17 décembre 1997 : Sans enjeu mais pas sans suspense
© Getty Images

Tout le monde s'accordera à penser qu'un match du premier tour d'une compétition opposant une équipe déjà qualifiée à une autre, éliminée, n'augure rien de bon pour le suspense. C'est l'affiche que proposait la Coupe des Confédérations de la FIFA, Arabie Saoudite 1997, il y a 15 ans de cela jour pour jour. À la veille de l'ultime levée du Groupe B, l'Uruguay est assuré de terminer à la première place et d'affronter l'Australie en demi-finale. De leur côté, les Sud-Africains se retrouvent dans l'obligation de battre la Celeste par six buts d'écart pour forcer les portes du dernier carré. En bref, les Bafana Bafana n'ont plus rien à espérer.

Soucieux de faire tourner son effectif, Victor Pua change complètement son onze de départ. Diego Lopez est le seul à conserver sa place de titulaire, les effectifs étant alors limités à 20 places. Les remplaçants en profitent pour se mettre en évidence. Alvaro Recoba est le premier en action. L'attaquant réussit un petit pont sur un défenseur avant de placer une frappe puissante qui file au ras du poteau. Dario Silva, lui, fait apprécier son jeu en pivot et oblige Brian Baloyi à s'employer.

L'ouverture du score intervient assez rapidement mais, contre toute attente, celle-ci profite à l'Afrique du Sud. Helman Mkhalele tire un corner directement sur Lucas Radebe, dont la reprise de la tête termine dans la lucarne. Mais sur l'engagement, les Uruguayens se fraient un chemin jusqu'à l'entrée de la surface de réparation adverse. Idéalement servi sur un centre de la gauche, Silva feinte la reprise de volée, contrôle et glisse le ballon au fond des filets avec adresse.

Le jeu passe rapidement d'un but à l'autre. À la 42ème minute, Recoba profite d'un bon travail de Fabian Coelho pour partir seul au but. Sa frappe est repoussée par Baloyi mais le jeune attaquant de l'Inter Milan a bien suivi. Sa deuxième tentative termine au fond des filets, malgré le tacle désespéré de Radebe.

Une ultime surprise
Les Bafana Bafana reprennent le jeu à leur compte dès le retour des vestiaires mais s'exposent aux contres uruguayens. À la 66ème minute, un nouveau tir de Recoba est dévié par un défenseur sud-africain. Silva est le plus prompt à réagir pour pousser le ballon dans le but. La Celeste mène désormais 3:1. Loin de se laisser abattre, les Sud-Africains se ruent à l'attaque. John Moshoeu trouve Mkhalele à l'entrée de la surface de réparation, sur une superbe amortie. Le milieu de terrain place une magnifique reprise de volée de l'extérieur du pied, sur laquelle le gardien uruguayen ne peut rien faire.    

À 13 minutes du coup de sifflet final, les hommes de Clive Barker reviennent à égalité. Phil Masinga échappe à son vis-à-vis et sert en retrait Pollen Ndlanya. Ce dernier se fend d'un magnifique coup de hanche pour effacer Carlos Nicola, le dernier rempart uruguayen. Il ne lui reste plus qu'à expédier le ballon dans le but vide.  

Alors que la rencontre semble se diriger vers un résultat nul, les Uruguayens réservent encore une ultime surprise à leurs adversaires. Dans le temps additionnel, le ballon parvient à Christian Callejas sur l'aile gauche, à une vingtaine de mètres du but. Le milieu de Danubio fait quelques pas et décoche une extraordinaire frappe brossée, qui part en pleine lucarne. Sur cet ultime coup d'éclat, l'Uruguay s'impose 4:3, au terme d'un match haletant.

Qui a dit qu'un match sans enjeu était nécessairement sans suspense ?