Ce mardi 4 mars 2014 à Berne, le Match contre la Pauvreté soutenu par la FIFA a permis de réunir des fonds indispensables pour réparer les dommages causés par le passage du typhon Haiyan en novembre dernier. En marge de cette rencontre médiatisée, l'instance dirigeante du football mondial consacre également des fonds et des moyens humains à la reconstruction des infrastructures de football aux Philippines.

Une délégation de la FIFA a récemment terminé une inspection de trois jours à Tacloban, dans l'île de Leyte, à l'est de l'archipel. Cette région a été l'une des plus durement frappées par la tempête. Les experts se sont rendus sur place afin de déterminer la meilleure façon d'aider les habitants à renouer avec la pratique du football. En décembre, la Commission des Finances de la FIFA a confirmé qu'elle débloquait 1 million de dollars (US) pour la reconstruction des équipements et des infrastructures de football endommagés aux Philippines.

Trois mois après la catastrophe, cette ville de 200 000 habitants et les localités avoisinantes portent toujours les stigmates de la catastrophe naturelle. La plupart des maisons et des immeubles ont été ravagés par des vents soufflant à plus de 300 km/h. De plus, un gigantesque tsunami a inondé la région. Le bilan officiel fait état de 8 000 morts, mais d'autres estimations évoquent des chiffres encore plus terrifiants. Environ 60 % de la population n'a toujours pas pu réintégrer son logement. L'électricité n'a été rétablie que dans 30 % de la ville.  

Utiliser le football pour promouvoir le développement
La délégation de la FIFA a visité le site anciennement occupé par la Fédération de Leyte de football, aujourd'hui en ruines. Par bonheur, le personnel présent sur place a eu la vie sauve. Très active au niveau régional, cette association essaye désormais de ramener le football dans la vie des insulaires. Ces actions s'inscrivent dans le cadre d'un retour à une vie normale des habitants de Leyte mais, pour l'heure, de nombreux terrains sont toujours occupés par des salles de classe temporaires ou des camps de réfugiés.

Les débats se sont concentrés sur l'utilisation d'une partie de la dotation financière de la FIFA pour un projet de construction d'un centre d'entraînement en centre-ville. "Ce site aurait l'avantage d'être facilement accessible par tous les enfants de Tacloban et des communes alentour. Il pourrait également faire office de centre régional pour l'ensemble des Visayas orientales, Leyte et les îles Samar, très affectées par la catastrophe", a souligné Dan Palami, président de la Fédération de Leyte. "Le projet inclut un terrain artificiel. Le site pourrait donc accueillir les équipes locales, des festivals consacrés au football de base et même les regroupements de l'équipe nationale."

Lors d'une réunion à Manille avec les responsables de la Fédération philippine de football (PFF), la délégation de la FIFA s'est engagée à fournir une grande quantité de matériel pour la pratique du football. Ces équipements seront utilisés dans le cadre d'activités de football de base organisées conjointement par la FIFA et la PFF dans les zones touchées. "Au cours des prochains mois, nous travaillerons en étroite collaboration avec la Fédération philippine de football afin de normaliser la pratique du football dans les régions concernées par cette catastrophe naturelle", a précisé Thierry Regenass, directeur de la division Associations membres et Développement de la FIFA. "Nous allons également nous intéresser de près aux activités du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) car nous souhaitons, nous aussi, utiliser le football pour promouvoir le développement des Philippines."