Les bons mots de Hans Meyer
© Getty Images

Il porte un nom très répandu en Allemagne. Pourtant, Hans Meyer est tout sauf un homme ordinaire. Il est, par exemple, le seul entraîneur à avoir gagné la Coupe de RDA et la Coupe d'Allemagne. Mais cet exploit n'est pas la seule raison de sa célébrité.   

En effet, Meyer est devenu une véritable star dans son pays grâce à son franc-parler. Son sens de l'ironie et de l'auto-dérision face aux journalistes sont aujourd'hui légendaires. Loin de se complaire dans un rôle de "bon client", il a toujours regretté d'être considéré comme un provocateur.    

"Dans le football, les gens sont prompts à vous couvrir de louanges mais il suffit de peu de choses pour qu'ils vous descendent en flammes", avait-il remarqué, en réponse à un compliment appuyé. "Avec une belle régularité, le football reste toujours égal à lui-même", s'était-il exclamé en 2007. Ce sens de la formule lui a valu de recevoir le prix de la citation de l'année de l'académie allemande pour le football et la culture.

Son palmarès prouve cependant que ses talents ne se limitent pas à l'oral. Meyer est aussi et surtout un entraîneur de haut niveau. Il compte trois succès en Coupe de RDA sous les couleurs de Carl-Zeiss Jena (1972, 1974 et 1980). En 1981, il a également disputé la finale de la Coupe d'Europe des Vainqueurs de Coupe face au Dinamo Tbilissi (1:2), à Düsseldorf.  

La suite de sa carrière l'a mené à Twente Enschede entre 1996 et 1999, où il s'est appliqué à moderniser le jeu des Tukkers. Il a également participé au retour du Borussia Mönchengladbach en première division, ainsi qu'au sauvetage du Hertha Berlin, menacé de relégation en 2004.

En 2007, Meyer a signé son dernier grand succès en menant le FC Nuremberg à la victoire en finale de la Coupe d'Allemagne. Deux ans plus tard, le technicien a finalement mis un terme à sa brillante carrière, après avoir assuré le maintien du Borussia Mönchengladbach parmi l'élite. 

FIFA.com vous propose une sélection de ses déclarations les plus savoureuses.

"Il s'est présenté dans notre vestiaire après un nul 2:2 parce qu'il voulait échanger son maillot. Je lui ai dit : on ne te donnera rien ; la saison prochaine, tu en auras des milliers comme celui-là. Ça ne l'a pas fait rire. Conclusion : aucun humour."
Hans Meyer explique pour quelle raison Daniel Felgenhauer n'a pas reçu son maillot du Borussia Mönchengladbach avant son transfert

"Nous menions 1:0 devant Tbilissi et nous avons perdu 2:1. C'est le genre de chose que l'on ressasse toute sa vie. Pourtant, c'était sans doute l'un de mes meilleurs matches en tant qu'entraîneur."
Meyer positive après la défaite en finale de la Coupe d'Europe des Vainqueurs de Coupe 1981 entre Carl-Zeiss Jena et le Dinamo Tbilissi

"Le gardien Jörg Stiel a dit un jour que j'avais été son meilleur entraîneur. J'ai appris ensuite qu'il en avait connu seulement deux dans sa carrière."
Meyer réagit aux compliments de l'ancien international suisse, qu'il a côtoyé à Mönchengladbach

"Ma femme ne veut plus que je travaille dans le jardin parce que je ne sais pas faire la différence entre une rose et un chou-fleur."
Hans Meyer explique les raisons de son retour sur les bancs de touche, après une longue pause

"Il a fallu interrompre l'entraînement pendant une demi-heure, tellement les joueurs étaient contents. Certains ont même pleuré."
Après sa prolongation de contrat à Mönchengladbach

"Je ne peux pas encore vous le dire. Je vais avoir l'air malin si ma femme arrive le soir de Noël avec un paquet rempli de sous-vêtements Feinripp."
La réponse de Meyer à un journaliste lui demandant si le nul obtenu à Munich était le plus beau des cadeaux de Noël

"Je peux faire les meilleurs choix tactiques, je peux motiver les joueurs à fond, je peux proposer des entraînements parfaits. Si nous perdons quatre matches de suite, que les directeurs ne me disent plus bonjour, si l'équipe se divise en clans, si la nervosité gagne les supporters et si tout le monde commence à se rejeter la responsabilité, tout ça ne me servira à rien. Dans ce cas, seule une victoire peut vous sauver."
Sur le quotidien des entraîneurs en difficulté

"Je pense que nous ne quitterons plus la première place."
La victoire surprise (3:0) de Nuremberg sur le VfB Stuttgart lors de la première journée de la saison avait provisoirement placé Meyer et ses joueurs en tête de la Bundesliga

"Le football a tellement de surprises en réserve qu'il ne cessera jamais de m'étonner, même si je vivais 100 ans."  
Hans Meyer n'a jamais perdu sa passion pour le football, malgré les incertitudes qui l'accompagnent