leverkusen contre Chelsea (2:1). Dès son entrée en jeu, l'international suisse laisse intelligemment passer le ballon pour mieux reprendre le centre à venir. Ce succès est loin d'être anecdotique pour le club allemand, qui devait impérativement s'imposer pour accéder aux huitièmes de finale de la Ligue des champions de l'UEFA.  

Si marquer pour son club reste un moment exceptionnel, marquer pour son pays fait partie des temps forts de la carrière d'un footballeur. Amr Zaki a connu ce bonheur après avoir négocié son premier ballon dans un grand tournoi international. Profitant de la distraction causée par l'altercation entre le sélectionneur égyptien Hassan Shehata et Mido, l'attaquant international trompe la défense sénégalaise dès sa première action. Les Pharaons lui doivent donc leur qualification pour la finale de la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF 2006. Opposés à la Côte d'Ivoire dans le match décisif, les Égyptiens remportent le titre continental à l'issue de la séance de tirs au but.

La légende de la Coupe du Monde
Bien entendu, la Coupe du Monde de la FIFA™ a elle aussi connu son lot de révélations. L'édition 2010 en Afrique du Sud a même été le théâtre de deux buts de ce type. Le premier est l'œuvre de l'Allemand Lukas Podolski, auteur de l'ouverture du score contre l'Australie après avoir passé les huit premières minutes sans toucher le ballon. Son compatriote Cacau s'est chargé de clore la marque face au même adversaire (4:0), 110 secondes après son entrée sur le terrain.  

En 1978, Bernard Lacombe n'a eu besoin que de 30 secondes pour inscrire le premier but de la compétition face à l'Italie, future demi-finaliste de l'épreuve. Au terme d'une longue échappée solitaire sur l'aile, Jean-Marc Guillou adresse un superbe centre à destination du Lyonnais, qui glisse le ballon dans l'angle opposé du but d'une superbe reprise de la tête. Toutefois, ce départ en fanfare n'a pas empêché les Bleus de s'incliner 1:2 au coup de sifflet final.   

Quatre ans plus tard, la France a concédé un but étrangement similaire. Opposés à l'Angleterre pour leur entrée en lice en Coupe du Monde de la FIFA, Espagne 1982™, les Tricolores se sont laissé surprendre par le capitaine des Three Lions, Bryan Robson. Sur une remise en touche côté droit, Steve Coppell centre dans la surface de réparation française. Après une première déviation, le ballon parvient à Robson au second poteau, qui marque d'une reprise acrobatique. L'ouverture du score du milieu de terrain anglais est même plus rapide que celle de l'attaquant français de trois secondes.

La valeur n'attend pas...
Toutefois, l'expérience n'est pas un critère indispensable pour faire la différence, même dans les grands rendez-vous. Demandez à Alberto Paloschi. Pour ses grands débuts à San Siro contre Sienne, l'attaquant de l'AC Milan s'attendait sans doute à vivre un match difficile. Après 18 secondes de jeu, Clarence Seedorf le sert idéalement en profondeur. Le jeune homme laisse parler son instinct et marque d'une superbe reprise de demi-volée à l'entrée de la surface de réparation. Son premier toucher de balle chez les professionnels aura été le bon !

Nicklas Bendtner n'aura quant à lui eu besoin que de 1,8 seconde pour inscrire son premier but en championnat pour Arsenal, qui plus est dans le grand derby du nord de Londres. Le Danois échappe à son garde du corps et reprend le centre de Cesc Fabregas, offrant ainsi aux Gunners une courte victoire sur Tottenham (2:1). "C'était fabuleux", se souvient le buteur scandinave. "Premier ballon, premier but en Premier League." Cette saison, Apostolos Vellios a réussi un exploit similaire sous les couleurs d'Everton, contre Chelsea. Huit secondes après son introduction, le jeune attaquant grec a trompé Petr Cech.

Bendtner n'est cependant pas le seul attaquant à avoir trouvé le chemin des filets sur son premier ballon dans l'ambiance inimitable d'un derby anglais. Michael Chopra n'avait passé que dix secondes sur le terrain au moment d'inscrire son premier but pour Newcastle dans l'édition 2006 du Tyne-Wear, ce qui constituait à l'époque un record. L'attaquant se jette pour reprendre un long ballon de Titus Bramble dans la surface de réparation. Il percute Kelvin Davis, le gardien de Sunderland, mais propulse néanmoins le ballon au fond des filets. Les Magpies l'emportent finalement 4:1. Ironie du sort, Chopra rejoindra par la suite les Black Cats.

La Super League grecque a elle aussi connu des débuts tambour battant. Malgré le poids des ans, l'Islandais Eidur Gudjohnsen a marqué 15 secondes après sa première apparition sous le maillot de l'AEK Athènes. L'ancien joueur du FC Barcelone s'est mis en évidence à l'occasion de la victoire (4:3) du club de la capitale sur Xanthi. Deux ans auparavant, un autre ex-pensionnaire de Premier League avait également soigné les premières impressions laissées au public grec. La carrière de Matt Derbyshire à l'Olympiakos se résume alors à une petite heure de jeu. Entré en cours de match contre Iraklis, l'attaquant anglais porte l'estocade après moins d'une minute. Plus fort encore, le natif de Blackburn récidive cinq minutes plus tard, inscrivant au passage le cinquième but de son équipe.