Ce 4 mars 2014 au Stade de Suisse à Berne, une constellation de joueurs étaient présents. Pas pour une Coupe du Monde, pas pour une Ligue des champions de l'UEFA, mais pour la 11ème édition du Match contre la Pauvreté, organisé par Zinédine Zidane et Ronaldo avec le Programme de Développement des Nations Unies (PNUD). Cette année, la rencontre mettait aux prises les amis de Ronaldo et Zidane aux amis des Young Boys de Berne (résultat: 8:6). Près de 30 ex-joueurs de niveau mondial sont venus pour aider leurs amis à récolter des fonds pour les Philippines, touchées par le typhon Haiyan, qui a fait plus de 6 000 victimes en novembre 2013.

FIFA.com a rencontré quelques-unes de ces stars pour comprendre leur engagement. Chacun a ses raisons mais tous étaient présents avec la ferme intention d’être utile. "Il y a dix ans, quand tout a commencé sous l’impulsion de Ronaldo, nous étions en Suisse, à Bâle. C’est agréable de revenir après une décennie et il me semble important de faire preuve de solidarité alors qu’on pense souvent seulement à soit. Il ne faut pas oublier de penser aux autres", a d’abord rappelé Zidane. "Nous savons tous ce que le football peut réussir, c’est pourquoi nous organisons ce match, parce que nous croyons que nous pouvons contribuer à freiner et même un jour éradiquer, la pauvreté de notre planète. J’espère sincèrement que nous enverrons de l’énergie positive aux Philippins", a renchéri Ronaldo.

Le typhon a fait des ravages aux Philippines. 14 millions de personnes ont été affectées, six millions de travailleurs ont perdu leur emploi, 30 000 bateaux ont été détruits. Le Portugais Luis Figo a répondu présent à l’appel de Ronaldo et Zidane, touché par cette situation. "Tout le monde a vu les images à la télévision, c’était terrible. Je ne peux qu’imaginer ce que ces gens ont souffert et je me sens fier d’être ici pour aider à limiter leur douleur".

Ce qu’ont fait Zizou et Ronaldo est excellent : ils pensent aux autres, ils pensent à ceux qui ont moins de chance. C’est notre rôle, c’est capital que tout le monde réponde présent.

Robert Pirès

Tous les joueurs louent l’initiative des deux stars. "Ce qu’ont fait Zizou et Ronaldo est excellent : ils pensent aux autres, ils pensent à ceux qui ont moins de chance. C’est notre rôle, c’est capital que tout le monde réponde présent et se mobilise pour les Philippins qui ont été frappés de plein fouet. C’est la 11ème édition, j’aurais aimé faire les 10 précédentes", explique Robert Pirès. "Je suis très heureux d’être présent cette année, d’autant que j’avais raté le 10ème l’an passé. C’est incroyable cette sensation de pouvoir aider un peu les gens qui sont dans le besoin. Vous ne pouvez pas vous rendre à un tel match, jouer et partir. C’est important d’être impliqué", ajoute Steve McManaman.

Reconstruire
A la suite du typhon, la FIFA a proposé son aide aux Philippines et la Commission des Finances a décidé le 4 décembre 2013, de contribuer à hauteur d'un million de dollars à la reconstruction des infrastructures liées au football dans le pays.

Gennaro Gattuso se réjouit pour sa part de l’élan de solidarité des footballeurs : "Quand il faut tendre la main, nous sommes là. Nous avons eu tellement de chance dans notre vie, c’est à nous maintenant d’aider ceux qui en ont besoin. Le football n’est pas qu’argent et compétition, c’est aussi aider, donner de l’espoir". Pour Jamie Carragher, "c’est normal que les footballeurs donnent un peu après avoir tant profitié de leur sport. Je sais que l’argent collecté sera bien utilisé et que les Philippins en bénéficieront à plein".

Beaucoup de gens souffrent dans le monde, avec notre sport nous leur donnons un peu d’espoir.

Christian Vieri

C’est avec une certaine émotion et de l’emphase que Christian Vieri explique sa présence. "C’est fondamental de faire de telles actions. J’ai ressenti au fond de moi ce besoin de jouer ce match et d’aider les autres grâce au football. Beaucoup de gens souffrent dans le monde, avec notre sport nous leur donnons un peu d’espoir".

20 cliniques en 2014
En février dernier, une délégation de la FIFA s’est rendue sur les lieux du désastre pour évaluer les dégats et fixer des objectifs. Le PNUD, avec l'aide de la PFF (la Fédération des Philippines) et de la Fédération de Leyte, prévoit l'ouverture d'au moins 20 cliniques dans le courant de l'année 2014 pour les enfants de la région traumatisés par la catastrophe. D'autres activités verront également le jour afin de venir en aide à environ 10 000 enfants.

Pour l’Espagnol Gaizka Mendieta, la prise de conscience des joueurs est importante après une carrière passée, comme tous les professionnels, dans une bulle. "Quand vous jouez, parfois vous avez tendance à vous concentrer sur votre carrière, votre club et vous oubliez un peu ce qui se passe dans le monde. Maintenant nous sommes plus conscients et c’est pourquoi nous sommes toujours disponibles pour de tels événements".

“Nous avons tout eu dans notre vie. C’est obligatoire pour nous d’aider ces gens qui ont tout perdu. C’est notre contribution. Je suis honoré d’être là et j’espère que nous allons collecter beaucoup d’argent et ainsi redonner un peu le sourire à ces gens qui n’ont plus rien", espère Fabio Cannavaro.

Pour la star brésilienne Marta, ambassadrice de bonne volonté du PNUD et donc particulièrement impliquée cette année dans ce 11ème match pour la pauvreté, c’est une obligation de venir en aide aux plus pauvres. D’autant qu’elle, au Brésil, a de nombreux exemples de gens touchés par la pauvreté. “Avoir la possiblité d’aider n’a pas de prix. Notre but principal est d’aider les Philippins à se relever, à reconstruire leur vie et récupérer tout ce qu’ils ont perdu. Je viens d’un pays où beaucoup de gens sont dans la difficulté, je sais ce que les Philippins traversent. C’est pourquoi je me mets à leur place et je fais tout mon possible pour les aider".