• Les Néo-Zélandaises conservent facilement leur titre continental chez les U-16
  • Huit nations en lice pour l’unique billet réservé à l’Océanie pour Uruguay 2018
  • Les Kiwis n’ont manqué aucune Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA

La Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA occupe une place particulière en Nouvelle-Zélande et son affinité avec le tournoi se poursuivra lors de l’édition 2018 en Uruguay. La Nouvelle-Zélande a accueilli l’édition inaugurale en 2008 - le premier tournoi féminin de la FIFA en Océanie. Cette épreuve a également vu la Nouvelle-Zélande remporter sa première victoire (3:1 face à la Colombie) dans une compétition féminine de la FIFA.

L’année prochaine, la Nouvelle-Zélande aura la possibilité d’écrire un nouveau chapitre de son histoire dans l'épreuve, après s’être offert une sixième participation consécutive. Les Kiwis ont décroché leur billet après avoir aisément remporté le Championnat Féminin U-16 de l’OFC, qui s’est tenu à Apia, aux Samoa.

Huit sélections se sont rendues dans le petit pays polynésien, un chiffre plus modeste qu’il y a deux ans à la suite du retrait tardif des Iles Salomon et de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Cette dernière, finaliste des deux dernières éditions et hôte de la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA l’année dernière, aura été la grande absente de la compétition. Les cinq nations polynésiennes étaient présentes - Samoa américaines, Iles Cook, Tahiti, Tonga et le pays hôte. Les Fidji, la Nouvelle-Calédonie et les Young Football Ferns complétaient la liste.

Les Fidji et la Nouvelle-Calédonie, où le développement du football féminin est récent, ont fait forte impression. Les Fidjiennes ont terminé en tête de leur groupe en restant invaincues tandis que les Néo-Calédoniennes ont brillé avec une spectaculaire victoire 4:2 en demi-finale pour accéder à leur première finale dans ce tournoi.

Pas si facile
Mais la sélection néo-zélandaise menée par Leon Birnie s’est montrée irrésistible durant cette quinzaine, avec 47 buts inscrits en cinq matches et un seul encaissé. Une première victoire 17:1 contre Tahiti a été suivie par les succès face à la Nouvelle-Calédonie (7:0) et aux Samoa (8:0). Un match à sens unique face aux Îles Cook (9:0) en demi-finale a amené les Kiwis en finale contre la Nouvelle-Calédonie, avec un billet pour la Coupe du Monde à la clé.

La Nouvelle-Zélande s’est finalement imposée 6:0, avec un quadruplé d’Arabella Maynard. Néanmoins, les Young Football Ferns n’ont pas eu la tâche facile. À la pause, un seul but séparait les deux équipes. "C’était un véritable défi, notamment pendant la première mi-temps”, estime le sélectionneur. “La Nouvelle-Calédonie a très bien joué et nous a posé de sérieux problèmes. Nous pouvons nous estimer heureux que le score n’ait pas été de 1:1".

La Néo-Zélandaise Maya Hahn a été élue meilleure joueuse du tournoi, tandis que sa coéquipière Kelli Brown obtenait le Soulier d’Or avec 14 réalisations. Maggie Jenkins, Arabella Maynard et Grace Wisnewski ont également contribué au nombre impressionnant de buts inscrits par la Nouvelle-Zélande (avec respectivement 9, 7 et 6 réalisations).

Désormais, le défi pour cette génération sera de devenir la première sélection néo-zélandaise à atteindre la phase à élimination directe en Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA. "Si je regarde en arrière, depuis notre premier match où beaucoup de travail restait à faire, jusqu’à notre situation aujourd’hui, je constate qu’il y a eu de gros progrès", ajouteBirnie, qui était sélectionneur de la Nouvelle-Zélande lors de Papouasie-Nouvelle-Guinée 2016.