• Cristiano Ronaldo double vainqueur de The Best - Joueur de la FIFA
  • Vainqueur du championnat d'Espagne et de la Ligue des champions en 2016-2017
  • Qualifié avec le Portugal pour Russie 2018

Encore tout à la joie d'avoir remporté le prix The Best -Joueur de la FIFA pour la deuxième fois d'affilée, Cristiano Ronaldo fait part de ses impressions à FIFA.com.

Que ressentez-vous après avoir gagné votre deuxième trophée en deux éditions de The Best ?
C'est un prix magnifique. Je tiens à remercier mes coéquipiers. Je vis un jour historique dans ma carrière, qui me procure beaucoup d'émotions.

C'est la cinquième fois que vous êtes élu meilleur joueur du monde en comptant vos trois premiers prix (Joueur Mondial de la FIFA, FIFA Ballon d’Or et The Best). Ces trophées vous assurent-ils d'ores et déjà une place parmi les plus grands joueurs de l'histoire ?
Je suis heureux d'avoir gagné ce prix aujourd'hui, mais mon objectif était de vivre une belle histoire dans le monde du football et j'y suis arrivé. Je suis, bien sûr, extrêmement fier de remporter des trophées et de faire partie des joueurs les plus récompensés de l'histoire. C'est un moment très fort, qui me motive à aller toujours plus haut.

Et à continuer de collectionner les titres avec le Real Madrid ?
Naturellement. Nous espérons nous emparer de la prochaine Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. Nous avons déjà décroché les Supercoupes face à Manchester United et à Barcelone. Avec le Real, on peut tout gagner.

Sans oublier les succès tant attendus avec le Portugal…
Absolument ! Notre victoire à l'EURO a été fondamentale et gagner avec la sélection était le trophée qui me manquait. Cette année nous a aussi été favorable. La campagne de qualification a été difficile, mais s'est bien terminée. Tout le groupe - joueurs, entraîneur et encadrement technique - s'est impliqué à fond dans la compétition préliminaire et nous avons obtenu notre billet lors du dernier match contre la Suisse.

Aujourd'hui, vous êtes tourné vers la Russie, un pays où vous vous êtes rendu cette année pour la Coupe des Confédérations de la FIFA.
J'ai souvent joué là-bas. J'y ai remporté la Ligue des champions. C'est un pays qui me porte chance en général. Cela n'a pas été le cas lors de la Coupe des Confédérations, mais c'était un beau tournoi qui nous a donné l'occasion de vivre une nouvelle expérience. Nous avons été battus par le Chili à la loterie des tirs au but, mais il faut rester positifs. Il vaut mieux avoir perdu ce jour-là que l'an prochain, en Coupe du Monde.

Depuis son sacre européen, le Portugal est-il désormais devenu un favori ?
C'est normal. Nous sommes champions d'Europe, ce qui suscite évidemment des attentes élevées, mais je dirai la même chose qu'avant l'EURO : le Portugal n'est jamais favori dans les grandes compétitions. Il y a des équipes théoriquement meilleures que nous et plus réputées. Nous devons aborder l'épreuve avec humilité, en sachant que d'autres sont favoris, mais que nous pouvons créer la surprise.

En conclusion, avec combien de trophées individuels aimeriez-vous prendre votre retraite, vous qui en avez déjà cinq ?
7, j'espère ! C'est mon chiffre porte-bonheur (rires). Mais nous n'y sommes pas encore. Pour l'instant, je vis un moment exceptionnel et j'en profite au maximum.