Chaque lundi, FIFA.com met en lumière une photographie qui illustre l'histoire ou l'actualité du football et vous raconte tout ce que le cliché ne dit pas…

La douzième édition de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, qui se déroule du 10 au 20 décembre, sera l'occasion pour la compétition de retourner sur les terres de quelques-uns de ses plus grands exploits. En effet, le Japon accueillera le tournoi pour la septième fois de son histoire.

La première Coupe du Monde des Clubs organisée au Pays du Soleil-Levant remonte à 2005. À l'époque, Liverpool était favori. L'équipe entraînée par Rafa Benitez comptait dans ses rangs de grands noms comme Xabi Alonso, Harry Kewell et Steven Gerrard. En demi-finale, les Reds s'étaient facilement imposés 3:0 face au Deportivo Saprissa. Parallèlement, les Brésiliens de São Paulo avaient eux aussi validé leur billet pour Yokohama. Au tour précédent, le gardien Rogerio Ceni, grand spécialiste des coups de pied arrêtés, avait signé le but de la victoire (3:2) sur Al Ittihad. 

Mais face à Liverpool, c'est surtout devant sa propre cage qu'il a brillé. Les Reds ont eu beau monopoliser le ballon et totaliser 21 tirs cadrés (contre 4 pour São Paulo), rien n'y a fait. Ceni a repoussé toutes les tentatives anglaises et à l'autre bout du terrain, Mineiro a inscrit l'unique but de la finale. Dans la ville qui avait servi de cadre à son sacre en Coupe du Monde de la FIFA™ avec le Brésil, le dernier rempart de São Paulo s'est adjugé le titre d'homme du match et surtout le Ballon d'Or adidas promis au meilleur joueur du tournoi.

"C'est très différent de ce que j'avais ressenti en gagnant la Coupe du Monde, car je suis dans ce club depuis 15 ans", confiait Ceni au coup de sifflet final. "C'est très particulier." Dix ans plus tard, à 42 ans et 23 ans après ses débuts sous les couleurs du Tricolor Paulista, le gardien le plus prolifique de l'histoire du football avec 131 réalisations a décidé de mettre un terme à sa carrière.