A l'occasion de l'anniversaire de la naissance d'Eusebio le 25 janvier 1942, FIFA.com revient sur la carrière de la légende du Portugal et de Benfica.

Surnommé la "panthère noire" du temps de sa splendeur, Eusebio, qui a été l'un des "ambassadeurs" du Portugal pour le championnat d'Europe des nations 2004, est une légende du football lusitanien, grâce à ses neuf buts inscrits lors de la Coupe du Monde de la FIFA, Angleterre 1966 et au Ballon d'Or remporté l'année précédente. D'origine mozambicaine, Eusebio a été le premier grand attaquant issu du continent africain et le premier Ballon d'Or de couleur.

Eusebio da Silva Ferreira débute sa carrière dans le club de sa ville, le Sporting Club Lourenco Marques. Son talent ne passe pas inaperçu et les grands clubs portugais lui font une cour assidue alors qu'il n'a encore que 18 ans. Les deux géants de la capitale, Benfica et le Sporting Portugal, se livrent une véritable guerre pour obtenir la signature du prodige. L'ambiance est si tendue qu'Eusebio choisit de quitter la ville pour se réfugier dans un petit village de l'Algarve. Les choses finissent par se tasser et Eusebio peut bientôt endosser la célèbre tunique rouge de Benfica.

Dribbles félins
L'attaquant est doté d'une rapidité d'exécution et d'une frappe de balle exceptionnelle. Capable de dribbles "félins" hérités du football de rue pratiqué dans son enfance, Eusebio s'illustre dès sa deuxième sortie avec le club lusitanien. A l'occasion d'un match amical contre Santos, qui compte dans ses rangs un certain Pelé, il réussit un triplé. Ces buts ne sont que les premiers d'une longue série puisqu'il marquera à 320 reprises en 313 matches de championnat avec les Aigles. Son influence sur le jeu de son équipe est telle qu'il s'impose comme le principal artisan de la conquête de la Coupe d'Europe des Clubs Champions par Benfica aux dépens du Real Madrid d'Alfredo Di Stefano (5:3). Nous sommes en 1962 et Eusebio n'a encore que 20 ans, mais le doublé réussi en finale donne déjà une idée de son formidable potentiel.

Sélectionné pour la première fois en octobre 1961 contre le Luxembourg, il participe activement à la qualification des Portugais pour leur première Coupe du Monde de la FIFA à l'occasion d'Angleterre 1966 en inscrivant sept buts tout au long de la compétition préliminaire. Elu Ballon d'Or en 1965, Eusebio va profiter de la compétition organisée en Angleterre, berceau du football moderne, pour s'imposer définitivement comme un phénomène qui marquera à jamais l'histoire du sport.

Au premier tour, le Portugal bat la Hongrie (3:1), avant qu'Eusebio ne débloque son compteur personnel en inscrivant le deuxième but de son équipe face à la Bulgarie (3:0). A l'occasion du dernier match de poule, il réussit un doublé face au Brésil (3:1) et renvoie les champions en titre directement à la maison. Mais le talentueux Portugais n'entend pas en rester là et s'apprête à marquer l'histoire à l'occasion du quart de finale contre la RDP Corée. Mené 0:3, le Portugal réalise une remontée exceptionnelle grâce à un quadruplé de sa panthère noire, pour finalement s'imposer 5:3. Cette rencontre permet à Eusebio d'entrer définitivement dans la légende. C'est aujourd'hui encore l'un des matches les plus célèbres de l'histoire de la compétition.

Les Portugais s'inclineront finalement en demi-finale face au pays organisateur et futur vainqueur, l'Angleterre (1:2), malgré un penalty inscrit à la 82ème minute par l'inévitable Eusebio. L'attaquant portugais aurait pu se satisfaire de son exceptionnel bilan de huit buts en cinq matches, mais il trouve encore les ressources pour frapper à nouveau face à l'URSS. (2:1) et hisser le Portugal sur la troisième marche du podium. "Le Mondial 1966 a été le point culminant de ma carrière", se souvenait-il. "Nous y avons perdu la demi-finale mais le football portugais y a beaucoup gagné".

Statue en bronze
Auteur de 41 buts en 64 sélections, Eusebio était cependant peu entouré à son époque au Portugal, et n'a jamais pu profiter de l'émergence d'une génération de talents portugais de qualité. Car cette Coupe du monde de la FIFA, Angleterre 1966, restera comme sa seule participation au grand rendez-vous du football mondial.

Icône lusitanienne, symbole de fidélité, Eusebio restera finalement près de 15 ans au Benfica Lisbonne, avec lequel il remporte 11 titres de champion du Portugal avant de s'offrir une préretraite dorée sur le continent américain, et de se blesser grièvement au genou lors de son retour au Portugal, à Beira Mar. Longtemps considéré comme le meilleur joueur portugais de tous les temps - un statut que pourrait aujourd'hui lui disputer Cristiano Ronaldo -, une statue en bronze de "la panthère noire" trône devant le Stade de la Luz, antre du Benfica.

Le club de son cœur, sa sélection et tous les amateurs de football lui ont unanimement rendu hommage lors de son décès le 5 janvier 2014, presque 50 ans après ses exploits en Coupe du Monde 1966.