L'hebdo des bons mots
© Getty Images

Franck Ribéry qui bombe le torse, Adrian Mutu qui baisse la tête, Papa Reina qui croit en son fils, Robin van Persie qui retrouve son âme d'enfant et Lionel Messi moins timide balle au pied que micro à la main : FIFA.com a compilé le meilleur des déclarations de la semaine sur la planète foot.

Au micro de FIFA.com
"Chaque fois que je le peux, j'essaie de partager et d'être le plus proche possible, mais parfois c'est impossible. Quand la foule commence à s'accumuler, ça devient compliqué" - Falcao, attaquant de l’Atlético de Madrid

"Dans un vestiaire ou sur le bord du terrain je suis comme un poisson dans l’eau. C’est presque impossible d’expliquer ce sentiment, il faut le vivre. C’est un peu comme l’amour d’une femme. Pourquoi on l’aime ? On lui trouve tout : elle est belle, intelligente, gentille. Peut-être que les autres ne la voient pas comme ça mais vous, si. Pour moi, entraîneur c’est le meilleur métier du monde. Ma passion, c’est le vestiaire" - Faruk Hadzibegic, ancien sélectionneur de la Bosnie-Herzégovine

"Le football est bien plus qu'un jeu. Il développe l'esprit d'équipe, il influence les comportements et il a le pouvoir de provoquer de grands changements dans nos sociétés, partout dans le monde" - Son Altesse royale la Princesse Astrid de Belgique

"Il en a toujours été ainsi. Ça fait partie de la vie de Barcelone. C'est une guerre footballistique. Certains s'en servent pour faire de l'argent, mais c'est bon pour le football, pour le championnat et pour la sélection" - Xavi, milieu de terrain du FC Barcelone, à propos de la rivalité avec le Real Madrid


En France
"Pogba est dans un très grand club, il a un potentiel très intéressant. Il a un entraîneur que je connais bien, Antonio Conte. Apparemment, il a encore besoin du bâton et de la carotte. Si tous les joueurs qui sont bons sur un mois devaient à chaque fois être appelés en sélection..." - Didier Deschamps, sélectionneur de la France

"Je sais que les codes ont évolué et qu’il n’est plus question de demander à un jeune de descendre de la table de massage quand un ancien arrive. Mais le respect se gagne au travers des matchs et de la régularité. L’impatience des jeunes me fatigue, au même titre que la suffisance des anciens" - Rémi Garde, entraîneur de l'Olympique lyonnais

"Je demande pardon à tous les supporters d’Ajaccio, à mon équipe et à mes fans pour mon manque de rigueur" - Adrian Mutu, attaquant d'Ajaccio, après sa Panenka ratée contre Valenciennes

"Ce n'est peut-être pas un service à rendre à Zinedine que de le mettre tout de suite en équipe de France. Ce n'est pas un service qu'ils m'ont rendu à moi. Sélectionneur, c'est plus un aboutissement qu'un commencement" - Michel Platini, Président de l’UEFA, ancien sélectionneur de la France


En Espagne
"Barcelone est aujourd’hui la référence tactique, mais essayer de copier ce style est une énorme erreur parce qu’il s’adapte à ses joueurs. Tu as besoin de joueurs avec le talent d’Iniesta ou de Messi, sinon c’est impossible d’adopter ce style de football" - Fabio Capello, sélectionneur de la Russie

"Pepe a suffisamment montré quel gardien de but il est, et désolé du manque de modestie, mais il serait à la hauteur de la tâche et le gardien idéal pour le FC Barcelone. Sans l'ombre d'un doute" - Miguel Reina, ancien gardien de but du FC Barcelone, et père de Pepe Reina, gardien de but de Liverpool

"Je n’aime pas parler en public. Tout le monde te regarde. Je ne prépare jamais de discours. Je pensais bien dire quelque chose, mais sur le coup, je suis devenu très nerveux. Je déteste faire des discours, même devant mes coéquipiers. Pour moi, ça suppose une plus grande pression que de tirer un penalty" - Lionel Messi, à propos de son discours au Gala FIFA Ballon d'Or 2012


En Angleterre
"Tous les jours qui passent je me dis que j'ai fait le bon choix. C'est un vrai plaisir, je m'amuse. A Manchester, je suis comme un gamin dans un magasin de bonbons" - Robin van Persie, attaquant de Manchester United

"Hormis Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, je pense qu'il est meilleur que n'importe qui. Il est probablement le meilleur joueur avec lequel j'ai joué. Et j'ai joué avec de très bons joueurs dans ma carrière…" - Steven Gerrard, milieu de terrain de Liverpool, à propos de Luis Suarez

"Nous nous sommes retrouvés tous dehors en essayant de pousser et de le débloquer le car bloqué par la neige. On a alors commencé à avoir tous une crise de rire et ça s'est transformé en bataille de boules de neige. On aurait pu être hyper tendu et on se marrait. Il y a des petits trucs comme ça qui bouleversent la préparation et je crois que ça peut faire du bien parfois" - Matt Duke, gardien de but de Bradford, à propos de la demi-finale de Coupe de la Ligue remportée contre Aston Villa

"En route pour Newcastle, visite médicale et signature d'un contrat de 4 ans. Merci pour votre soutien, vous êtes formidables ! Oups, je pensais que si on était français et qu'on jouait au football, il fallait juste se présenter à Newcastle et signer un contrat. Aucune chance que je quitte Reading !" - Jimmy Kébé, milieu de terrain de Reading, sur Twitter


En Italie
"Quand un coéquipier est en difficulté, on doit l’aider et non le massacrer. Si tu te comportes ainsi tu dois te poser des questions, te demander pourquoi tu ne gagnes pas le Ballon d’Or" - Marco Materazzi, ancien défenseur de l'Inter Milan, à propos de Zlatan Ibrahimovic

"Berlusconi l'année dernière m'avait conseillé de raccourcir ma crête de cheveux et je l'avais fait. Cette année en revanche, il m'a dit : 'continue de marquer et tu peux la garder'. Et je l'ai gardée" - Stephan El Shaarawy, attaquant de l'AC Milan


En Allemagne
"Je suis meilleur que jamais, je suis au top niveau. Je sais que je fais partie des joueurs les meilleurs et les plus importants du monde. Tout le monde me connaît, tout le monde manifeste un grand respect pour mes capacités" - Franck Ribéry, attaquant du Bayern Munich


Ailleurs
"J'ai préparé ce premier match pendant trois mois, alors le fautif, c'est moi. Vous mettez : c'est la faute de Vahid ! Pour le moment, laissez les joueurs tranquilles" - Vahid Halilhodzic, sélectionneur de l'Algérie, après la défaite contre la Tunisie

"J’ai toujours expliqué aux Africains que je ne pouvais pas être impressionné par les sorciers puisque je venais du pays des magiciens et des féticheurs. J'aimais aussi rajouter que si les sorciers africains étaient aussi efficaces, cela ferait longtemps qu'une équipe africaine serait championne du monde. Mais ce n'est toujours pas le cas…" - Claude Le Roy, sélectionneur de la RD Congo

"Dans le monde moderne, beaucoup de gens oublient leurs racines. C'est mal. Le footballeur d'élite, qui s'habille en costard et mange du caviar est très loin de tout ça. Tu peux avoir beaucoup ou peu, mais quoi qu'il arrive quand Dieu te met sur sa liste, tu ne peux pas y échapper ! On finira tous dans une boîte" - José Luis Chilavert, ancien gardien de but du Paraguay