"Le football aura toujours une place dans ma vie". Tels ont été les premiers mots de Gaël Monfils, star planétaire du tennis, lors de l’entretien exclusif qu’il a accordé à FIFA.com. Et manifestement, ce ne sont pas que des mots. Car dans les faits, le ballon rond occupe une place très importante dans le quotidien de l'Antillais, classé 7ème à l’ATP.

On ne compte plus les vidéos sur le net où l’on voit le Français s’entraîner balle au pied.  En 2012, on l’a même aperçu participer à un entraînement d’une équipe de première division, Evian-Thonon-Gaillard. Plus récemment, Bruce Grannec, double champion de la FIWC, racontait que Monfils était celui qui l’avait le plus impressionné au jeu FIFA."On sentait le gars passionné de jeux vidéos et surtout un vrai compétiteur ! Il est resté jusque tard dans la soirée parce qu'il voulait absolument gagner au moins une fois contre moi. Il quand même fini par faire match nul..." a-t-il ainsi confié.

Quand il ne joue pas au football réel ou virtuel, on peut aussi l’apercevoir dans les tribunes du Parc des Princes pour soutenir son équipe de cœur, le Paris Saint-Germain ou - quand il n’est pas dans la capitale - le voir twitter son amour pour le PSG et ses joueurs comme il y a quelques jours, lorsque l'attaquant uruguayen Edinson Cavani a arraché la victoire, dans un match de championnat difficile face à Lille, le 28 octobre dernier…

Bref, Gaël Monfils est un passionné de football en plus d’être un brillant tennisman. Alors qu’il a récemment participé au premier Masters de sa carrière - un tournoi qui réunit les huit meilleurs de sa discipline - Gaël Monfils a également pris le temps de se pencher sur The Best en matière de football (ndlr : l’entretien a été réalisé avant l’annonce des finalistes). Entretien.

Gaël, quelle place a le football dans les rares moments de répit de votre vie professionnelle ?
Je garderai toujours une place pour le football dans ma vie ! Je m’y intéresse depuis que je suis tout petit, mon père y jouait, moi également et je ne manque jamais une occasion d’organiser un petit match avec les amis quand mon emploi du temps me le permet. Je suis également attentivement les résultats des grands championnats en Europe. 

Vous avouiez récemment être capable de vous battre cent fois plus pour regarder un match du Paris saint-Germain qu’une partie de tennis…
Le PSG est mon équipe de cœur, je les suis depuis tout petit. Depuis l’arrivée des Qataris, l’équipe a pris une nouvelle dimension sur la scène française et européenne et c’est un régal d’y voir évoluer des stars qui me faisaient rêver lorsque j’étais plus jeune. Je connais quelques joueurs également donc forcément, ça crée des liens. 

Quel regard portez-vous sur les prestations du PSG cette année ?
L’équipe a connu des nombreux changements cette saison avec notamment le départ de Zlatan Ibrahimovic et l’arrivée d’un nouvel entraîneur. Ça prend toujours du temps pour que les choses se mettent en place. Le printemps sera la période clé pour apprécier réellement les résultats. 

Quel est votre meilleur souvenir de football ? 
La Coupe du Monde 98, sans hésiter. Il est difficile de vivre un plus grand moment de football que de voir son équipe soulever la Coupe du Monde sur le territoire national face à la mythique équipe du Brésil. Je n’oublie pas non plus les scènes de liesse que cette victoire avait amenées dans le pays. 

Quel est votre niveau balle au pied ?
J’ai joué quand j’étais petit et je continue à jouer dès que j’ai un peu de temps de libre. Je me souviens être allé faire un entrainement avec l’équipe pro d’Evian il y a quelques années. On va dire que mon niveau est plutôt correct et que mon poste privilégié est l’attaque. J’aime utiliser ma pointe de vitesse pour déborder.

Qu’en est-il du niveau de vos collègues tennismen ?
Il y en a pas mal qui se débrouillent très bien balle au pied, je pense notamment à Jo (Wilfried Tsonga), Richard (Gasquet), Benoit (Paire) ou encore Rafa (Nadal). Le football est bien présent dans le monde du tennis. Avec le mélange des nationalités dans le vestiaire, il y forcément beaucoup de rivalité entre les joueurs et leurs équipes préférées surtout dans le cadre de la Ligue des champions ou lors des compétitions entre les équipes nationales. Ça chambre beaucoup, mais il y a énormément de respect entre nous. Tout peut toujours se régler à FIFA qui reste une valeur sûre. On y joue beaucoup. Votre interview m’a d’ailleurs coupé dans une partie !  

Avant de vous laisser poursuivre votre match, pouvez-vous juste nous donner vos pronostics concernant les The Best FIFA Football Awards à venir ? D’après vous, qui sera élu Joueur de la FIFA 2016 ?
C’est très difficile à dire, la génération étant vraiment exceptionnelle. Cristiano Ronaldo, Lionel Messi, Zlatan Ibrahimovic ou encore Luis Suarez évoluent à un niveau très impressionnant et sont très réguliers dans l’excellence.

D'après vous, qui mérite d'être élu Entraîneur de la FIFA 2016 ?
Encore une fois il est difficile de répondre… En tout cas, j’ai beaucoup de respect et d’admiration pour le travail qu’effectue Arsène Wenger, même s’il n’est pas dans les 10 nommés pour le titre de meilleur Entraîneur cette année. Vingt ans à la tête du même club c’est juste impensable dans le football moderne !

Quel est votre joueur préféré ?
J’ai un faible pour Zlatan… son talent, sa technique, sa personnalité. Le championnat de France a perdu un très grand joueur. Côté français, j’apprécie particulièrement Paul Pogba et Blaise Matuidi.

Enfin, vous qui avez le sens du spectacle sur les courts de tennis, avez-vous une préférence concernant le Prix Puskas de la FIFA 2016 ?
J'ai voté pour le but de Mario Gaspar, parce qu’il y a précisément du Zlatan dans son geste !