Il suffit de quelques mots pour présenter Oliver Kahn : vice-champion du monde, champion d'Europe, champion d'Allemagne, vainqueur de la Coupe d'Allemagne, de la Ligue des champions de l'UEFA, de la Coupe Intercontinentale. On pourrait encore aisément poursuivre l'énumération.

Outre ces nombreux trophées, il a obtenu une multitude de récompenses personnelles. Il a ainsi été sacré meilleur joueur et meilleur gardien de but de la Coupe du Monde de la FIFA 2002™, meilleur gardien de l'année en 1999, 2001 et 2002 ou encore gardien européen de l'année en 1999, 2000, 2001 et 2002, autant de distinctions qui témoignent du rôle majeur qu'a joué le portier dans le football mondial.

Six ans après avoir raccroché les crampons, l'ancienne star du football allemand est toujours connue et reconnue aux quatre coins du globe. Kahn a pris sa retraite en mai 2008, après 21 années passées dans le football professionnel, au cours desquelles il a disputé 86 matches internationaux, dont 49 avec le brassard de capitaine. Il s'est presque complètement retiré du monde du football pour se consacrer à d'autres projets : consultant à la télévision, études d'administration des affaires, dénicheur de talents au Japon… Aujourd'hui âgé de 45 ans, il n'a jamais cessé d'être actif.

FIFA.com a compilé les expressions les plus mémorables prononcées par l'ancien portier, qui, en dépit de sa grande ambition, s'est aussi régulièrement distingué par son sens de l'autodérision.

"Considérer qu'il ne reste d'une carrière que les titres, c'est une vision unidimensionnelle des choses. À quoi ça sert de gagner 100 000 titres si c'est pour être une crapule dans la vie, un moins que rien ?"
Kahn à propos des valeurs humaines d'un footballeur professionnel

"Il n'y avait personne pour faire la fête avec moi, alors c'est le drapeau de corner qui en a fait les frais."
Son explication pour avoir arraché un drapeau de corner sous le coup de l'émotion après le coup de sifflet final d'un match

"Les footballeurs sont le meilleur indicateur qui soit. Quand personne ne parle d'actions, comme c'est le cas actuellement chez nous parce que tout le monde essuie de grosses pertes, c'est le meilleur moment pour acheter. J'appelle ça pour plaisanter 'l'indicateur d'équipe'."
À propos du cliché qui veut que les footballeurs professionnels soient les premiers à aller voir le cours de la Bourse après un entraînement

"Je pensais que le gardien de but pouvait utiliser ses mains dans la surface de réparation."
Sur un corner de son équipe, dans les dernières minutes d'un match, Kahn se précipite vers l'avant et réceptionne le centre pour envoyer le ballon dans le but… des deux poings, ce qui lui vaut d'être expulsé.

"Aujourd'hui, j'aurais pu mettre mon sac de sport à ma place dans le but, nous aurions encaissé deux buts de moins."
Après la débâcle de l'Allemagne face à l'Angleterre (1:5) dans les qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA 2002

"Quand on dispute son premier match en tant que capitaine de l'équipe d'Allemagne, on est tout simplement obligé de marquer un but."
À propos du but contre son camp inscrit lors d'une rencontre remportée 7:1 par l'Allemagne contre Israël

"Aujourd'hui, nous avons baigné dans l'adrénaline !"
Après une victoire 6:2 du Bayern Munich contre le Borussia Dortmund

"Chaque but adverse est pour moi une insulte."
À propos de son extraordinaire motivation sur le terrain

"Nous devons engager un gardien de but, parce que nous n'arriverons à rien avec le portier actuel."
En réponse à un journaliste qui lui demandait à quel poste le Bayern Munich devrait renforcer son effectif pour la saison suivante

"Je vais arrêter ces stupides sorties en boîte de nuit. J'en ai définitivement ras le bol de ce mode de vie superficiel. Je me rends compte de ce que ça apporte dans la vie : rien du tout. Ce qui enrichit ma vie, c'est uniquement ce que je sais faire : jouer au football, défendre le but."
À propos de son changement d'attitude

"Des critiques."
En réponse à un journaliste lui demandant ce qu'il attendait de la nouvelle année

"À condition que mon stylo plume ne m'échappe pas des mains, plus rien ne devrait m'arrêter."
Lorsqu'il a prolongé de trois ans son contrat avec le Bayern Munich

"J'ai entendu dire que nous étions en tête dans un classement du fair-play. Il fallait que j'intervienne."
À propos d'un carton jaune reçu pour contestation

"C'était encore une belle démonstration d'étudiants en ballet, niveau premier semestre."
Après un 0:0 du Bayern à domicile

"Je n'en prends plus qu'un. Deux, c'est trop. Ça me demande trop d'énergie."
À propos de son habitude de mâcher du chewing-gum pendant les matches

"Nous avons hâte d'aller à Hambourg. Tout le stade sera contre nous. Toute l'Allemagne sera contre nous. Il n'y a pas plus stimulant."
À propos d'une forme particulière de motivation