La FIFA décernera en juillet prochain le premier Prix FIFA pour la diversité. Son but est de reconnaître toutes les organisations, initiatives et autres personnalités œuvrant pour la diversité et contre la discrimination. Cette date marque aussi le quinzième anniversaire de la résolution contre le racisme et la discrimination, approuvée lors du Congrès extraordinaire de la FIFA à Buenos Aires en 2001. La création de cette récompense annuelle, qui figurait parmi les recommandations formulées en 2013 par la Task Force de la FIFA contre le racisme et la discrimination, a été annoncée le 21 mars 2016 et se trouve dans sa phase de mise en œuvre. La date du 21 mars n’a pas été choisie au hasard puisqu’elle coïncide avec la Journée Internationale des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination raciale.

"Les Statuts de la FIFA sont clairs. Il ne peut y avoir aucune sorte de discrimination dans le football. Nous avons commencé à travailler avec des observateurs de match spécialisés afin que nous puissions sanctionner tout mauvais comportement lors de matches de qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA. Cependant, un autre élément de lutte contre la discrimination consiste en un travail proactif et en des initiatives pédagogiques afin de promouvoir et célébrer la diversité sous toutes ses formes", a déclaré le Président de la FIFA Gianni Infantino. "Le Prix FIFA pour la diversité mettra à l’honneur les organisations et/ou personnes qui s’engagent pour que le football soit fidèle à ses valeurs fondamentales de solidarité et de fair-play."

"11 pour la Diversité" : Moya Dodd, Tokyo Sexwale, Jaiyah Saelua et Gerald Asamoah sont les premiers membres du jury.

Un jury impressionnant, composé de 11 figures de proue du football mondial ou experts en matière de diversité, sera chargé de sélectionner dans un premier temps trois finalistes, puis le vainqueur du Prix FIFA pour la Diversité. Il sera composé de personnalités venues d’horizons différents, expertes dans les divers domaines de la lutte contre la discrimination - quel que soit le motif : ethnie, nationalité, origine sociale, sexe, handicap, langue, religion, opinion politique ou tout autre type d’opinion, richesse, naissance, orientation sexuelle ou autres.

"Le football a un pouvoir unique partout dans le monde. Aucune autre activité n’est capable de rassembler des personnes de culture, classe et/ou croyance différentes. Il nous permet de passer outre nos préjugés et de nous rendre compte de notre humanité et à quel point nous sommes tous semblables", a expliqué Moya Dodd, présidente de la Task Force de la FIFA pour le football féminin et membre du jury. "Je suis ravie de faire partie de cette nouvelle initiative, qui reconnaît et met à l’honneur des actions luttant pour la diversité et contre la discrimination."

Le "représentant" de la lutte contre le racisme dans le jury ne sera autre que Tokyo Sexwale qui, après avoir lutté pour sa liberté en Afrique du Sud - aux côtés de Nelson Mandela notamment -, est devenu militant dans la lutte contre l’apartheid, fondateur de Global Watch et dernièrement président du comité de surveillance de la FIFA Israël-Palestine. "Le racisme et la discrimination sont des problématiques de notre société. Si nous ne faisons rien, nous permettons au racisme de gangréner le sport et serons condamnés à vivre dans un monde hostile", a-t-il confié. 

Jaiyah Saelua, transgenre du fait de la tradition Fa’afafine propre à la culture samoane dans laquelle il a été élevé, a également accepté de faire partie du jury. Il est a priori le premier transgenre à participer aux qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA™. "C’est un honneur pour moi d’accepter cette mission et je promets de faire tout mon possible pour choisir la meilleure initiative. Sachant que chaque nominé mérite cette distinction, notre tâche en tant que jury n’en sera que plus compliquée, mais je suis convaincu que ce prix encouragera davantage de personnes à travers le monde à faire des changements positifs au sein de leur communauté, de leur organisation, et de leur sport en particulier", a indiqué Saelua.

Après avoir quitté le Ghana pour l’Europe à l’âge de 12 ans, Gerald Asamoah est devenu le premier joueur né en Afrique à représenter l’Allemagne, notamment lors de deux Coupes du Monde de la FIFA™. Lors du FIFA Ballon d’Or 2015, qui s’est tenu en janvier dernier, il s’est vu remettre la Distinction Fair-play de la FIFA au nom de toutes les organisations et clubs de football du monde entier qui œuvrent afin d’aider les réfugiés. En tant que membre du jury, il s’engage à présent dans une nouvelle mission. "De par mon expérience personnelle, je sais ce que ça fait d’arriver dans un pays étranger et d’être accepté. C’est la raison pour laquelle m’engager dans cette cause est parfaitement logique. Il existe de nombreux projets à travers le monde qui œuvrent pour la diversité et luttent contre la discrimination et c’est formidable que la FIFA souhaite mettre à l’honneur les meilleurs d’entre eux."

De plus amples informations sur le Prix FIFA pour la diversité, cliquez ici. Un document complet détaillant l’ensemble du travail effectué par la FIFA en matière de diversité et de lutte contre la discrimination est également disponible ici.