Blatter : "Le football doit rassembler"

S'adressant aux invités du Gala FIFA Ballon d'Or et aux innombrables téléspectateurs à travers le monde le 7 janvier à Zurich, le Président Joseph S. Blatter a évoqué la lutte contre le racisme et les qualités d'un grand champion.

Lionel Messi, Abby Wambach, Vicente del Bosque, Pia Sundhage, Miroslav Stoch et Franz Beckenbauer se sont partagé les récompenses individuelles du Gala FIFA Ballon d'Or 2012. Ils ne sont cependant pas les seuls à avoir reçu les compliments du Président de la FIFA Joseph S. Blatter, dans un discours prononcé devant de nombreux invités.

Accompagné de ses coéquipiers de l'AC Milan, Kevin-Prince Boateng a récemment quitté le terrain lors d'un match amical disputé à Pro Patria, lassé d'entendre les injures racistes du public. Le Président Blatter a salué le courage de l'international ghanéen, tout en soulignant que des mesures devaient être prises pour éviter que de tels incidents ne se reproduisent à l'avenir.

"Si un joueur quitte le terrain après avoir été victime d'insultes racistes, comme l'a fait Kevin-Prince Boateng, il envoie un signal fort et courageux", estime le Président Blatter. "C'est une façon de dire : les choses ont été assez loin, ça suffit. Une telle attitude mérite notre considération. Toutefois, ce ne peut être une solution sur le long terme. Nous devons trouver d'autres réponses pour attaquer le mal à la racine. Si nous n'y parvenons pas, de tels gestes resteront isolés et le message sera brouillé par la polémique. Le football ne doit pas séparer les individus. Le football doit rassembler."

Le football est aussi une source de joie et d'espoir pour tous ceux qui vivent des moments difficiles. Les gouvernements des pays en guerre ou qui ont connu la guerre s'appuient souvent sur le sport pour maintenir l'unité et le moral des populations. "Le football est encore pratiqué dans les régions où la vie elle-même tourne au ralenti, asphyxiée par des actes de guerre", explique Blatter. "Je pense par exemple à la Syrie, qui a remporté au mois de décembre le Championnat d'Asie de l'Ouest et où l'on joue encore au football, comme c'était le cas à Bagdad pendant la guerre en Irak, comme c'était le cas en Libye, comme c'est le cas en Afghanistan. Le football est le dernier lien lorsque la société est en faillite mais c'est aussi la première passerelle entre les individus, dès que la vie commence à refleurir".

"Merci aux hommes et aux femmes qui se succèderont ce soir sur cette scène. Une belle passe, un tir lumineux en lucarne et les soucis du quotidien sont oubliés, quelle que soit leur dureté. Le football, c'est l'espoir. Le football, c'est la vie", ajoute-t-il. 

Il ne peut y avoir qu'un seul vainqueur. Pour qu'il y ait un gagnant, il faut des perdants.
Joseph S. Blatter, Président de la FIFA



Respect, discipline et fair-play
La plupart des footballeurs évoqués par le Président Blatter sont repartis du Palais des congrès de Zurich les mains vides. À ses yeux, tous sont pourtant d'authentiques champions. "Il ne peut y avoir qu'un seul vainqueur. Pour qu'il y ait un gagnant, il faut des perdants", a-t-il rappelé. "J'ai croisé beaucoup de grands joueurs mais seuls ceux qui possédaient le gène de la victoire ont vraiment laissé leur marque. Quand je parle d'un gène de la victoire, je ne pense pas aux nombreux succès qui ont rythmé la carrière de ces immenses artistes. Je parle plutôt de la qualité qui leur a permis de devenir de vrais champions : leur capacité à accepter la défaite."

"Tout est une question de respect, de discipline et de fair-play. Il est facile de fêter une victoire ; il est beaucoup plus difficile de rester digne dans la défaite", détaille-t-il. "C'est en cela que certaines de ces soi-disant stars diffèrent des véritables champions que nous sommes venus honorer ce soir."

Le Président Blatter a conclu son intervention en soulignant sa satisfaction de participer au Gala FIFA Ballon d'Or et l'importance de la notion de plaisir. "Le football est un grand spectacle, comme le cinéma. Des acteurs et des producteurs sont présents parmi nous ce soir pour nous rappeler que le football fait partie de la culture. Ce soir, nous sommes venus célébrer notre fascination pour le football, les bienfaits qu'il apporte au monde et remercier les joueurs et les entraîneurs qui nous ont fait rêver."

"Profitez de chaque jour de votre vie car demain sera toujours meilleur si vous croyez dans le football. Appréciez chaque match, vivez pleinement cette soirée et, surtout, profitez de la vie", conclut-il.