Dans quelques très rares cas, un simple appel téléphonique peut marquer le début d'une expérience inoubliable. Dix passionnés de football du monde entier en ont fait l'expérience, après avoir remporté des compétitions organisées sur les réseaux sociaux et par le Club FIFA.com. Ce faisant, ils ont gagné un voyage à Zurich pour assister à la cérémonie des The Best FIFA Football Awards™.

"J'étais plongé dans mes examens universitaires", se souvient Akshat Arvind, futur ingénieur électricien de 21 ans basé à New Delhi, en Inde. Un peu plus tôt, il avait répondu à une simple question sur la page Facebook des FIFA Football Awards. "Quand je suis sorti de la classe, j'ai rallumé mon portable et j'ai découvert que j'avais un message des FIFA Football Awards sur Facebook. Il m'a bien fallu 15 secondes pour comprendre ce qui m'arrivait. En lisant que j'étais invité à Zurich, j'étais totalement sidéré. Je suis resté fébrile pendant une bonne demi-heure."  

Arvind s'apprête à quitter l'Inde pour la première fois. Dans quelques heures, il sera présent au milieu des flashes sur le Tapis Vert avant de prendre place dans les studios TPC, où aura lieu la cérémonie proprement dite. Il retrouvera à Zurich Monica Morales, une étudiante de l'université de Californie de Berkeley, aux États-Unis. "À cause du décalage horaire, j'ai reçu le message vers quatre heures du matin. Sur le coup, je n'y a pas prêté grande attention", avoue la jeune femme de 22 ans, qui a également répondu à une question sur Facebook. "Une fois réveillée, je me suis à nouveau penchée dessus et là, je n'en croyais pas mes yeux. Je l'ai relu plusieurs fois et, finalement, j'ai prévenu ma mère. Elle m'a dit : 'C'est sérieux ?'"  

Une longue attente
Aujourd'hui, la réponse ne fait plus guère de doute : Morales a effectué le long déplacement de San Francisco à Zurich pour assister à cette prestigieuse cérémonie, où elle croisera le docteur Gordon Akudibillah. Ce citoyen américain né au Ghana vient, quant à lui, d'Atlanta. Akudibillah a emprunté un chemin légèrement différent pour se rendre en Suisse. Il a validé son billet en terminant en tête du Predictor 2016 sur FIFA.com. Il a réalisé sa série gagnante en février 2016, ce qui l'a contraint à attendre neuf longs mois avant d'être officiellement déclaré vainqueur.

Ce chercheur, qui travaille au Centre de Contrôle et de Prévention des Maladies, utilise des modèles mathématiques pour prévoir le développement des maladies infectieuses. À l'en croire, son rapport très particulier aux nombres a pesé dans sa victoire. "Cette compétition est incroyable", confie-t-il à FIFA.com. "Elle implique de très nombreux éléments. Ma formation de mathématicien m'a été utile, mais il faut aussi connaître les équipes et les joueurs. J'ai continué à jouer chaque mois car, en cas d'égalité, le nombre de prédictions pouvait servir à départager les concurrents. Le mois de novembre a été terrible. À cinq journées de la fin, un autre joueur s'est retrouvé à trois longueurs de mon record. J'ai suivi attentivement les résultats et ses propres paris. Quand j'ai vu qu'il ne pourrait plus me rejoindre, j'étais fou de joie."  

Dans sa quête d'informations, Akudibillah s'est intéressé à des matches disputés au Chili, au Pérou, en RP Chine et à Singapour. On peut donc affirmer que la compétition a élargi ses horizons bien au-delà de la Premier League et de la Liga, ses championnats de référence.

Les trois gagnants partagent le même intérêt pour les grands championnats européens : Akudibillah est supporter d'Arsenal, Arvind préfère le FC Barcelone, tandis que Morales n'a d'yeux que pour le Real Madrid. Malheureusement, la visite du géant madrilène aux États-Unis en 2014 ne lui a pas permis de voir son idole en action. "Le Real est venu juste après la Coupe du Monde. Cristiano Ronaldo était encore en vacances. Du coup, j'étais un peu déçue car j'avais très envie de le voir", confirme l'Américaine.

Une issue imprévisible
La cérémonie de Zurich va lui donner l'occasion de se rattraper puisque l'attaquant portugais figure parmi les nominés pour le titre de The Best - Joueur de la FIFA 2016. Il ne sera évidemment pas la seule star à avoir fait le déplacement aux studios TPC. "Je n'aurais jamais imaginé rencontrer les footballeurs que j'admirais à la télévision", s'enthousiasme Arvind. "Même dans mes rêves les plus fous, ça ne me serait pas venu à l'esprit. C'est une opportunité tout à fait exceptionnelle."  

Les invitations distribuées aux vainqueurs des différentes compétitions s'inscrivent dans le cadre des efforts déployés par la FIFA pour rapprocher la cérémonie des milliards de passionnés à travers le monde. Dans le même ordre d'idée, les votes des supporters ont, pour la première fois, été pris en compte dans les élections The Best - Joueur de la FIFA, The Best - Joueuse de la FIFA, The Best - Entraîneur de la FIFA pour le Football Masculin et The Best -Entraîneur de la FIFA pour le Football Féminin. Le Prix Puskás de la FIFA et le Prix des Supporters de la FIFA sont, quant à eux, exclusivement attribués par les fans. "On dit qu'au Ghana, il y a 12 millions d'entraîneurs. Chez nous, tout le monde se prend pour le sélectionneur", s'amuse Akudibillah. "C'est intéressant de voir ce que le public pense des joueurs. C'est aussi l'occasion pour nous de nous impliquer davantage. L'initiative me semble donc excellente."

Akudibillah a fait la preuve de son sens de l'analyse en remportant le Predictor 2016. Dans ces conditions, le mot de la fin lui revient naturellement. Qui sera The Best ? "Je pense que Cristiano Ronaldo va être élu Joueur de la FIFA. Il a fait une belle saison. Il a gagné la Ligue des champions et l'Euro. Du côté des entraîneurs, je vois bien Claudio Ranieri. N'oublions pas que Leicester City était donné à 5 000 contre 1 pour gagner la Premier League. Même moi, je n'aurais pas pu prédire une telle issue !"