Le 28 avril 2015, le Bayern Munich a vu ses rêves de triplé s'envoler quelques jours après son sacre en championnat et quelques autres avant sa demi-finale aller de Ligue des champions de l'UEFA. Ce jour-là, les Bavarois sont sortis en demi-finale de la Coupe nationale devant leur public face au Borussia Dortmund en manquant tous leurs tirs au but ! Le 17 juillet 2011, le Brésil s'était retrouvé à la une de la presse sportive du monde entier pour la même raison. Ce n'est pas son échec précoce en quart de finale de la Copa América qui a fait couler le plus d'encre, mais plutôt la façon dont elle a été éliminée : réputée pour son talent sur coups de pied arrêtés, la Seleção a fait chou blanc à quatre reprises lors de la séance de tirs au but qui l'a opposée au Paraguay.

Ces champions ne sont toutefois pas les premiers à essuyer une telle déconvenue. Plusieurs chapitres cruciaux de l'histoire du sport roi ont connu un épilogue similaire. De l'incroyable soirée du "héros de Séville" au triste sort du Cameroun lors de la dernière Coupe du Monde U-20 de la FIFA, FIFA.com fait un tour d'horizon des séances de roulette russe les plus surprenantes.

Le héros de Séville ouvre la voie
"Il y a un secret. Pendant les tirs au but, le gardien doit avant tout garder son sang-froid et ne pas oublier que, collectivement, dans la tête de tous, la responsabilité première revient au tireur. Ce qu'il faut faire, c'est communiquer cette pression au joueur qui s'apprête à frapper". Voilà donc la clé de l'exercice, s'il faut en croire les confidences de Sergio Goycochea à FIFA.com. Grand expert en la matière, l'Argentin a mis sa technique mentale au service des Albicelestes pour les aider à s'adjuger la deuxième place de la Coupe du Monde de la FIFA, Italie 1990™.

Quatre ans avant de s'illustrer sur la scène mondiale, le portier était remplaçant à River Plate, club vainqueur de la Coupe intercontinentale 1986 aux dépens du Steaua Bucarest. De son côté, la formation roumaine s'était hissée sur la dernière marche grâce à Helmuth Duckadam, élevé au rang de star lors d'une finale de Ligue des champions de l'UEFA face au FC Barcelone. Ses trois arrêts décisifs sur la droite et le dernier décisif à gauche ont valu un zéro pointé aux Blaugranas et gravé ce moment à jamais dans l'histoire du football.

"Le Steaua est une bonne équipe nantie d'un gardien exceptionnel", se désolait l'entraîneur Terry Venables à l'issue de la défaite inattendue de ses hommes. Ses cauchemars sont longtemps restés hantés par le moustachu vêtu de vert qui l'a privé du trophée tant convoité. Absent le 14 novembre face aux Millonarios, le "héros de Séville" a connu une vie en dents de scie. Contraint à la retraite en raison d'une thrombose, il a travaillé dans la police des frontières et a dû vendre ses souvenirs de la Coupe d'Europe, gants et médailles compris, pour régler ses dettes. En 2010, il a été nommé président du club après une brève incursion en politique.

Boca Juniors n'a pas fait mieux en 2004 en Copa Libertadores. A Manizales, les multiples champions dirigés par Carlos Bianchi ont dû abdiquer devant le gardien de Once Caldas, Carlos Henao : montés tour à tour au créneau, Rolando Schiavi, Nicolás Burdisso, Raúl Cascini et Franco Cángele se sont révélés incapables de trouver le chemin des filets. Plus adroits, Elkin Soto et Jorge Agudelo ont signé le 2:0 qui a non seulement offert leur premier titre aux Colombiens, mais aussi marqué la fin de l'hégémonie du club vainqueur aux tirs au but des Copas Libertadores 2000 et 2001, ainsi que de la Coupe Intercontinentale 2003.

Triste record pour la Suisse
Les compétitions régionales regorgent d'anecdotes à ce sujet. Prenez le deuxième tour de la Ligue des champions d'Afrique 1979, qui a mis aux prises le Hafia FC (Guinée) et Silures (Burkina Faso). D'après les comptes rendus du match, les seconds l'ont emporté 1:0 aux tirs au but, mais les avis divergent sur le nombre de tirs exécutés par les deux équipes…

Restons en Afrique pour évoquer l'historique duel au sommet Nigeria-Espagne en Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Corée 2007. La Roja n'oubliera jamais le nom de son bourreau, Oladele Ajiboye. Vedette de la finale disputée à Séoul, ce dernier a bloqué deux des trois penalties espagnols ratés. "Je ne suis pas un spécialiste. C'est ma première séance de tirs au but ! Je n'ai même pas étudié les tireurs. J'ai juste regardé où allait le ballon et j'ai bondi", a avoué le jeune portier à FIFA.com après avoir repoussé les frappes de Iago et Fran Mérida.

Tournons-nous à présent vers le plus grand des tournois, la Coupe du Monde de la FIFA™. Depuis que la République Fédérale d'Allemagne s'est imposée 5:4 sur la France en demi-finale d'Espagne 1982, l'épreuve suprême nous a offert pas moins de 22 séances de tirs au but (statistiques à l'issue de la Coupe du Monde 2010). Cependant, une seule s'est terminée par une cage inviolée : celle des huitièmes de finale d'Allemagne 2006 entre la Suisse et l'Ukraine, remportée 3:0 par l'équipe d'Oleg Blokhin. Bien que les Helvètes aient vu leurs trois tirs arrêtés par Oleksandr Shovkovskyi, ils s'enorgueillissent encore d'avoir quitté cette édition sans avoir encaissé un seul but dans le temps réglementaire…

Leçon enregistrée
La saison 2011 nous en a proposé deux exemples marquants. D'une part, la victoire du Mexique 3:0 face au Cameroun en huitième de finale de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA. D'autre part, le calamiteux échec du Brésil en Copa América. Les Auriverdes ont connu des loupés mémorables par le passé, tel celui de Zico face à la France à Mexique 1986, mais quatre d'affilée ? "Même moi, j'en aurais mis au moins un", s'est exclamé l'ancien président du Brésil, Luiz Inácio Lula da Silva, incapable de cacher sa consternation. Si son trait d'humour n'a sans doute guère amusé Elano, Thiago Silva, André Santos et Fred, il a probablement fait réfléchir de nombreux joueurs brésiliens.

En témoigne l'aveu de Danilo à FIFA.com pendant la compétition U-20 en 2011 : "C'est incroyable ce qui s'est passé en Argentine. Mes coéquipiers et moi avons décidé de nous exercer le plus possible afin que cela n'arrive plus jamais". Quelques jours plus tard, la Seleção de Ney Franco triomphait de l'Espagne aux tirs au but avec 100 % de réussite, franchissant ainsi l'obstacle le plus difficile sur le chemin de son cinquième titre mondial dans cette catégorie.

Votre opinion !
Quelle est la séance de tirs au but qui vous a le plus marqué ? Voyez-vous d'autres exemples à ajouter à cette collection ? Cliquez sur "Votre opinion ?" ci-dessous.