Le Rwanda s'est retrouvé au centre de l'attention des amateurs de football africain en accueillant le Championnat d'Afrique des Nations de la CAF (CHAN) 2016, dont la finale a été brillamment remportée par la RD Congo voisine.

Cette compétition, exclusivement réservée aux joueurs évoluant dans leur championnat national respectif, a fourni un cadre idéal pour l'organisation du "Festival de football". Ce dernier a permis de réunir tous les fans et footballeurs persuadés que le ballon rond, à quelque niveau que ce soit, peut être un facteur de croissance sociale.

Mis sur pied par l'ONG streetfootballworld en collaboration avec la Confédération Africaine de Football et l'Association des Jeunes Sportifs de Kigali (Espérance), qui a mis à disposition ses installations du centre Football for Hope de Kimisagara, le festival a eu lieu le 6 février, soit la veille de la finale du CHAN. Il a notamment été l'occasion de voir la légende camerounaise Roger Milla et l'ancienne star zambienne Kalusha Bwalya rechausser les crampons le temps d'un match avec des joueurs locaux.

"C'était un événement très important pour moi, ainsi que pour toute mon organisation", a confié Gilbert Ndayambaje, représentant légal adjoint de l'Espérance. "Le football a le pouvoir d'unir des gens issus de différents horizons et de différents domaines. Ce festival était une belle opportunité pour notre organisation de présenter son travail, qui consiste à se servir du football afin de provoquer des transformations sociales."

Kimisagara, qui est l'un des "20 centres pour 2010" de la FIFA lancés dans le cadre du programme d'héritage de la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™, est le nouveau quartier général d'un groupe qui a passé les deux dernières décennies à se battre contre les divisions ethniques dans le pays, suite au génocide de 1994. Inauguré en 2012, le centre apporte chaque année son aide à 10 000 enfants, en leur proposant des services sociaux ou bien en leur permettant de jouer au football.

Au-delà du football
Sur fond de musique et de danse, des grands noms du sport roi ont été rejoints par deux joueurs professionnels du Rwanda pour participer à un match amical nommé "football3", dont le but était de mettre en valeur le fair-play, l'esprit d'équipe et le respect. Les équipes, mixtes, ont décidé des règles du jeu avant le coup d'envoi. À la fin de la partie, où aussi bien les buts que les gestes fair-play permettaient de marquer des points au tableau d'affichage, tous les acteurs se sont livrés à une analyse des minutes passées sur le terrain.

Le bénévole Emmanuel Kayumba, qui évolue également en deuxième division rwandaise, s'était d'abord montré sceptique envers ce projet. Après avoir pris conscience de son potentiel en termes d'intégration, il en est toutefois devenu l'un des plus fervents partisans. "La première fois que l'Espérance est venue nous présenter ses idées, nous n'avons pas été franchement emballés. Mais quand nous avons découvert football3, nous avons réalisé que c'était une chance énorme d'intégrer des filles et de leur permettre de jouer", a-t-il souligné, visiblement touché par la présence de Milla et Bwalya. "Pour moi, il est important de savoir que les filles ont les mêmes opportunités que les garçons au Rwanda et dans la société en général."

Au final, toutes les personnes présentes, des joueurs locaux aux personnalités politiques en passant par les enfants, ont pu découvrir comment le football pouvait être utilisé afin d'aborder des sujets aussi sérieux que la discrimination, l'inégalité entre les sexes ou encore le sida, mais aussi participer à des ateliers mettant en exergue le rôle du sport dans le traitement des problèmes sociaux dans la région.