L'hebdo des bons mots
© AFP

FIFA.com vous présente sa compilation hebdomadaire des meilleures déclarations dans le monde du football. Une Salma Hayek heureuse, un Patrick Vieira amoureux, un Roberto Mancini peureux, et Juan Mata affectueux sont notamment au menu.


Au micro de FIFA.com
"C'est toujours facile d'évoluer aux côtés de joueurs qui sont non seulement brillants mais aussi intelligents, comme Eden Hazard et Juan Mata. Nous nous comprenons bien et nos styles me paraissent complémentaires. Avec nous, le spectacle est au rendez-vous" - Oscar, milieu de terrain de Chelsea

"L’Afrique est le continent où l’on a le sentiment de pouvoir trouver un joueur exceptionnel dans un coin de rue, jouant avec un bout de chiffon ou une boite de conserve. C’est un peu le cœur du football selon moi" - Philippe Troussier, entraîneur de Shenzen Ruby

"Jouer un Mondial avec la sélection de mon pays est mon plus grand objectif. Mais je ne veux pas seulement jouer pour participer. Je veux être décisif " - Radamel Falcao, attaquant de la Colombie

"Ça m'a ramené dans l'univers où j'ai baigné, à mon histoire, ma passion, la passion de ma famille, tous les souvenirs que je garde du stade, de ces moments où j’étais carrément à deux doigts d’exploser d’excitation, de passion, de colère ou de joie. À ce moment-là, je n’arrêtais pas de me répéter de rester calme, mais je savais que je vivais une expérience inoubliable" - Gérard Butler, acteur  écossais, au sujet de son apparition pour une rencontre caritative dans le stade du Celtic


En France

"Je suis très fière, je suis très heureuse, c'était héroïque, car le PSG est une équipe impressionnante, les Rennais ont si bien joué, c'était David contre Goliath, chapeau bas Rennes !" - Salma Hayek, actrice mexicaine et compagne de François-Henri Pinault, propriétaire du stade Rennais après la victoire du club breton face au PSG (1:2)

"Il y a toujours un moyen d'acheter une équipe, c'est ce qu'ont fait les gens de Paris. Mettre autant d'argent pour des joueurs n'a aucun fondement, sauf à court terme. Dans les grandes équipes, comme l'Ajax des années 1970, le Milan de Sacchi ou le Barça, il y avait beaucoup de joueurs nationaux ou du centre de formation. Avec cette philosophie, on ne dure pas deux ou trois ans. Mais huit ou dix ans. Toute la différence est là" - Johan Cruyff, ancien attaquant des Pays-Bas

"J'en ai pleuré. Quand on est petit et qu'on commence à jouer au football, on rêve de porter un jour le maillot de l'OM. J'ai toujours eu espoir que cela se produise et là, j'ai réalisé le rêve de ma vie. Peu importe la suite, c'est une immense fierté d'avoir porté le maillot de l'OM en Ligue 1. S’il faut mourir sur un terrain pour l’OM, je le ferai" - Fabrice Apruzesse, attaquant amateur de l’Olympique de Marseille

"Yoann, c’est le mec qui n’a rien à faire dans ce monde-là. C’est un mec bien élevé, intelligent, et qui a un sens du collectif au-delà de la normale. Il était en complet décalage. Il a été victime de sa notoriété, il a suscité des jalousies. Mais lui n’y était pour rien" - Raymond Domenech, ancien sélectionneur de la France, à propos de Yoann Gourcuff


En Angleterre

"Comment on va l'arrêter ? On va peut-être appeler la police" - Roberto Mancini, entraîneur de Manchester City, à propos de Cristiano Ronaldo

"Ca a été une journée difficile. Roberto di Matteo n’est plus notre manager. Je voudrais le remercier pour tout le temps qu’il a passé avec nous, et lui souhaiter tout le meilleur pour le futur. En tant que joueur, il a été une légende pour les Blues. Avec lui comme coach, nous avons gagné notre première Ligue des champions. Il restera toujours dans nos mémoires. Bonne chance Robbie ! " - Juan Mata, attaquant de Chelsea, sur son ocmpte Facebook

"Il y a plusieurs facteurs. Le premier, c’est qu’il a beaucoup travaillé sur le plan physique lorsqu’il est arrivé. Le second problème à résoudre, c’était qu’il devait se comprendre avec ses partenaires. Le troisième était son niveau de confiance. Quand tu arrives à Arsenal, tu es entouré de grands noms. Il faut du temps pour se dire "Ok, je fais partie de ce monde", et sur ce plan-là, il a progressé" - Arsène Wenger, entraîneur d'Arsenal à propos d'Olivier Giroud


En Espagne

"C'est un joueur capable de tout faire. Je vous jure, je suis amoureux de Karim Benzema. Depuis qu'il est à Lyon, je le dis : c'est le meilleur joueur moderne" - Patrick Vieira, ancien milieu de terrain de la France

"Belle victoire du Real Madrid ce week-end face aux Catalans de l’Athletic Bilbao 5:1. Vous aimez ? " - Raphaël Varane, défenseur français du Real Madrid, sur Twitter

"C’est incroyable que cette équipe soit éliminée en phase de groupes deux années de suite avec les joueurs qu’elle a. C’est mieux que ce soit Manchester City qui le soit, parce que Roberto Mancini va pouvoir continuer son travail. Si c’était le Real Madrid, je pense que la presse ne me laisserait pas rentrer à Madrid…" - José Mourinho, entraîneur du Real Madrid


En Italie

"Lors de mon passage à Milan, il donnait le ton à l’entraînement. Il ne faisait pas de cadeaux quel que soit l’exercice. Si tu rentrais gaiement au vestiaire après avoir perdu une opposition, il te lançait avec des yeux noirs : 'Taiwo, tu rigoles ou quoi, tu ne veux pas gagner ?' Il peut être méchant sur le terrain mais à bon escient" - Taye Taiwo, défenseur du Dynamo Kiev, à propos de Zlatan Ibrahimovic

"Mexès n’est pas Ibra et ne le sera jamais. Mais il partage la même capacité à briser le moule. C’est l’un des plus beaux buts que j’ ai vu à San Siro en 26 ans. Si c’est Lionel Messi qui le marque, on le béatifie ! "- Adriano Galliani, administrateur délégué de l'AC Milan


En Allemagne
"Ce n'est pas la fin du monde. Ce n'est pas possible de gagner tous les matches. Nous pouvons survivre avec le nul" - Jupp Heynckes, entraîneur du Bayern Munich, après le match nul concédé à Nuremberg en championnat (1:1)


Ailleurs

"Je suis désolé que l’on ait marqué un but de cette manière. Luiz Adriano m’a dit qu’il l’avait fait par instinct. Nous méritions de gagner ce match, mais encore une fois, je m’excuse pour ce qui s’est passé sur le but d’Adriano" - Mircea Lucescu, entraîneur du Shakhtar Donetsk

"Il est rare qu'un athlète incarne son sport. David n'a pas seulement fait monter notre franchise d'un cran, il a fait monter notre sport d'un cran. Cela a été un honneur et un privilège pour nous de faire partie de son monde" - Tim Leiweke, président des Los Angeles Galaxy, après le départ annoncé de David Beckham