Les trophées ont toujours une valeur particulière, surtout aux yeux de ceux qui ont connu l'ivresse que procure le fait de surpasser tous ses concurrents. Un trophée peut être le centre d'un événement. On pense par exemple au défilé des joueurs et des joueuses devant la célèbre statuette lors des finales des différentes Coupes du Monde, qu'elles soient masculines, féminines ou réservées à une tranche d'âge. Le trophée devient alors un but en soi. Il incarne la victoire et la volonté de tout un groupe de s'élever au-dessus de la mêlée pour atteindre le sommet.

Mais qu'en est-il des individualités ? Les The Best FIFA Football Awards™ récompenseront les meilleurs joueurs et entraîneurs de la planète ; il fallait donc un trophée capable de frapper les esprits pour symboliser la plus haute distinction individuelle dans un sport collectif.

La FIFA a commandé un nouveau trophée pour cet événement très particulier. On remarque immédiatement que la statuette de platine est identique dans toutes les catégories. Sa forme évoque le célèbre Trophée de la Coupe du Monde de la FIFA™ et se veut un hommage à la tradition, à laquelle il allie des formes dynamiques et contemporaines. L'objet a commencé à prendre forme lorsque la FIFA a reçu les premières esquisses de l'artiste croate Ana Barbic Katicic.

"Pour concevoir ce trophée, j'ai puisé mon inspiration dans l'idée de récompenser les meilleurs joueurs du monde", explique l'intéressée à FIFA.com. "Nous partageons les mêmes principes, à savoir le respect des conventions classiques et de l'identité de la FIFA. Mon travail s'inscrit dans le cadre des valeurs indissociables du sport depuis les premiers jours de la FIFA. Nous avons souhaité les remettre à l'honneur à travers ce nouveau trophée."

Le concept reprend notamment le ballon utilisé lors de la finale de la première Coupe du Monde de la FIFA™ en 1930 entre l'Uruguay et l'Argentine, posé au-dessus d'un corps épuré. La société Adon Production AG, une entreprise installée dans la banlieue de Zurich, s'est ensuite chargée de concrétiser les idées d'Ana Barbic Katicic. Pour ce faire, les ingénieurs ont eu recours à une technologie de pointe.

"Le trophée se compose de cinq parties : le fond, la base, une pièce de carbone posée sur la base, le corps et le ballon", explique Rover Schudel, P-DG et président d'Adon. "La machine que nous utilisons pour former le ballon est flambant neuve. Elle nous sert à produire des pièces pour l'industrie aérospatiale, mais aussi pour la Formule 1. Elle est précise au 12 000ème de millimètre."

La statue en elle-même, qui mesure 310 millimètres et pèse 6,4 kilos, est couronnée par un ballon. C'est sans doute l'élément le plus frappant, et cela se veut un clin d'œil au premier tournoi organisé par la FIFA. "Le ballon au-dessus du trophée représente l'histoire du football et l'histoire de la FIFA", précise le Secrétaire Général adjoint de la FIFA Zvonimir Boban. "Je trouve que c'est une belle façon de l'évoquer. C'est une marque de respect pour nos traditions, tout en conservant un style contemporain. Cela en fait un trophée purement postmoderne"  

Venue à Zurich spécialement pour l'occasion, Ana Barbic Katicic a pu découvrir la version finale du trophée, présentée par l'ancien international croate en personne. "Quand je l'ai vu pour la première fois, j'ai été submergée par l'émotion", raconte l'artiste. "C'était comme un rêve qui serait devenu réalité. Je suis si heureuse d'avoir pu participer à ce projet et d'avoir pu côtoyer les experts en haute technologie qui ont matérialisé mes idées. Il est magnifique, tellement fin, tellement précis, tellement détaillé. Il allie la simplicité et le minimalisme, les deux concepts à l'origine de ce trophée. Il est vraiment magique."  

On imagine que les vainqueurs des différentes catégories, élus par les joueurs, les entraîneurs, les journalistes et les supporters du monde entier, feront preuve du même enthousiasme au moment de soulever à leur tour ces trophées tant convoités.