Avec des titres de champion national glanés en Angleterre, en Espagne, aux États-Unis et en France, David Beckham a connu beaucoup de joies… et quelques chagrins. Depuis son but inscrit du milieu du terrain contre Wimbledon en 1996, l'ancien milieu de terrain est rarement descendu de la scène médiatique.

L'Anglais faisait partie de la fameuse "Promotion 1992" de Manchester United, vainqueur de la FA Youth Cup cette année-là. D'autres éléments de cette promotion, à l'image de Ryan Giggs et Paul Scholes, ont décidé de faire toute leur carrière à Old Trafford. Beckham, au contraire, a exporté son talent et sa célébrité dans le monde entier.

Dans un incident passé à la postérité, il s'était brouillé avec son manager Sir Alex Ferguson, avant de rejoindre le Real Madrid. En 2007, il traverse l'Atlantique et signe à Los Angeles Galaxy, où il joue un rôle crucial dans la transformation de la Major League Soccer en un marché attractif. Pendant son séjour sur la côte ouest des États-Unis, il est prêté deux fois à l'AC Milan. Son chant du cygne aura lieu en France, où il gagne un dernier championnat national avec le Paris Saint-Germain.

Voici quelques-unes des réparties les plus insolites ou les plus emblématiques du joueur de champ le plus capé de l'histoire de la sélection anglaise.

"Je ne me plaindrai jamais de mon statut ou de l'attention que je suscite. En définitive, j'ai beaucoup de chance d'avoir ce que j'ai et de faire ce que je fais, mais je ne me vois pas comme quelqu'un de très différent de n'importe quelle personne qui travaille dur, est papa et marié."
Beckham et la célébrité.

"Je peux jouer au centre, à droite et de temps en temps à gauche."
Réponse de Beckham à la question de savoir s'il se considère comme un joueur polyvalent.

"Nous savons que nous allons faire baptiser Brooklyn, mais nous ne savons pas encore dans quelle religion."
Beckham au sujet de son fils qui vient de naître.

"Je me souviens très clairement du moment où nous sommes entrés dans l'hôpital pour que Victoria accouche de Brooklyn. À ce moment précis, je mangeais un Lion."
Beckham, le chocolat et l'accouchement.

"Je continue de me regarder pour pouvoir progresser."
Beckham en quête de perfection.

"Mes parents ont toujours été là pour moi, dès l'âge de 7 ans environ."
L'éducation de Beckham.

"Je ne regrette pas ma décision d'avoir pris ma retraite. Mon corps avait perdu de son mordant. Je mettais plus de temps à me remettre après une blessure. Il faut savoir dire 'stop'."
Beckham raccroche les crampons.

"On nous a demandé de poser pour Playboy ensemble, moi et Victoria. Je ne pense pas qu'il m'arrivera de poser nu, mais il ne faut jamais dire jamais."
L'impossible et le possible selon Beckham.

"Je n'oublierai jamais d'où je viens ; je n'oublierai jamais mes racines. Peu importe où je vis, je suis Anglais. C'est aussi simple que ça."
Beckham, symbole du football anglais.

"J'ai fini par accepter que chaque fois que je change de coiffure, ça fait la première page des journaux. Mais voir une photo de mon pied à la une d'un quotidien national, ça fait toujours bizarre."
Beckham au sujet de la couverture médiatique de sa blessure au métatarse avant la Coupe du Monde de la FIFA 2002.

"Alex Ferguson est le meilleur entraîneur que j'ai eu à ce niveau. Enfin, disons qu'il est le seul entraîneur que j'ai vraiment eu à ce niveau... Mais il reste le meilleur manager que j'ai connu. !
Beckham ne prend pas vraiment de risque...

"C'est du passé. Aujourd'hui, nous sommes dans le futur."
Beckham jongle avec les temps.