• La Zambie met fin à une longue série, l'Algérie met fin à une bonne habitude
  • Une poignée de secondes et un retour en grâce ont fait le bonheur de la Syrie
  • Timo Werner et Aleksandar Kolarov affole les compteurs offensifs de l'Allemagne et de la Serbie


701 minutes s'étaient écoulées depuis le dernier but de la Zambie face à l'Algérie jusqu'à ce que les Chipolopolo mettent un terme à 35 années de disette en signant deux succès de suite face aux Algériens. Les Fennecs étaient passés tout près d'éliminer l'Allemagne, future lauréate de l'épreuve, en huitième de finale de Brésil 2014. Malgré la présence dans leurs rangs de grands noms comme Nabil Bentaleb, Yacine Brahimi, Riyad Mahrez et Islam Slimani, les Algériens ne participeront pas à la prochaine Coupe du Monde de la FIFA™.

103 ans avaient passé depuis que le Luxembourg avait réussi à tenir la France en échec pour la dernière fois. Le Grand-Duché a donc réussi un exploit en arrachant le nul (0:0) à Toulouse, dans un stade où les Bleus n'ont plus perdu depuis 1982, sur un but de Ian Rush qui avait donné une courte victoire (1:0) au Pays de Galles. Défaits 5:4 par les Luxembourgeois en 1914, les Français restaient sur 14 succès de rangs face à cet adversaire, série au cours de laquelle ils ont inscrit 55 buts (contre 6 encaissés).

92 minutes et quatre secondes, c'est ce qu'affichait l'horloge du match quand Omar Al Soma, pour son deuxième match en sélection après cinq ans d'absence, a permis à la Syrie d'égaliser (2:2) sur le terrain de l'Iran. Au lendemain de cette performance, la Syrie n'a jamais été aussi près de valider son billet pour l'épreuve mondiale. Huit secondes après une récupération dans le camp syrien, le joueur de 28 ans marquait un but historique d'une frappe à bout portant pour permettre à la Syrie de devancer l'Ouzbékistan à la différence de buts. Les Aigles de Qasioun affronteront prochainement l'Australie pour gagner le droit de représenter l'Asie en barrage intercontinental.

73 mètres séparaient Gabriel Torres de la ligne de but adverse au moment de recevoir le ballon. À cet instant, le Panama et Trinité-et-Tobago étaient encore à égalité dans cette affiche de l'Hexagonal. Le Petit Fantôme n'a eu besoin que de quatre touches de balle et de huit secondes pour ouvrir le score et lancer son équipe sur la voie du succès (3:0).

60 ans, c'est ce qu'a dû attendre l'Uruguay avant d'enregistrer son premier succès au Paraguay dans les qualifications pour la Coupe du Monde. La Celeste a décroché sa première victoire en sept matches grâce à un but de Federico Valverde, Ballon d’Argent adidas de la dernière Coupe du Monde U-20 de la FIFA. Le milieu de terrain a dignement fêté ses débuts en équipe nationale.

42 ans après son premier déplacement en Argentine, le Venezuela a pris son premier point sur le terrain des doubles champions du monde, en arrachant le nul (1:1) à Buenos Aires. La Vinotinto restait sur neuf défaites face à l'Albiceleste, ponctuées de 41 buts encaissés contre seulement trois inscrits.

35 ans s'étaient écoulés depuis qu'un joueur avait inscrit six buts lors de ses huit premières sélections avec l'Allemagne. L'exploit initial était l'œuvre de Pierre Littbarski, auteur notamment d'un doublé contre la Norvège en 1982. Timo Werner lui emboîte aujourd'hui le pas grâce, notamment... à un doublé contre la Norvège.

20 ans après, le Pérou a de nouveau enchaîné trois succès en qualifications pour la Coupe du Monde. Nolberto Solano et Roberto Palacios avaient contribué à cette première série en 1997. Ils ont trouvé en Edison Flores leur digne successeur. Le milieu de terrain de 23 ans a inscrit six buts sur ses huit dernières sorties, propulsant la Blanquirroja de la huitième à la quatrième place en trois journées.

10 buts sur ses 39 dernières sélections avec la Serbie figurent au tableau de chasse d'Aleksandar Kolarov, qui était pourtant resté muet lors de ses 31 premières apparitions. Sous l'impulsion de son arrière gauche, buteur contre la Moldavie et la République d’Irlande, la Serbie a enchaîné 11 matches sans défaite dans les préliminaires de l'épreuve mondiale.

9 buts en 11 matches, telle est la moisson du milieu de terrain de l'Espagne David Silva. C'est en outre le seul joueur à avoir disputé les 12 matches dirigés par Julen Lopetegui depuis sa nomination. Son compteur personnel affiche 33 réalisations internationales, ce qui le place en quatrième position du classement historique derrière Fernando Torres (38), Raul (44) et David Villa (59).