Vieil habitué des divisions inférieures du championnat d'Angleterre, que ce soit en tant que joueur ou comme entraîneur, Ian Holloway est aussi connu pour son talent que pour ses réparties cinglantes, ses commentaires acerbes et son bon sens.

Le technicien de 49 ans a disputé plus de 700 matches avant de se tourner vers le métier d'entraîneur. Son parcours l'a ensuite amené à diriger des formations comme Bristol Rovers, Queens Park Rangers, Plymouth Argyle ou encore Leicester City.

Son plus grand exploit reste d'avoir mené Blackpool en Premier League. Lors de la saison 2010/11, les Tangerines se sont distingués en proposant un football frais et audacieux. Malgré une carrière relativement discrète, Ollie reste une figure incontournable du football anglais. FIFA.com vous propose un aperçu de ses déclarations les plus célèbres.

"Je ne vois pas ce qui pose problème dans le fait que les footballeurs retirent leur maillot après un but. Ils sont contents et les jeunes femmes en profitent aussi. Je suppose que c'est ce qui les attire au stade : la perspective de voir des garçons se mettre torse nu. Cela dit, ça n'explique pas ce qu'elles font chez nous car mes joueurs ne sont vraiment pas des gravures de mode."
À propos de l'interdiction faite aux footballeurs de retirer leur maillot pendant un match
  
"Il nous faut un gros type bien sale. Si j'avais eu un défenseur comme ça dans mon équipe, nous n'aurions pas encaissé le premier but. Il aurait dégagé le ballon, l'adversaire et les trois premières rangées dans les tribunes."
Après une défaite contre Notts County
 
"Apparemment, je suis aussi responsable du naufrage du Titanic."
À propos des critiques des supporters de Plymouth lors d'un match contre Leicester City
 
"C'est très bien d'avoir un pianiste virtuose à l'affiche mais si vous n'avez personne pour amener le piano sur scène, ça ne sert pas à grand-chose. Vous vous retrouvez avec un pianiste debout au milieu de la scène, sans instrument."
Après avoir été critiqué pour l'utilisation de joueurs à vocation défensive au milieu de terrain
 
"Paul Furlong est une Rolls Royce de collection et il ne m'a rien coûté. On le fait briller, on s'occupe de lui et je demande à mes mécaniciens de le régler avec précision. Nous prenons soin de lui car nous le sortons tous les jours et pas seulement dans les grandes occasions."   
À propos du vétéran Paul Furlong   

"Quand ma femme a vu Marc pour la première fois, elle m'a dit qu'elle le trouvait bel homme. Elle m'a dit que je n'avais pas à être jaloux mais je crois qu'elle va me demander un maillot des QPR floqué à son nom pour Noël."
À propos de Marc Nygaard
 
"J'ai l'impression d'être dans le film Men in Black. Je me balade avec mon beau costume noir, ma chemise blanche et ma cravate. De temps en temps, j'utilise ma petite lumière pour effacer certains souvenirs. Je crois que l'univers est sous contrôle maintenant. Il est entre de bonnes mains."  
À propos des finances des QPR
 
"Nous nous sommes donné un mal de chien mais aujourd'hui, nous avons notre os ! J'ai envie d'aboyer !"
Un jour de promotion en Championship
 
"On peut rêver ! S'ils veulent insulter mon intelligence en m'offrant 3,5 millions de livres et s'ils se répandent ensuite dans la presse pour me déstabiliser, ils font fausse route. S'ils me prennent pour un âne, ils devraient se méfier du coup de pied."
À propos d'autres offres reçues pour Charlie Adam

"J'adore Blackpool. Ce club et moi, nous sommes pareils. Nous sommes plus à notre avantage loin de la lumière."
À propos de sa mission sur le banc des Tangerines

"Tant qu'à faire, je préfère être là que de construire des poulaillers dont personne ne veut."
À propos de la finale des barrages du Championship 2010 avec Blackpool et de son année loin des terrains, passées à construire des poulaillers

"Je suis en pleine forme, merci."
En réponse à un journaliste qui lui demandait s'il était inquiet pour les blessures

"Si vous êtes cambrioleur, vous n'avez pas intérêt à passer des heures devant la maison de quelqu'un avec votre grand sac vide. Il faut y aller, prendre ce qu'il y a à prendre et repartir. Je ne suis pas en train de faire l'apologie du crime, c'est juste une comparaison."
Après une victoire heureuse