Des Américains, des Parisiens et des Madrilènes auteurs de performances inédites depuis des décennies figurent en bonne place dans la dernière revue statistique de FIFA.com, aux côtés d'un Polonais en verve et d'un drôle de but.

73 ans, c'est le temps qui s'était écoulé depuis qu'une équipe avait trouvé le chemin des filets lors de 44 journées de Liga consécutives pour la dernière fois. Entre septembre 1942 et février 1944, Cesar et Maria Martin avaient permis au FC Barcelone de marquer à chacune de ses sorties. Villarreal menait 2:0 quand une reprise de la tête signée Gareth Bale a réduit l'écart et permis au Real Madrid d'égaler la performance de son  rival. Dans la foulée, Cristiano Ronaldo a dépassé Hugo Sanchez pour devenir le meilleur buteur de l'élite espagnole sur penalty, avec 57 réalisations. Enfin, Alvaro Morata s'est fendu d'une tête victorieuse pour propulser les Merengues en tête du classement des meilleures attaques des cinq grands championnats européens cette saison. Trois jours plus tard, Isco ouvrait le score face à Las Palmas et effaçait définitivement le record du Barça des tablettes. Menés 3:1 et en infériorité numérique, les Madrilènes ont tout de même arraché le point du nul (3:3) grâce à un nouveau penalty et une tête de Ronaldo.

64 années avaient passé depuis la dernière défaite de l'Olympique de Marseille à domicile par plus de trois buts d'écart parmi l'élite française. Le b a remis les compteurs à zéro en s'imposant 5:1 au Stade Vélodrome. Pour la deuxième fois de son histoire, le club de la capitale a inscrit plus de quatre buts face à l'OM. Il faut remonter à l'année 1978 et aux exploits de François M'Pelé pour trouver trace du premier carton parisien. Le PSG porte sa série d'invincibilité face au club phocéen à 14 unités, tandis que les Marseillais ont déjà concédé autant de défaites à domicile cette année que sur l'ensemble de l'année 2016. Les Parisiens se sont ensuite qualifiés pour les quarts de finale de la Coupe de France sur la pelouse de Niort, signant au passage leur huitième succès consécutif en déplacement toutes compétitions confondues.

31 ans après leur dernière victoire sur le Mexique en Championnat U-20 de la CONCACAF, les États-Unis ont renouvelé l'exploit. En 1986, Tony Meola, Jeff Agoos et Marcelo Balboa étaient venus à bout de leurs voisins et rivaux (3:0), validant du même coup leur billet pour la Coupe du Monde U-20 de la FIFA aux dépens de leurs adversaires. Jusqu'à la semaine dernière, El Tri restait sur 20 matches sans défaite. Depuis leur revers (2:0) face au Canada en 2009, les  Mexicains avaient aligné 17 victoires et trois nuls, remportant au passage toutes les éditions de l'épreuve continentale. Mais le Mexique a concédé son premier but sur une phase de jeu depuis plus de sept ans et demi suite à une tête du capitaine américain Erik Palmer-Brown. Le score n'a plus bougé par la suite, de sorte que les protégés de Tab Ramos peuvent désormais entrevoir la qualification pour l'épreuve mondiale U-20, qui débutera en mai.

7 buts en quatre matches et 14 jours, telle est l'impressionnante moisson réalisée par Robert Lewandowski sous les couleurs du Bayern Munich. Sa moyenne s'établit à un but tous les deux jours ou toutes les 37 minutes de présence sur le terrain. Auteur d'une réalisation à chacune de ses sorties contre Arsenal et le Hertha Berlin, le Polonais de 28 ans a marqué un triplé en l'espace de 30 minutes contre Hambourg (8:0). Face à Schalke 04 (3:0), l'ancien attaquant de Dortmund s'est contenté d'un doublé en 26 minutes. La lourde défaite infligée au HSV à l'Allianz Arena marquait par ailleurs le millième match officiel de Carlo Ancelotti en tant qu'entraîneur. De son côté, le club hanséatique a égalé la plus lourde défaite de son histoire, également concédée au Bayern il y a deux ans. Enfin, Manuel Neuer a conservé ses cages inviolées pour la centième fois en 183 matches avec le club bavarois.

1 millimètre, c'est la distance franchie par le ballon au-delà de la ligne de but, au grand dam du gardien du PSV Eindhoven Jeroen Zoet. La technologie sur la ligne de but a offert à Feyenoord l'un des succès les plus inattendus de l'histoire de l'élite néerlandaise. Alors que les deux équipes étaient encore à égalité (1:1), Zoet bloque une frappe de Jan-Arie van der Heijden juste sur la ligne. Le portier ramène le ballon sur sa poitrine pour le protéger et… donne la victoire au Feyenoord, la technologie Hawk-Eye ayant certifié que le ballon avait bien franchi la ligne. Les hommes de Giovanni van Bronckhorst comptent désormais cinq points d'avance sur l'Ajax Amsterdam en tête du classement. Quant au PSV, il semble écarté de la course au titre. Ironie du sort, le stade De Kuip est le seul en Eredivisie à être équipé de ce système. Durant la première moitié de l'exercice, c'est l'Amsterdam Arena qui avait été choisie. Feyenoord a par ailleurs enregistré son dixième succès d'affilée parmi l'élite, ce qui ne lui était plus arrivé depuis que Paul Bosvelt, Brett Emerson, Robin van Persie, Bonaventure Kalou et Pierre van Hooijdonk avaient enchaîné 13 victoires en 2003. À l'inverse, le PSV a vu sa série d'invincibilité en déplacement bloquée à 24 matches, à une unité du record de l'Ajax.

En bref
50
matches sans défaite figurent au compteur du Real Esteli, premier club de l'histoire de la Liga Nicaragüense à réaliser cet exploit.

7 buts ont été inscrits lors du choc Marseille-Monaco (3:4) en milieu de semaine, soit autant que le nombre d'arrêts réalisés en 120 minutes.