La discrimination peut prendre bien des formes. Mais quelle que soit son apparence, il existe toujours un moyen pour le football de s'y opposer.

La deuxième édition du prix FIFA pour la Diversité, à Londres, a permis de mettre en avant cet aspect enthousiasmant du beau jeu. Des organismes du monde entier étaient réunis pour l'occasion. Tous partageaient un point commun : l'utilisation du football pour promouvoir la diversité et les valeurs de lutte contre la discrimination.

La Secrétaire Générale de la FIFA Fatma Samoura a remis le trophée du Prix FIFA pour la Diversité 2017 à Soccer Without Borders, une association qui se sert du football pour faire naître la confiance et faciliter l'intégration des jeunes réfugiés dans des pays comme les États-Unis ou l'Ouganda.

Cette institution basée aux États-Unis devance Moving the Goalposts, une association en faveur de l'intégration sociale des jeunes filles et des jeunes femmes dans les comtés côtiers de Kilifi et Kwale, au Kenya. La sélection a été opérée par un jury composé de 11 personnalités de premier plan, issues du football et de la promotion de la diversité dans le sport. Un représentant du lauréat de l'édition inaugurale, Slum Soccer (Inde), figurait également parmi le panel.

"Il est du devoir de la FIFA de promouvoir la diversité sur le terrain, dans les tribunes et dans toutes les couches de la société touchées par le sport le plus populaire de la planète. Le prix pour la Diversité s'inscrit dans cette démarche", explique Fatma Samoura. "C'est merveilleux de se trouver en face de personnes dont la vie est façonnée au quotidien par cet engagement. C'est toute la signification de ce prix : prononcer les bonnes paroles et les prononcer à voix haute. Il est très important d'œuvrer ensemble pour faire de ces paroles un réalité."

La position de la FIFA en matière de lutte contre la discrimination est définie par ses Statuts. Le prix FIFA pour la Diversité constitue l'une des nombreuses initiatives concrètes menées par l'instance dirigeante du football mondial dans le cadre de cet engagement : de l'adoption d'un système de contrôle des comportements discriminatoires dans les stades à la publication d'un guide de bonne pratique pour aider ses 211 associations membres à traiter cette question.

"Je suis heureux de voir la FIFA prendre de telles initiatives. Parler d'inclusion, c'est bien mais ce n'est qu'un mot. Concrétiser ces bonnes intentions demande des efforts, de l'attention, de la motivation et du soin. Beaucoup de choses se passent en coulisses et c'est un grand honneur d'être ainsi mis en avant", souligne Ben Gucciardi, l'un des fondateurs de Soccer Without Borders. Ses propos ont naturellement trouvé un écho favorable chez Sarah Forde, fondatrice de Moving the Goalposts.

"Notre association se trouve loin des centres de décision au Kenya, sans même parler du reste du monde," poursuit-il. "Nous n'aurions jamais imaginé être un jour reconnus par la FIFA. Nous essayons juste d'encourager quelques jeunes filles à pratiquer le football, en espérant faciliter ainsi leur inclusion dans une région très pauvre et dominée par les hommes. Ce qui se passe aujourd'hui témoigne de la puissance du football."

La cérémonie du prix FIFA pour la Diversité 2017 était présentée par l'ancienne internationale anglaise Alex Scott. Elle s'est déroulée en présence de la Légende de la FIFA et ancienne star du Nigeria Emmanuel Amunike. Le lauréat de l'édition 2017, Soccer Without Borders, sera invité à faire partie du jury l'année prochaine.